Vous êtes ici
Home >> Sport/foot magazine >> “Voir Nicolas Raskin chez les Diables ne relève aujourd’hui plus du fantasme”

“Voir Nicolas Raskin chez les Diables ne relève aujourd’hui plus du fantasme”

Notre journaliste Martin Grimberghs répond à trois questions qui ont fait l’actualité footballistique de ces derniers jours. Au menu: l’envol de Doku, la revanche des sans grades et les vacances forcées de Nicolas Raskin.

Un petit en PO1, c’est possible ?

À l’essoufflement visible du Beerschot répondent les montées en puissance d’Ostende et d’OHL. Voire du Cercle Bruges. Trois petits clubs, emmenés par une philosophie et quatre pieds en or. Ceux de Xavier Mercier et Dino Hotic dictent le tempo à Louvain et Bruges, quand le gegenpressing (ou contre-pressing en VF) cher à Alexander Blessin fait des merveilles à la côte.

Les huit caviars déposés par Mercier en autant de journées constituent un record en Pro League.

Avec un noyau qualitativement inférieur à la concurrence, le coach allemand fait des miracles en imposant une cadence infernale à ses adversaires. OHL et le Cercle répondent à l’engagement physique des Ostendais par la précision de leur virtuose. Les huit caviars déposés par Mercier en autant de journées constituent un record en Pro League, tandis que la vista d’Hotic fait danser à elle seule le Cercle de Paul Clement. Suffisant pour mettre à mal plus longtemps les candidats auto-proclamés au top 4 ? Si Anderlecht, Genk, Gand ou l’Antwerp ne se montrent pas plus réguliers, il y a aura minimum une place à prendre derrière le top 3 actuel de notre championnat.

Quel intérêt Anderlecht aurait-il eu à ne pas vendre Doku ?

Difficile d’imaginer une autre issue dans un dossier qui ravira les trois parties. Nouvelle place forte hexagonale, le Stade Rennais s’offre un diamant brut au prix fort, mais qui garantit, grâce à son jeune âge, un vrai potentiel à la revente. De l’autre côté, Anderlecht efface une bonne partie de ses dettes et repart d’une page blanche. Encore privé de compétitions européennes, la direction bruxelloise a fait ses comptes. Et probablement compris que sa pépite ne rapporterait jamais beaucoup plus d’argent que les 26 millions d’euros (plus bonus) aujourd’hui évoqués en ne se produisant qu’exclusivement sur la scène nationale. De plus, sportivement, Jérémy Doku n’aurait pas pu à lui seul transformer la saison des Mauves en autre chose qu’une nouvelle année de transition.

Un peu court pour la Premier League ou la Liga, le dribbleur apprendra le métier dans un championnat plus accessible, mais qui constitue un vrai pas en avant par rapport à la Pro League.

Enfin, prenons le parti du joueur. Jérémy Doku pouvait-il espérer un meilleur transfert ? En rejoignant le club le plus puissant de Ligue 1 derrière le PSG, l’ancienne pépite de Neerpede s’inscrit dans un projet ambitieux, qui le mènera dans quelques semaines à la découverte de la Ligue des Champions. Des milieux de semaines excitants et des week-ends formateurs, donc. Probablement encore un peu court pour se faire une place en Premier League ou en Liga, le dribbleur bruxellois apprendra le métier dans un championnat plus accessible, mais qui constitue un vrai pas en avant par rapport à la Pro League.

Pourquoi Nicolas Raskin est en vacances pour les dix prochains jours ?

Pas repris dans la large revue d’effectifs de Roberto Martinez (qui a sélectionné 33 joueurs), absent également de la liste de Jacky Mathijssen avec les Espoirs, et faute de joutes amicales prévues avec les U19, Nicolas Raskin profitera du break international pour faire le point sur un début de saison canon. Une absence qui interroge quand on connaît la propension du sélectionneur national à convier des invités surprise dans son groupe ces derniers mois (remember Elias Cobbaut, Landry Dimata ou Yari Verschaeren).

Bien engagé dans sa quête de qualification pour l’EURO 2021 après deux victoires contre l’Allemagne, Jacky Mathijssen et les U21 nous rétorqueraient sans doute qu’on ne change pas une équipe qui gagne. Un adage qui ne vaut jamais pour les super talents. Ce week-end surtout, mais depuis le début de saison déjà, Nicolas Raskin confirme qu’il en est un. À seulement 19 ans, le Liégeois est devenu le moteur des Rouches. Son association avec Samuel Bastien dans le milieu de Philippe Montanier, déjà aperçue en début de saison, sera l’une des attractions des semaines à venir. Le voir évoluer au côté d’Albert Sambi Lokonga en Espoirs voire avec Youri Tielemans ou Kevin De Bruyne chez les A ne relève aujourd’hui plus du fantasme.

2 thoughts on ““Voir Nicolas Raskin chez les Diables ne relève aujourd’hui plus du fantasme”

Laisser un commentaire

Top