Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de “Gerouche”: POISSE OU MALADRESSE ?

Le mot de “Gerouche”: POISSE OU MALADRESSE ?

Chers supporters,

Cette fois enfin, le Standard a vaincu sur un terrain qui ne lui a guère porté chance ni réussite jusqu’ici. Et il s’en est fallu de bien peu pour que cette poisse nous colle encore aux basques jusqu’à cette ultime minute de jeu, moment choisi par Samuel Bastien, décidément très en vue ces derniers temps et au meilleur moment, pour nous rendre justice et surtout maintenir le Standard dans la course aux PO1, parmi les premiers.

Car oui, à n’en pas douter, c’aurait été un déni de justice si nos couleurs ne s’étaient pas imposées là-bas après avoir donné une véritable leçon de football en première mi-temps à des adversaires d’ordinaire par vraiment faciles à manœuvrer sur leurs terres, alors que tantôt les piquets, tantôt l’arbitre nous privèrent d’une large avance au marquoir amplement méritée au terme du 1er acte. C’eut été de quoi dégouter les plus fanatiques d’entre nous.

Aussi, quand j’entends dire de la part de MPH que nos joueurs ont oublié de tuer le match, une fois de plus, c’est vrai en partie, mais pas seulement, la volonté étant bien présente de ne pas s’en tenir à ce maigre avantage d’un but, mais quand « ca » ne veut pas rentrer, que peut-on y faire ?

Certes, à l’une ou l’autre occasion, il y eu aussi un peu d’imprécision plus qu’une véritable maladresse des joueurs alignés, certains tirs n’étant pas cadrés.

Mais, très honnêtement, les joueurs ont fait le « job », me semble t’il, car pas évident non plus de tenir le même rythme toute une rencontre face à un adversaire qui attend que le feu s’éteigne pour, à son tour, porter le danger.

Le seul bémol, justement, et il est de taille, est que le feu initial était bien retombé à  la remontée sur le terrain en seconde mi-temps avec des intentions apparemment toutes autres, abandonnant le jeu à nos ôtes d’un soir jusque là inexistant, ceci alors que rien, en fin de compte, n’était acquis du fait de tant de gaspi !

Fort heureusement et une fois encore, notre fin de match fut assez révélatrice de l’état d’esprit qui anime le groupe, décrochant ainsi une xième victoire de rang dans les derniers instants. A ce titre, les montées au jeu en fin de rencontre de joueurs frais face à des rivaux quelque peu émoussés sont très intéressantes, et ceci est rendu possible grâce à l’effectif pléthorique dont a voulu disposer le bouillant Michel.

Intéressant aussi du reste, l’alignement simultané des deux grands formats que sont Oulare et Avenatti, ces deux là devant pouvoir s’entendre et rendre la tâche des défenseurs adversaires bien difficile, dans les airs essentiellement !

A revoir assurément, et sans cette fois déstabiliser le grand Uruguayen par quelques coups de sifflet pas vraiment motivant ! J’exhorte donc vivement les supporters en tribune à applaudir notre homme à sa prochaine montée au jeu, histoire de le mettre en confiance, élément si important et parfois si versatile pour ne pas dire volatile !

Quoiqu’il en soit, voici le Standard a nouveau accroché à la seconde place, certes très aléatoire et avec le souffle de l’un ou l’autre candidat au top 6 dans le dos. Et parmi ceux-ci, les surprenants Carolos qui semblent avoir bien mieux digéré de départ de Felice Mazzu que prévu.

L’heure n’est sans doute pas encore aux supputations des transferts hivernaux, mais il serait peut-être bon de rectifier l’un ou l’autre pion sur notre échiquier, histoire de nous rapprocher encore du leader autoritaire que sont les Blauw en Zwarte.

Or, assez bizarrement, il semble que ce soient encore nos flans qui laissent à désirer, Boljevic à droite n’affichant pas la régularité attendue, alors que Limbombé à gauche a jusqu’à présent été aux abonnés absents.

Nous comptions certes dans nos rangs des garçons comme Mpoku et Carcela, mais tous deux ont été quelque peu « recentré » dans le jeu, leur tendance à jouer sur leurs flans contraires afin de pouvoir rentrer dans le jeu sur leur bon pied au détriment des débordements ayant entrainé et justifié cela.

Reste donc à nos backs à alimenter nos tours en pointe, mais, ici encore, ça semble toujours un peu court, même si les deux titulaires à ces postes courent sans compter leurs efforts, mais, au final, bien peu de bonnes choses n’en ressortent vraiment.

La cellule de recrutement aurait t’elle raté l’une ou l’autre cible, cet été ? Apparemment oui, même si, bien sûr, nous n’avons pas les moyens de nous payer des « monstres » , juste des seconds couteaux.

Ah si seulement nous avions dans nos rangs un Castagne, passé pourtant par la maison rouge.

A moins que, comme lu ci et là, nous allions  repêcher Cavanda, complètement oublié le pauvre, et devant ronger son frein en tribune, la plupart du temps, voire à la maison !

Ceci étant dit, je ne pourrais terminer sans faire une fois encore une petite allusion à notre équipe Nationale, brillamment mais aussi facilement qualifiée pour la finale de l’Euro.

Nouveau coup de gueule donc ….

Si j’y reviens, en effet, c’est parce que, une fois de plus, certaines sélections posent question, de la part de Mr Martinez, comme ce choix de reprendre Cobbaut, joueur peu en vue dans une équipe qui l’est tout autant.

Idem pour le jeune Verschaeren, fréquemment aligné dès que l’occasion se présente, sans que rien ne le justifie vraiment par rapport à d’autres joueurs de notre championnat.

A côté de cela, Lestienne, retenu certes deux fois, reste en tribune alors qu’un Bastien n’est même pas annoncé dans une future sélection ! Ah mais j’oubliais, ils sont rouges ces deux-là, ceci pouvant expliquer cela.

Décidément, rien n’a vraiment changé sous nos cieux, l’influence des uns et des autres restant prépondérante sur le coatch National, quelle que soit sa nationalité !

Gérouche

2 thoughts on “Le mot de “Gerouche”: POISSE OU MALADRESSE ?

  1. Salut Gerouche, content de te retrouver malgré les problèmes de connexion.
    La fin de match a montré effectivement que quand il faut arracher une victoire, les deux grands avants pèsent surtout lorsqu’ils sont frais.
    J’ai déjà maintes fois regretté que les avants soient (trop) isolés en pointe. Ou alors les 3 derrière quand on joue en 4231 doivent beaucoup plus soutenir en attaque pour récupérer les 2e ballons comme on dit maintenant.
    Quant à Martinez, je ne l’ai jamais apprécié, Je n’ai toujours pas digéré la defaite contrela France quand Martinez a galvaudé notre (unique?) chznce historique d’etre champion du monde en lançant Dembele qui n’avait jamais rien fait en EN

Laisser un commentaire

Top