Menu Standard
Add more content here...

Analyse – Un Standard complètement inoffensif : à qui la faute ?

Après deux journées, le Standard est la seule équipe de Pro League à ne pas encore avoir marqué. Réduits rapidement à 10 contre l’Union, les Rouches ne se sont pas procurés bien plus d’occasions lors de la première journée, à Saint-Trond.

Le Standard a commencé sa saison de la pire des manières. Deux matchs, deux défaites, aucun but marqué et quasiment aucun motif de satisfaction à l’aube du choc contre le Sporting Charleroi.

Que ça soit à Saint-Trond ou contre l’Union, les joueurs de Carl Hoefkens ne se sont pratiquement procurés aucune possibilité. Vendredi soir, seule une reprise de la tête de Romaine Mundle a forcé Anthony Moris à se servir de ses gants.

Une relance presque inexistante

En possession de balle, le Standard ne trouve jamais la solution pour faire progresser le cuir. Lorsque Arnaud Bodart relance de manière courte, seul Zinho Vanheusden initie les actions liégeoises. Marlon Fossey tente déjà de prendre la profondeur, Barrett Laursen est rarement joignable et Merveille Bokadi… ne réussit pas les passes qui paraissent pourtant simples.

La situation est la même un cran plus haut. Aiden O’Neill perd énormément de ballons et l’a lui-même reconnu vendredi soir. Si Isaac Price et Hayao Kawabe montrent de belles choses, il est rare de pouvoir alerter un Noah Ohio qui n’a pas encore réussi grand-chose cette saison. Sur les ailes, Aron Donnum n’a pas encore retrouvé son niveau de la saison dernière et Romaine Mundle doit lui aussi s’adapter.

O'Neill Aiden

On le sent, cet entrejeu 100% modifié par rapport à la saison dernière ne se trouve pas, ne se comprend pas et ne parvient pas à combiner. Les automatismes manquent et c’est logique, mais Hoefkens va devoir rapidement trouver une solution. Les échéances approchent, le top 6 prend des points et le Standard ne peut pas louper le wagon, louper sa saison.

La recherche d’un nouvel arrière doté d’une bonne relance est donc largement compréhensible, notamment pour faciliter cette construction depuis le rectangle d’Arnaud Bodart. Si le Standard cherchait encore des ailiers rapides pour prendre le dos de la défense adverse et un attaquant solide, la recherche d’un joueur pouvant apporter du liant dans le cœur du jeu ne serait pas superflue. Il reste trois semaines pour faire changer les choses.

One thought on “Analyse – Un Standard complètement inoffensif : à qui la faute ?

  1. Autrement dit besoin urgent d’un meneur de jeu, qui dirige les jeunes, les encadré, leur montre l’exemple, donc avec de l’expérience ! Plus encore qu’un attaquant ! Mais ce genre de joueur ne va pas tomber du ciel ! Il coûte cher. Autant oublier. A moins que Zorgane !

Laisser un commentaire