Vous êtes ici
Home >> Sport/foot magazine >> Parole aux chiffres: le Standard centre-t-il vraiment mal?

Parole aux chiffres: le Standard centre-t-il vraiment mal?

Depuis trois semaines, les Rouches arrosent la surface adverse, avec une moyenne de 28 centres tentés par match. Et à l’arrivée, l’impression d’un grand gâchis. Justifiée?

Déjà marquante contre le Cercle, la tactique de Philippe Montanier semble aller crescendo. 24 centres tentés face aux Brugeois, puis 29 au Freethiel, et même 31 contre Genk, où les Liégeois ont semblé plus stéréotypés que jamais dans leur manie d’écarter le jeu vers les couloirs pour chercher Felipe Avenatti, brillant dans le registre lors de son passage à Courtrai mais toujours difficile à trouver pour les centreurs liégeois. Face aux Limbourgeois, l’Uruguayen a ainsi repris ses deux premiers centres depuis le début de la saison. L’un venu de Nicolas Gavory, l’autre de Collins Fai, les deux envoyés hors du cadre défendu par Danny Vukovic.

En manque de munitions, le géant de Sclessin partage sans doute l’amertume des supporters quand il jette un oeil vers les chiffres rouches en ce début de saison. En trois matches, les hommes de Montanier ont tenté 84 centres, dont 25 sont considérés comme réussis par les statisticiens. Une moyenne de 29,8% de réussite qui est loin d’être dramatique, vu la difficulté de l’exercice. Mais qui est peut-être aussi un peu flatteuse.

Seuls 10 des 84 centres tentés par le Standard ont débouché sur un tir au but.

Pour qu’un centre soit considéré comme réussi, il faut que le premier joueur à toucher le ballon après le centre soit un membre de l’équipe du centreur. Et ce, quelle que soit la touche de balle. Par exemple, si Lestienne récupère au poteau de corner un centre trop long de Fai, il sera comptabilisé comme réussi dans les statistiques. Ce qui explique en partie que le Camerounais soit, avec 8 centres réussis, le meilleur rouche dans ce registre depuis le début de saison (en 21 tentatives). C’est mieux que Gavory, au pied pourtant réputé plus précis, qui compte 5 centres réussis en 22 tentatives. Plus prompts à rentrer dans le jeu, les ailiers sont forcément moins productifs (1/6 pour Amallah, 4/12 pour Lestienne).

En examinant ces centres de plus près, on constate que seules 10 des 84 tentatives ont débouché sur un tir au but. À peine 12% des centres sont donc vraiment réussis. Parmi ceux-ci, c’est encore Fai qui tire son épingle du jeu, avec 4 centres qui ont débouché sur un tir. Le Camerounais devance Gavory et Lestienne (deux chacun), puis Bastien, auteur d’un centre qui avait offert une superbe occasion de la tête à Selim Amallah contre le Cercle. Cette tentative est incontestablement la plus belle occasion liégeoise suite à un centre classique cette saison. L’une des quatre frappes cadrées sur les dix centres rouches. En plus d’une tête en chandelle de Laifis au Freethiel, on compte aussi parmi les centres réussis les deux buts à Beveren, tous deux amenés par Fai: d’abord un centre hors de la surface vers Amallah, puis un ballon envoyé à Avenatti qui remise à Bastien pour faire 1-2.

Si deux des trois buts liégeois ont été marqués de la sorte, la tactique semble actuellement trop peu fructueuse pour ne pas prévoir d’alternative. Mais en tant que spécialiste des frappes à distance la saison dernière, le Standard ne profiterait-il pas aussi de cette situation pour miser sur le rebond au cas où le centre est repoussé par la défense? L’hypothèse semble en tout cas plus crédible, à l’heure actuelle, qu’un but de la tête d’Avenatti, qui n’a pu frapper du front qu’à une seule reprise au bout de 270 minutes de championnat.

Laisser un commentaire

Top