Vous êtes ici
Home >> RTBF >> Steven Gerrard, joueur de légende et coach en devenir, débarque à Sclessin

Steven Gerrard, joueur de légende et coach en devenir, débarque à Sclessin

Il y a des noms qui claquent et s’inscrivent durablement dans l’imaginaire collectif. Pour les amateurs de foot, celui de Steven Gerrard est de ceux-là. Un patronyme à jamais accolé au rouge de Liverpool. Ce jeudi, il sera à Sclessin pour affronter le Standard en Europa League avec les Glasgow Rangers.

710 matches avec le maillot frappé du Liverbird, 114 sélections celui de la rose, Stevie G est une icône sur les rives de la Mersey et aux quatre coins du Royaume de sa gracieuse majesté.

Un CV qui en impose et l’humilité des plus grands au moment d’entamer sa nouvelle vie de l’autre côté de la ligne de chaux.

Je ne suis plus Steven Gerrard le joueur. Il est important de savoir tourner la page. J’essaie d’aider autant les joueurs que je peux dans mon rôle de coach.”

A peine ses crampons rangés, le capitaine légendaire des Reds a replongé. Très vite, il s’est senti à l’étroit dans son costume de coach des U18 de son club de cœur. Homme de défi, il a accepté un challenge immense : réveiller un géant endormi.

Je suis dans un grand club où les attentes sont énormes. Mais ce sont les responsabilités que j’aime“.

Le titre : un rêve et un objectif

La faillite de 2012 et la relégation en 4e division ont laissé des traces même si elles n’ont jamais altéré la passion des supporters des Gers. L’orgueil lui reste meurtri. D’autant plus que l’éternel rival en a profité pour mettre la main sur la Scottish Premier League avec 8 titres de rang. “Le titre, c’est un rêve, c’est le challenge et un objectif. C’est aussi très difficile parce que la compétition est très relevée. Mais c’est pour cela que l’on travaille“.

Sa quête a commencé en juin 2018. Avec la volonté d’immédiatement imprima sa marque. “J’ai voulu amener mes joueurs, mon propre staff. J’ai voulu changer certaines choses comme La manière dont l’équipe joue en possession ou en perte de balle. Cela a pris du temps pour y arriver. On doit continuer à grandir et à apprendre. C’était un énorme challenge et ça l’est toujours“.

Joueur, Gerrard avait une aura, une frappe chirurgicale mais aussi un cœur énorme. Il est toujours animé par la même flamme. “J’ai faim de victoire. Je suis excité par cette nouvelle carrière. Je pense que c’est aux autres de déterminer quel genre d’entraîneur je suis. Si je suis bon ou si je dois m’améliorer“.

Se nourrir des autres et rester soi-même

Il concède tout de même avoir sa “vision du jeu“. Il s’inspire de ses ex-coaches, sans chercher à copier. “J’ai eu la chance de jouer pour beaucoup de grands entraîneurs, des entraîneurs de classe mondiale : Gérard Houllier, Rafa Benitez, Brendan Rodgers, Fabio Capello, Roy Hodgson. Mais je pense que je dois être moi-même. J’essaie de prendre quelques petites choses chez tous ces coaches et de les utiliser pour tracer ma route.”

Souviens-toi l’été 2008

Son chemin de T1 l’amène à Sclessin. Face à ce Standard contre lequel il a souffert à l’été 2008. “L’atmosphère était superbe, très bruyante, très puissante. Le public était vraiment derrière son équipe. Ça aurait été fantastique d’expérimenter cela pour la deuxième fois. Malheureusement, nous jouerons dans un stade avec seulement quelques milliers de fans. J’aurais aimé que mes joueurs goûtent à cette ambiance“. Venant d’un ex-joueur de Liverpool, référence en la matière, le compliment prend encore plus de relief.

Les bords de Meuse seront plus calmes qu’à l’habitude. “C’est peut-être une chance pour nous. Mais je considère toujours que c’est un match difficile. Il y aura deux bonnes équipes sur le terrain, avec des bons joueurs des deux côtés. Ce sera un match excitant. C’est important de prendre des points et de bien démarrer dans ce groupe“.

Si coach Gerrard n’a gardé qu’une chose du player Steven, c’est bien l’appétit pour la victoire.

Laisser un commentaire

Top