Vous êtes ici
Home >> Divers >> Philippe Montanier concernant l’arbitrage face à Bruges : “On parle souvent de ce qui nous désavantage sans parler de ce qui nous avantage”

Philippe Montanier concernant l’arbitrage face à Bruges : “On parle souvent de ce qui nous désavantage sans parler de ce qui nous avantage”

Philippe Clément ne comprenait pas les décisions de Monsieur Laforge d’accorder deux penalties.

Une salle (de presse), deux ambiances. Alors que la rentrée des Brugeois au vestiaire était assez houleuse, notamment avec un Hans Vanaken survolté sur l’arbitrage, après la rencontre, les deux Philippe, Clément et Montanier, sont revenus sur l’arbitrage. Sans surprise, l’un d’entre eux s’est largement arrêté sur les décisions de Monsieur Laforge et du VAR d’accorder deux penalties aux Liégeois.

“C’est déjà difficile de prendre trois points au Standard. Cela l’est davantage lorsqu’on siffle deux penalties injustifiés contre vous. Sur le premier, il n’y a pas de faute sur Zinho (Vanheusden) quant au second, c’est encore plus compliqué. Que quelqu’un, ici, m’explique comment on peut décider de siffler penalty. En début de saison, les arbitres nous donnent, à nous les coaches, les consignes et il nous a été précisé que, lorsque le ballon touchait d’abord une partie du corps avant de le renvoyer vers la main ou le bras, il n’y a pas penalty. Je ne comprends donc pas. il faudra que cela soit plus clair. C’est d’autant plus frustrant qu’après le match, l’assistant me dit qu’il n’y a pas penalty. On va avoir deux heures de car pour rentrer à Bruges et je ne sais pas comment expliquer ça à mes joueurs. Si on pouvait avoir une explication plus claire, cela rendrait mon boulot plus facile.”

De son côté, Philippe Montanier ne voulait pas polémiquer. “Je n’ai pas revu les images et vous savez, je suis un mauvais arbitre. Je ne veux pas perdre de temps avec ce que je ne maîtrise pas. On parle souvent de ce qui nous désavantage concernant l’arbitrage sans parler de ce qui nous avantage. Pour ce qui est des penalties, je vous laisse seuls juges.”

Impliqué sur le premier penalty, Mechele estimait ne pas avoir fait faute. “Je suis catégorique : il n’y avait penalty sur aucune des deux actions offensives du Standard. Sur celle dans laquelle je suis impliqué, je me demande bien ce que j’aurais pu faire d’autre. Je suis sûr en tout cas que je ne touche même pas mon adversaire et que celui-ci se jette donc par terre volontairement pour influencer l’arbitre.”

Clinton Mata, avait le même point de vue. “Le dernier penalty, pour moi, il n’y a rien. Le ballon touche sa poitrine, que peut-il faire d’autre ?”

One thought on “Philippe Montanier concernant l’arbitrage face à Bruges : “On parle souvent de ce qui nous désavantage sans parler de ce qui nous avantage”

  1. Bien dit Philippe. Ces satanés blauw en zwart sont tellement habitués d’avoir toute la fédération et les arbitres à leur pieds. Je crains le mauvais rapport pour Mr Laforge. Par contre la main de Vormer par un arbitre flamingant à Sclessin quand se joue le titre, c’estnormal… et tout le reste.
    J’espère en plus qu’ils n’ont pas infecté Sclessin avec 3 joueurs et des dirigeants infectés.

Laisser un commentaire

Top