Vous êtes ici
Home >> Walfoot >> Interview – Être néerlandophone et supporter du Standard n’y change rien : “Anderlecht et Charleroi restent nos rivaux”

Interview – Être néerlandophone et supporter du Standard n’y change rien : “Anderlecht et Charleroi restent nos rivaux”

Le Standard compte 12 clubs de supporters officiels néerlandophones. Pascal Beuckelaers est président de l’un d’entre eux, les Millennium Reds.

Dans les travées de Sclessin, le français, le wallon (particulièrement lors de grosses occasions manquées) et le néerlandais sont des langues couramment parlées. Ils sont plusieurs centaines à venir du Nord du pays, à Sclessin comme en déplacement, pour venir supporter le Standard de Liège.

Les Millennium Reds ne manquent pas un seul match depuis 20 ans. Pascal, lui, préside le club et organise tous les déplacements depuis 9 saisons. Le car du seul club de supporters officiel des rouches provenant de Flandre Orientale démarre de Sint-Niklaas, mais compte surtout des membres de la province d’Anvers.

« Nos rivaux restent Anderlecht et Charleroi »

Pascal Beuckelaers nous raconte, néanmoins, que ça ne change pas grand-chose à sa manière de supporter le club : « Nous ne sommes pas spécifiquement contre l’Antwerp. Les jours de match contre eux, bien sûr, on ne les aime pas. Mais rien de plus. Finalement, nous sommes comme tous les supporters du Standard : nos rivaux restent Anderlecht et Charleroi ».

Standard – Anderlecht, le 9 mai 2007 : le jour du déclic

L’animosité entre supporters de l’Antwerp et du Standard, et même entre les deux clubs, est pourtant croissante. Il faut dire qu’il s’agit de deux clubs particuliers, avec des ambiances uniques en Belgique. Et les récentes chaudes confrontations entre les deux équipes n’ont rien arrangé. Mais pour notre interlocuteur, et malgré la proximité géographique, il n’en est rien. Au contraire : « Mon frère est supporter de l’Antwerp. C’est d’ailleurs lui qui m’a emmené à Sclessin ».

Et, il a apparemment choisi le bon match : “Il m’a demandé si je voulais venir voir le match Standard – Anderlecht en Coupe de Belgique (ndlr : le 9 mai 2007, le Standard battait Anderlecht en demi-finales retour, grâce à des buts de Witsel et Jovanovic sur pénalty. C’était un certain Ricardo Sa Pinto qui avait provoqué la faute). L’année suivante, j’ai pris mon abonnement à Sclessin. Depuis, je suis toujours abonné au Standard ».

La grande famille du Standard, Pascal l’a parfaitement intégrée : « Avec tous les matchs auxquels j’ai assisté et tous les déplacements que j’ai réalisé, je peux assurer que je me suis fait des amis pour la vie ».

Les déplacement européens, l’apothéose du supporter

Et, comme souvent, c’est en déplacement européen que les meilleurs moments, rencontres, amitiés et anecdotes se créent. Pascal se rappelle : « Mon meilleur souvenir, en tant que supporter, ça reste le déplacement au Panathinaïkos. On était une trentaine de membres des Millennium Reds. Ca reste mon plus beau déplacement ».

Dans un français presque parfait, Pascal se souvient également, dans un autre genre : « Je dois aussi évoquer le déplacement à Liverpool. On l’a fait en car. C’était particulier parce que je l’ai fait avec mes enfants ». C’est aussi pour ça que, toute la saison durant, les clubs se disputent une place européenne !

2 thoughts on “Interview – Être néerlandophone et supporter du Standard n’y change rien : “Anderlecht et Charleroi restent nos rivaux”

  1. Je tiens beaucoup à l’ancrage néerlandophone qui fait du Standard un club national à l’inverse de Charleroi qui restera toujours un club regional.
    Ces supporters NL ont de plus en plus de mérite dans un contexte communautaire de plus en plus sectaire il faut bien le dire.
    Je connais des wallons supporters de Brugge, c’est leur droit.
    Mais il faut reconnaître qu’on entend des chants et insultes antiwallons dans les clubs flamands à l’inverse des clubs wallons en particulier le nôtre.
    Je suis profondément belgicain et ne mettrai jamais tous les flamands dans le même sac mais il faut reconnaître qu’au niveau des instances et des chroniqueurs NL, on ne se gêne plus, voire encore l’histoire de la licence de Mouscron.
    Enfin est-il besoin de souligner que Gerets, VM,, Dewalque.. sont des « Liégeois «  dans l’âme, éternellement reconnaissants et fidèles envers leurs club, alors qu’ils n’avaient pas les salaires de nos pseudo vedettes actuelles.
    Tiens ce fameux match européen Standard Sampdoria (merci encore pour la video, Jaime), je me souviens l’avoir vécu à côté de 4 costauds anversois. Un petit mot en NL, et c’était parti, allez Standard, tous ensemble

Laisser un commentaire

Top