Vous êtes ici
Home >> Divers >> Le mystère Selim Amallah

Le mystère Selim Amallah

Le Standard reste sur deux prestations insuffisantes. Sur le terrain, on ne perçoit pas la présence d’un leader capable de fustiger les siens.

En écrivant dimanche soir après la défaite à Saint-Trond (2-0): «Pas un à sortir du lot», on voulait en partie stigmatiser la cruelle absence de leadership au Standard. On en viendrait presque déjà à regretter l’absence actuelle d’un gamin comme Nicolas Raskin dont l’attitude sur une pelouse correspond à celle d’un meneur.

C’est une mission qui pourrait sans soute être prise en charge par Selim Amallah (23 ans), mais force est de constater que ce n’est pas le cas depuis le début de la saison. Pourtant, aux yeux de Philippe Montanier, il fait indubitablement partie des cadres. Il n’a loupé que deux rencontres en championnat: au Beerschot pour suspension, et contre Bruges pour un souci au genou. Ses statistiques sont même un peu trompeuses avec ses six buts, dont quatre en Ligue Europa, avec trois penaltys à la clé, mais un seul assist alors que, sur le terrain, il n’affiche plus la même aisance que la saison écoulée.

Il préfère l’axe… où il ne brille pas

S’il reste probablement le joueur qui tente le plus, son taux de réussite dans ses initiatives est faible. Que de pertes de balles, de contrôles approximatifs, de dribbles ratés, parfois de petits gestes de dépit…

À sa décharge, il est régulièrement ballotté de l’axe au flanc gauche, et même s’il prétend médiatiquement que cela ne le gêne pas, on sait bien qu’il préfère un rôle plus libre au centre du jeu. Le souci, c’est que, quand comme à Saint-Trond dimanche (2-0), cette possibilité lui est confiée par le coach, il ne brille pas.

«On n’était pas là, on était totalement absent», constatait-il dépité en quittant la pelouse du Staaien.

Un «désintérêt» mal vécu?

Là ou d’autres «tauliers» de l’équipe peuvent évoquer des pépins, soit physiques comme Lestienne ou Bastien, soit d’ordre psychologique comme Carcela, pour tenter de justifier des prestations très irrégulières, on s’interroge au sujet de l’international marocain.

Aurait-il mal vécu, après une bonne saison 2019-2020, et contrairement à son grand pote Vojvoda, le manque de sollicitations de clubs plus huppés? La rumeur, surtout à l’époque où les finances du club principautaire semblaient au plus mal, avait pourtant fait d’Amallah un joueur bankable au même titre que Bastien ou Cimirot.

«On doit relever la tête pour revenir dans le coup, maugréait-il encore dimanche soir. On doit vraiment parler entre nous parce qu’il y a des choses à se dire.» Et comme charité bien ordonnée commence par soi-même, nul doute qu’il va se remettre en question.

3 thoughts on “Le mystère Selim Amallah

  1. Je voudrais bien vous croire tous les deux meme si c’est difficile après tous les déchets techniques contre ST.
    Mais le talent n’est-ce pas aussi et surtout la constance et tirer l’équipe quand ca ne va pas?
    Et la il n’y a personne sauf peut-être Raskin mais il est trop tôt pour le dire.

Laisser un commentaire

Top