Menu Standard
Add more content here...

Carl Hoefkens n’a toujours pas trouvé la solution au plus grand problème du Standard : seul le mercato semble pouvoir sauver les Rouches

Une nouvelle fois, le Standard a été incapable de se créer des occasions contre un bloc bas. Un problème que Carl Hoefkens ne parvient pas à gommer depuis le début de la saison.

Cela faisait trois semaines que le Standard attendait de retrouver Sclessin et ses supporters. Trois longues semaines, durant lesquelles les Liégeois ont engrangé peu de points contre les ténors du championnat.

Ce samedi, on s’attendait donc à voir un Standard avec le couteau entre les dents pour défier les Zèbres. L’ambiance incroyable mise par le stade à la montée des acteurs préfaçait d’ailleurs une belle soirée de football wallon.

Mais sur le terrain, rien de tout ça. Charleroi était logiquement venu pour un point et s’en est tout aussi logiquement contenté, tandis que le Standard a été incapable de mettre le rythme nécessaire pour faire la différence.

Kawabe Hayao

Le Standard en difficulté contre un bloc bas… encore une fois

La grosse différence avec les meilleures performances des joueurs de Carl Hoefkens à Sclessin, contre Genk, Anderlecht ou Bruges, demeure dans le fait que ces équipes sont venues jouer le jeu en bords de Meuse.

Charleroi, comme l’avaient fait Malines, le RWDM et d’autres, s’est présenté avec un bloc très bas, que le Standard n’a jamais réussi à casser. Pas assez de rythme, de vitesse, d’intensité et trop de déchet en première période, des ballons bien trop prévisibles vers Kanga en seconde.

Quand on y regarde, Hervé Koffi n’a pratiquement pas eu le moindre arrêt à faire. Des sorties sur ces centres de Djenepo et Kawabe, plusieurs. Mais vu la trajectoire de ces derniers, faut-il encore appeler ça « du travail » pour le gardien de Charleroi. Pire encore, ce sont bien Dabbagh et Mbenza qui ont eu les plus belles opportunités de cette partie, sauvées par Bodart.

Sur ce plan, le mercato hivernal doit absolument sauver le Standard. Trouver cette folie, cette spontanéité offensive qui pourra faire la différence. Car depuis le début de saison, Carl Hoefkens ne parvient pas à trouver la solution, ni à trouver la bonne recette pour faire fonctionner son compartiment offensif.

Laisser un commentaire