Un Renaud Emond en déconnexion

En deux sorties hors de Sclessin cette saison, l’attaquant du Standard attend toujours sa première balle jouée dans la surface. Et à domicile, son bilan est à peine meilleur. Se fera-t-il doubler par un Abdoul Tapsoba de retour de blessure dans les prochaines semaines ?

Sur l’herbe d’un Kuipje surchauffé, difficile pour le Standard d’exister offensivement jusqu’aux premiers changements effectués par Ronny Deila. La faute, notamment, à un Renaud Emond qui ne ménage certes pas ses efforts, mais dont l’apport à ses couleurs reste famélique. Du coup d’envoi de la rencontre à son remplacement par Abdoul Tapsoba, le Phénix n’a pas touché le moindre ballon dans la zone de vérité adverse.

Un problème qui devient récurrent puisqu’en deux sorties hors de Sclessin cette saison, Emond attend toujours sa première balle jouée dans la surface. Un peu plus en réussite à domicile, le Gaumais a touché trois ballons dans les seize mètres face à La Gantoise et un contre le Cercle. Mieux, mais bien trop maigre pour mener l’attaque d’un Standard qui cherche toujours sa référence en zone de finition.

Revenu en janvier à Sclessin pour apporter son expérience et sa grinta à un Standard dont les buteurs de l’époque, Jackson Muleka et Joao Klauss se trouvaient en totale panne de confiance, Renaud Emond a semblé l’homme providentiel lors des ses trois premières sorties puisqu’il a trouvé le chemin des filets à deux reprises. Depuis, il a enchaîné douze apparitions en restant muet. Le niveau global du Standard de Luka Elsner, en totale perdition la saison dernière, n’a certes pas aidé à performer, mais comme on l’a expliqué plus haut, les premiers matches de la saison du natif de Virton ont simplement confirmé certaines de ses limites.

Certes, un attaquant n’est pas toujours jugé que sur sa production offensive, surtout quand la concurrence est faible et que le titulaire en question n’est pas du genre à rechigner sur les efforts souvent ingrats. Les courses et les appels généreux de Renaud Emond peuvent aussi aider les autres joueurs de l’équipe à apporter leur pierre à l’édifice offensif. Et c’est sans doute pour cela que Ronny Deila continue de l’aligner.

Le Standard aurait cependant besoin que son numéro 9 soit plus efficace et le Norvégien en a conscience, mais il doit composer avec les maigres cartouches dont il dispose dans son effectif. Ou, peut-être, disposait.

L’éclaircie pourrait venir de Tapsoba, buteur dès son irruption sur le terrain contre Westerlo. Le Burkinabé va-t-il se voir confier la clé des offensives rouches dans les prochaines semaines ? De retour de blessure, il pourrait apporter cette efficacité qu’il manque au point d’ancrage de sa formation. Mais il faudra peut-être un peu de patience.

Car il ne faudra pas compter tout de suite sur l’un des arrivants de l’été: Noah Ohio. Ce dernier a beau avoir été biberonné aux principes de l’école Red Bull, ses premières apparitions n’ont pas suffi à en faire un titulaire et le voilà désormais retardé par une blessure qui l’écartera encore plusieurs semaines des pelouses belges.

Est-ce que les possibilités offensives actuelles suffisent au bonheur de Ronny Deila ? On a de la peine à le croire. Sans doute espère-t-il que Fergal Harkin, le nouveau directeur sportif des Liégeois, saura trouver un joli lapin dans son chapeau ? Car l’encore très jeune Abdoul Tapsoba ne règlera pas à lui seul tous les problèmes.

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App