Menu Standard
Add more content here...

Pierre Locht rassure les supporters du Standard à propos de 777 Partners

Après trois journées, le Standard ne compte qu’une petite unité et les supporters sont déjà inquiets. Le mercato n’avance plus et plusieurs craignent une mauvaise saison. Alors que 777 Partners est remis en cause par beaucoup, Pierre Locht explique la stratégie des investisseurs du Standard.

Pour répondre aux interrogations des supporters du Standard, le CEO Pierre Locht a livré une interview publiée sur les réseaux sociaux du club. L’homme fort des Rouches s’est exprimé sur les attentes des supporters, la stratégie 777 Partners et la hiérarchie entre les différents clubs de la galaxie.

« On a essayé de travailler au mieux, mais on savait qu’il y aurait des changements importants au sein de l’effectif. Si la transition s’est faite au niveau du club l’année dernière, c’est au niveau du noyau qu’elle s’est réalisée cette année. On avait enregistré cinq recrues très tôt, mais le changement de coach a modifié nos plans, on ne l’avait pas anticipé. Nous sommes convaincus d’avoir fait le bon choix avec les personnes en place mais la nouveauté demande du temps. Des profils remplis de qualité et d’expérience vont encore nous renforcer. D’ici à la fin du mercato, nous aurons un noyau pour répondre à notre objectif, les Play-Offs 1 » promet Pierre Locht.

Enfin, le CEO des Rouches s’est aussi exprimé sur la stratégie de 777 Partners, qui reste floue pour plusieurs. « Ils n’achètent pas les clubs au hasard, ils ont plusieurs critères : un potentiel de supporters, une histoire, une pertinence sportive et une marge de progression. Leurs équipes à Londres nous aident dans nos choix et dans le management du club. »

Dans les travées de Sclessin, la question de la hiérarchie entre les clubs détenus par 777 Partners est souvent remise sur la table. « Il n’y en a pas » assure Pierre Locht. « La réalité est que pour la Genoa, les revenus en termes de droits TV sont bien plus élevés que les nôtres. Ils peuvent donc réaliser des transferts que nous ne pouvons pas. Vasco De Gama, aussi, peut se permettre des dépenses d’une autre dimension. Mais en Belgique, il y a cinq tickets européens à distribuer et cela reste notre ambition. Cela va nous créer des revenus, comme le développement de notre académie, qui vont nous permettre d’être plus ambitieux sur le marché des transferts » termine le CEO des Rouches.

Laisser un commentaire