Vous êtes ici
Home >> Walfoot >> Le mot de “Gerouche”: 11 ANS DEJA

Le mot de “Gerouche”: 11 ANS DEJA

Chers supporters,

Le temps passe décidément bien vite.

Dire que le titre de 2008, acquis après vingt-cinq années de disette, vint pour nous comme une délivrance, est très réducteur, tant le temps nous parut bien long entre les deux titres.

Tant et si bien que celui de 2009 dans la foulée du précédent compensa à peine ces vingt-cinq longues années de sevrage, de patience, de disette.

Le Standard, sans chauvinisme aucun, devrait pouvoir au moins fêter un titre tous les 5 ans, ceci en restant modeste et sans vouloir nous aligner sur les prétentions sans borne du club de la Capitale, qui lui s’estime lésé s’il ne remporte pas son titre tous les deux ans !

Gourmandise quand tu nous tiens !

Le titre de 2008, je m’en souviens comme si c’était hier, tant je désespérais de revoir un jour le Standard remporter un titre de champion de Belgique, comme plusieurs d’entre nous sans doute.

Quelle fête donc ce soir-là, quelle ambiance de feu dans le stade, déjà bien allumé avec la remise de récompense des mains de Zinedine Zidane à celui que nous adulions tous à l’époque, Steven Defour.

Moi, j’assistais à la rencontre, assis péniblement sur le rebord de la fenêtre d’un café, dans ma localité, café rempli comme un œuf de pâques par les supporters des deux camps, les uns priant pour pouvoir enfin renouer avec un titre qui nous boudait depuis bien trop longtemps, les autres trop contents  de pouvoir encore nous en priver.

Mais ce soir-là, il était écrit que rien ne pouvait arriver à notre équipe, au demeurant bien supérieure à son rival de toujours, même si les mauves parvinrent à entretenir le suspense durant la première mi-temps.

Mais quel déchaînement ensuite, après cette jolie tête plongeante de Dieumerci Mbokani, sur un centre tendu des pieds de Réginal Goreux, suivi plus tard par une nouvelle tête du buteur Africain, se disputant presque avec Jovanovic pour propulser une nouvelle fois le cuir au fond.

Quelle fierté et quelle fête aussi, sur le terrain, en tribune, dans la ville.

INOUBLIABLE, vraiment.

Et quel plaisir aussi pour moi de voir les supporters mauves quitter le café, la queue entre les jambes et la tête basse, pendant que nous étions pris d’une hystérie collective et … bien arrosée.

C’est pour ce genre d’événement, de consécration, qu’un supporter vit essentiellement, de rêve donc, histoire d’échapper aux misères quotidiennes, à la routine si souvent usante.

Triste par contre de constater que les héros d’hier sont devenus les ennemis d’aujourd’hui.

Defour passa chez l’ennemi mais ne parvint jamais plus à confirmer les espoirs placés en lui, tout comme Jova, erreur qu’on ne pardonne que rarement à Sclessin.

Pour Mbokani, le parcours fut un peu différent, n’étant pas nécessairement associé à nos couleurs pour avoir éclos ailleurs, en terre ennemie. Son retour là-bas ne fut donc pas vraiment une surprise.

Alors, j’aimerais pouvoir vous dire que cette saison sera la bonne, mais, honnêtement, les paramètres actuels sont assez éloignés d’un titre, il faut en convenir, même si la phalange actuelle ne manque pas d’allure ni de qualités.

Par contre, d’ici deux ou trois ans, si nous parvenons à sortir quelques jeunes, à bien recruter aussi, tout en conservant trois ou quatre pions essentiels et assurant le lien, pourquoi pas. Mais la concurrence sera rude, plus que jamais, avec non seulement un FC Bruges qui a pris le large, sportivement et financièrement plus encore.

Derrière, il y a bien La Gantoise, qui aspire à jouer d’égal à égal avec son rival et voisin du plat pays.

Genk, quant à lui, est un peu à notre image, trop irrégulier et trop sujet à des hauts et des bas, donc.

Il ne faudra pas évidemment oublier les mauves, toujours aussi orgueilleux à défaut d’être talentueux, mais où l’argent ne manque plus. Attention au retour d’une bête blessée….

Quant à nous, je le répète, ça dépendra de l’éclosion de notre vivier, mais aussi de la continuité, Mr Montanier semblant actuellement faire l’unanimité. Sa façon de voir les choses plait à Sclessin, sans nul doute, mais il faudra juger dans deux ou trois mois, sur base de vraies rencontres, pour se faire une idée définitive sur l’homme.

Et si la surprise venait finalement … de Charleroi.

Cette équipe ne cesse de surprendre, avec ses moyens pourtant limités au départ, mais Belhozine est parvenu à faire oublier Felice Mazzu, et ce n’est pas rien.

Sans aligner de grands noms, les Carolos ont acquis ces dernières années une belle régularité, à faire des envieux, comme quoi les moyens ne sont pas toujours nécessaires pour accéder au graal.

Je sais, je vais sans doute me faire houspiller en prétendant cela, mais Charleroi, il va falloir en tenir compte.

Et puis il reste enfin l’Antwerp, où Donofrio, cet autre traitre, rêve de reproduire là-bas ce qu’il a fait chez nous. Son comparse Boloni n’a pas son pareil pour faire sortir les gens hors de leurs gongs, tant sa mauvaise foi est souvent irritante. Mais je crois néanmoins que sa capacité à mener un groupe jusqu’au titre présente des failles, n’étant pas toujours maître de son groupe, dès lors…..

Tout ceci en espérant que le championnat puisse se dérouler dans de bonnes conditions, que les supporters soient masqués ou pas, mais ce fichu Covid commence franchement à nous saper le moral.

Gérouche

6 thoughts on “Le mot de “Gerouche”: 11 ANS DEJA

  1. gerouche,je pense que tout se met en place dans l’organigramme du standard à tous les niveaux(academie,recrutement,meme système de jeu pour les u18/21 que les pros,entraineur ect…) pour nous faire revivre ces deux derniers titres qui me parraissent si loin .car depuis le beaujeu a disparu enfin l’espoir reviens et esperons que ce p…in de covid nous laisse tranquille car c’est vrai cela est usant.

  2. Le titre de 2008……pour moi, ce fut partir à 15 hrs le jour du match et rentré le…….lendemain à 20 hrs. Nos femmes pensaient que nous étions morts. Cette fête à Liège, je ne n’oublierai jamais.
    Sérieusement, qui aurait parié un euro sur notre titre à l’aube de cette saison là ? Personne.Donc, pourquoi pas rééditée la performance. Soyons optimiste.

  3. Vrai que l effectif actuel n est pas mauvais du tout ardéchois . Bodart dans les buts est meilleur qu Espinoza à l époque. Marcos n a jamais confirmé à droite alors que vojvoda semble plus promis à un bel avenir. Gavory n a rien à envier à Dantè alors qu avenatti pourrait bien faire mbokani je pense. Et à choisir entre defour et bastien, je préfère ce dernier. Quant au la défense, sarr et onywu n etaient pas supérieurs à zino, layfis ou dussenne, alors que nekadio pourrait faire oublier son frangin luyindama… par contre, on n a plus un fellaini ni un witsel !

    1. Pour moi, Dante était bien supérieur à Gavory ( voyez sa carrière notamment à Munich) et Avenatti est encore loin de Mbokani ( bien que je crois en lui, mais quant à atteindre le niveau de Dieu j’en doute tout en l’espérant !) Sarr était supérieur sur le plan défensif ( pratiquement impassable), je ne comprends pas que sa carrière ait ainsi décliné après son départ.

    2. Je veux bien être optimiste min cher Gerouche mais là je ne suis pas d’accord, il faut bien de temps en temps.
      Bodart soit quoique Espinoza était spécial mais n’a pas fait trop de flingues si je me souviens bien.
      Marcos n’a pas confirmé à Brugge mais était beaucoup plus technique que Vojvoda. Dante trop dilettante en bon brésilien mais beaucoup plus talentueux que le surfait Gavory pour moi, que dire de la paire centrale de fer Sarr et Onyewu par rapport à Dussenne, Layfis . Defour etait plus un meneur dejeu quoique souvent blessé que Bastien très bon mais plus box to box.. bref cette équipe championne avait du talent à revendre mais encore une fois j’espère me tromper 🙂
      Nekadio me semble avoir des possibilités plus qu’un Dussenne et je m’étonne que Montanier ne l’ait finalement pas retenu dans le noyau comme Tapsoba et Ntelo (excusez l’ortho que je ne peux verifier sans perdre ce commentaire tapé péniblement sur mon smart)

Laisser un commentaire

Top