Menu Standard
Add more content here...

Sa Pinto toujours pas remis d’avoir été « traité comme un animal »

A quelques heures du Clasico, Ricardo Sa Pinto est revenu sur l’épisode du gobelet de bière. Des événements qui l’ont marqué.

En 2017, le Standard rencontrait le Sporting d’Anderlecht en Coupe de Belgique, également en huitièmes de finale. Cette rencontre aura été ponctuée d’un incident qui aura beaucoup fait parler : le gobelet de bière jeté sur Ricardo Sa Pinto.

« Je méritais bien plus de respect », a confié l’ancien T1 des Rouches dans un entretien accordé à la Dernière Heure, estimant même que les journalistes ne le respectaient pas.

Sa Pinto ne comprend toujours pas l’arbitre

« La façon dont on m’a traité à Anderlecht n’était pas juste », a-t-il ajouté avant de revenir sur les faits du match en détails dont le comportement de l’arbitre.

« J’attendais que l’arbitre vienne pour constater que j’avais bien été la cible d’un projectile mais il n’est jamais venu. Au lieu d’arrêter le match, qu’a-t-il fait ? Il m’a exclu », s’est exclamé le Portugais qui, six ans plus tard, ne comprend toujours pas cette réaction.

Pour lui, les choses sont claires : « Il n’y a qu’en Belgique qu’on voit cela, j’ai été traité comme un animal ».

2 thoughts on “Sa Pinto toujours pas remis d’avoir été « traité comme un animal »

  1. Mieux vaut avoir un coach avec cette ardeur impétieuse qu’un coach aussi mou qu’un marshmallow. Un des rares coach qui est parvenu à magnifier, sublimer, élever une équipe ces dernières années. Telle une alvéole pulmonaire, il redistribuait sa passion, sa ferveur, son amour du club afin de d’embellir ce rouge qui lui allait si bien. Il a été lapidé sur la place publique telle une abeille au prise avec un frelon asiatique, au nom de l’hypocrisie de peau rouge et de son acolyte MPH, les deux derniers grands fossoyeurs de Sclessin sur Meuse.

Laisser un commentaire