Menu Standard
Add more content here...

Champion à Sclessin, Leko l’a déjà fait…

Ivan Leko a été officiellement annoncé et présenté comme nouvel entraîneur du Standard de Liège. Le Croate arrive dans un Standard malade, qui voudra bien vite se relancer.

Après l’échec de Carl Hoefkens, le Standard et sa direction ont décidé de se tourner vers un autre type de profil. Quelqu’un qui connait lui aussi très bien le championnat de Pro League, mais également en tant que coach.

Ce nouvel entraîneur, c’est Ivan Leko. Après trois ans passés en Chine puis dans sa Croatie natale, le revoilà en Belgique. Des terres déjà conquises auparavant : outre son titre en Coupe de Belgique en 2020 avec l’Antwerp, Leko a également remporté le titre de champion en 2017-2018 à la tête du Club de Bruges. Un souvenir bien moins agréable pour le Standard…

Ruud Vormer et la fameuse main non sifflée

Le 13 mai 2018, le Club de Bruges se déplace dans l’antre du Standard, à Sclessin. Les Blauw en Zwart n’ont alors besoin que d’un seul point pour être sacrés champions de Belgique, un match avant la fin. Rien de moins facile cependant face à un Standard qui leur a tenu la dragée haute à l’aller (4-4) et est alors 2e des Play-offs.

La rencontre démarre dans une ambiance de feu. Sur un corner, Luyindama reprend de la tête. Horvath repousse mais sur Laifis, qui ouvre le score et fait exploser Sclessin après seulement une dizaine de minutes. Le Standard a des immenses occasions, notamment via Emond ou Edmilson, mais ne parvient pas à faire 2-0. Ochoa s’interpose face aux tentatives brugeoises, jusqu’à cette fameuse 42e minute…

Dans un duel avec Agbo, Vormer tacle et touche le ballon du bras. Le Néerlandais se relève et sert Vossen, qui égalise. L’arbitre de la rencontre, Bram Van Driessche, accorde le but avec l’aide du VAR.

Ivan Leko, champion à Sclessin

Le Standard vient de se prendre un très gros coup sur la tête. La seconde mi-temps sera bien moins riche en occasions et Bruges sera sacré champion sur le terrain du Standard.

La consécration pour Ivan Leko, mais aussi – déjà cette époque-là – une vive controverse autour du VAR. « Je n’ai pas besoin de revoir les images. Je sais qu’il y a faute. On s’arrête un peu de jouer et même Vormer semble surpris… Il s’est clairement aidé de la main pour délivrer son assist. L’arbitre ne va jamais reconnaître qu’il s’est trompé. Il nous a dit que, pour lui, c’était un geste involontaire », fulminait Guillermo Ochoa en après-match.

« Pour une fois, j’étais parfaitement tranquille quant à l’utilisation du VAR », analysait plus calmement le capitaine du Standard, Sébastien Pocognoli. « Je buvais ma petite bouteille d’eau, persuadé que le but allait être invalidé. C’était évidemment un gros coup de massue lorsque la décision est tombée. Pour Bruges, c’était un adjuvant moral considérable dans la mesure où ce but leur offre le titre. »

Laisser un commentaire