Le mot de « Gerouche »: LE REVEIL DES CHEVRES

Mais pas seulement, il faut mettre aussi en exergue le réveil des vrais supporters qui s’étaient un peu endormis ces derniers mois, voir retourner contre leurs propres joueurs.

Car je dois dire, Amis rouges, que cela faisait bien longtemps que je ne m’étais plus autant amusé à Sclessin, dans un stade redevenu, l’espace d’un soir, un véritable ENFER, pour les visiteurs.

Déjà, en déambulant dans les rues juxtaposant le stade, on pouvait se rendre compte d’une certaine ferveur retrouvée, comme par enchantement, alors qu’aucun véritable signe favorable quant à une réelle plus-value de notre équipe n’était perceptible ces derniers jours, mis à part la prise en main de notre nouveau coach, Deila, qui semblait avoir mis le doigt sur nos lacunes passées, soit essentiellement un manque de mentalité, de combativité.

Au coup d’envoi, donc, le Standard ne partait certainement pas avec les faveurs des pronostics, surtout face à cette Gantoise bien rodée.

Une fois installé en tribune, cette première agréable impression fut bien vite confirmée, les animations en et l’ambiance prenant le pas sur une certaine appréhension, pour ne pas dire une morosité que nous trainions comme un boulet et qui semblait enfin oubliée.

Et ce ne fut pas la montée des joueurs sur la pelouse qui nous dira le contraire, accueillis à grands cris, à force d’applaudissements, un peu comme si tout ce qui s’était passé la saison écoulée était provisoirement oublié et pardonné. Bien nous en pris, du reste, nos joueurs ne paraissant pas trop paralysés au moment d’exécuter les premiers gestes, souvent déterminant pour la suite.

Bien sûr, après quelques minutes de jeu, l’exclusion du jeune Calut instaura à nouveau un climat de crainte, de défiance, la poisse semblant de nouveau nous coller à la peau, Mr Visser n’y étant du reste pas vraiment étranger.

Curieux arbitre que celui-ci, aux décisions pas toujours évidentes et souvent à contre-courant, mais bon, n’allons pas encore mettre ceci sur le compte d’un climat anti-wallons bien existant au Nord hélas.

La suite, comme moi, vous l’aurez vue et revue depuis, notre équipe arrachant en fin de partie un match nul que plus personne n’osait encore espérer, des œuvres de Noé Dussenne, notre vieille chèvre s’il en est, bien servi il est vrai par un jeune loup dont on devrait bien vite reparler …. Cihan Canak.

Ah, quelle fut belle, cette délivrance, accueillie en fin de compte comme une victoire, tant les choses semblaient bien mal parties, devant disputer l’essentiel de la rencontre à dix contre onze, un onze Gantois du reste supérieur au nôtre, si pas techniquement, essentiellement dans son replacement sur le terrain, leurs joueurs à l’avant s’élançant rapidement, en nombre et en vague successives dans les espaces, provoquant à tous les coups la panique dans nos rangs, sitôt le cuir récupéré.

Cela témoigne d’une préparation longuement affinée, minutieusement mise au point durant de longs mois, un tet déploiement ne s’improvisant pas du jour au lendemain, chacun sachant ce qu’il a à faire.

Il nous faudra encore du temps pour pouvoir procéder à l’identique, soit en travaillant les automatismes.

Quoiqu’il en soit, nous avons pu apprécier, en l’espace d’un petit quart d’heure, l’apport que peuvent avoir nos jeunes, à l’image de Noah Ohio, dont la percussion, le physique et la vitesse n’ont échappé à personne dans le stade. Il s’en est fallu de peu pour que sa première action se termine de la plus belle des manières.

Même constat donc pour Canak, auteur d’un beau crochet et d’un centre millimétré sur le but égalisateur.

Et même si Ngoy, en défense, est aujourd’hui pointé du doigt sur les deux buts concédés, par sa seule présence dans les parages du remiseur puis du buteur, il faut bien reconnaitre que les deux centres n’auraient pu mieux retomber sur les têtes gantoises et qu’il lui aurait été difficile de faire mieux, à moins de commettre les fautes nécessaires.

Deila a raison de dire que nous avons des jeunes très talentueux et que c’est tout bon pour le futur du club.

Mais la bonne semi surprise nous est venue d’Amallah, que nous n’avions plus vu aussi en jambes et combatif depuis des lustres. Encore une chèvre sifflée voici quelques jours, et dont le nom fut scandé sans retenue par tout un stade. Il serait tout de même drôlement amusant que les joueurs les plus critiqués deviennent le symbole du renouveau.

Enfin, je m’en voudrais de ne pas citer le retour aux affaires d’Arnaud Bodart, injustement écarté fin de saison passée par Elsner, retour amplement couronné de succès, tant son apport fut déterminant, une fois encore.

Un juste retour des choses, pour notre gardien le plus souvent irréprochable, à tel point que la moindre petite hésitation lui valut d’être montré du doigt. Inacceptable, vraiment.

Apprenant ce matin que nous avons enfin transféré un back gauche expérimenté, seul nous reste à priori la nécessité d’acquérir un bon 10, soit ce meneur de jeu tant espéré à la vision supérieure à la moyenne et à la passe aussi précise que rapide, à moins que, sans le savoir, nous le détiendrions déjà en nos rangs.

Car où aller chercher un tel type de joueur, et surtout à quel prix ?

J’ai longtemps cru qu’Olivier Dumont aurait pu être celui-là, mais il est parti ailleurs.

Il y a bien la solution « Bokadi », attaquant de formation, d’autant que derrière, à la récupération, on se bouscule un peu, jugez plutôt, au vu des six noms suivants : Merveille donc – auquel il faut ajouter Cimirot-Raskin-Vandamme-Pavlovic-Vankerkhoven.

Des choix devront encore être posés, de toute évidence, par Mr Deila.

Je terminerai cette note semi positive, la route étant encore longue avant de pouvoir dire que le Standard est guéri, tout au plus en convalescence, en ayant apprécié l’attitude de notre coach, en fin de rencontre, se mêlant aux joueurs pour venir saluer et festoyer avec les supporters. Une première à Sclessin. On en redemande. C’est ça aussi, savoir être proche de ses joueurs !

Gérouche

 

6 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: LE REVEIL DES CHEVRES

  1. J ajouterais que tant Raskin donum cimirot peuvent être doivent encore s’améliorer quand à Émond il faut espérer qu’il puisse se concentrer sur sa fonction première « buteur « mais le principale
    C’est l’envie et jouer en équipe et là c’est du 200% par rapport à la défunte saison j’aimerais voir un joueur style
    Owuzu dans cette
    Équipe

  2. Plutôt que réveil je préférerais jusqu’au-boutistes, si je puis me permettre mon cher Gerouche. Car s’ils ne sont pas motivés à ce stade de la compétition avec un nouveau staff, quand le seront-ils ? En l’occurrence les chèvres avaient mangé du lion, en particulier le pauvre Çalut injustement sanctionné de la carte pour une première faute involontaire tout au plus, il se prend les pieds avec l’adversaire mais coupable sur la deuxième presque orange.
    Quant au niveau technique, cela reste faible dans l’ensemble, beaucoup de mauvais contrôles mauvaises passes de la part de Raskin en particulier d’autant plus dommageable dans son rôle de meneur de jeu.
    Je préfère le jeu plus (presque trop) propre de Cimirot que je voudrais voir permuter avec Raskin
    Le numéro 10 on l’a avec Amallah mais il faut une autre animation en attaque dans de meilleures circonstances espérons le.
    Une dernière parenthèse à propos de Canak. Je le trouvais fort léger au cours de match puis en revisionnant le résumé à tête reposée, j’ai apprécié son centre aussi beau que celui de Kums, mais à la différence de ce dernier qui avait tout le temps sans adversaire à 20m à la ronde, Canak l’a effectué en pleine accélération.
    Une victoire pardon un partage qui fait du bien surtout moralement. La tactique et le système sont à revoir à onze.

    1. Comme dit notre ami Gerouche, nous avons retrouver du plaisir à regarder nos joueurs sur le terrain, cela tient quasi du miracle, non ?
      Je suis pleinement d’accord sur l’approche de notre ami « VanMoer », il ne faut pas s’emballer mais comme dit Laifis dans la presse : « Aujourd’hui, à l’inverse de la saison dernière, tout le monde sait ce qu’il a à faire ». Cette phrase est plus que symbolique, elle est le reflet de ce que le coach a déjà réussi en quelques semaines de travail.
      Pour l’analyse de VanMoer, je trouve et je l’avais déjà signalé ici que le niveau technique est encore trop juste et qu’il faut des transferts qui vont faire évoluer cet état de fait.
      l’avis sur le milieu de jeu et sur l’attaque (il faut un remplaçant pour Emond trop limité) est très pertinent, j’ajouterais juste que la jeunesse (Canak, Nouibi, Ngoy) me rassure sur le moyen terme. Nous avons une magnifique académie qui s’est fort bien restructurée, on insiste pas assez sur cette belle perspective.
      Deila est parvenu a recentrer voir à remotiver des garçons comme Amallah et Donnum qui sont de bien beaux exemples de starlettes égocentriques, chapeau monsieur DEILA !!
      Allez les amis, nous allons retrouver rapidement notre plaisir et notre fil ….rouche !!!

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App