Argent et ligue des champions, quel impact dans cette compétition ?

Si l’on se concentre sur les dernières années, il semblerait qu’il y a un lien entre les moyens financiers du clubs et leur sélection en ligue des champions. Ainsi, si on retrouve les clubs les plus importants des pays d’Europe et de Turquie ou encore Russe, il est indubitable que ceux que l’on retrouve le plus souvent sont les gros clubs européens, figurants également dans les principaux championnats internationaux.

Victoire en ligue des champions et valeurs marchandes

Ainsi, si l’on compare les gagnants de la ligue ces dix dernières années avec le top 10 des équipes à la valeur marchande la plus élevée d’Europe, on trouve bien évidemment des correspondances. Le dernier vainqueur en date, le Bayern Munich (vainqueur également en 2013), est cette saison sur la troisième marche du podium monétaire avec une valeur de 891.4 millions d’euros. Liverpool, vainqueur de 2019, est aussi en première position avec 1.1 milliard d’euros. Le Real Madrid, 4 fois champion (2018-2017-2016 et 2014) figure aussi dans ce top 10.

Condition nécessaire, mais suffisante

Si de bonnes conditions monétaires sont nécessaires, elles ne garantissent pas pour autant la victoire. On rappellera que le Paris St-Germain, 4ème avec ses 870 millions d’euros, n’a jamais remporté la victoire. De même, Manchester United (769.35 euros) et Tottenham Hotspur (742..55 millions d’euros) ne sont pas ou plus en lisse dans le tournoi. L’argent ne fait donc pas tout, et tant mieux, cela permet de créer la surprise, comme lors de la victoire du PSG contre Barcelone en huitième de finale ; cela a dû faire la joie des parieurs audacieux sur Betway paris foot et des supporters parisiens.

Deux vitesses au sein d’une même ligue ?

A l’instar de la victoire parisienne, il arrive d’autres événements inattendus, comme lorsque certains clubs allemands ont réussi à contrer des grands clubs avec des ressources modestes. En pratique, ces deux vitesses sont perceptibles à nouveau dans les valeurs marchandes des clubs qui s’affrontent, comme le groupe B, ou le Real Madrid (802 millions d’euros d’effectif) affronte le Borussia Mönchengladbach (effectif à 343.13 millions d’euros). Cette même équipe avait renforcé son effectif avec des transferts de joueurs  1.2 million d’euros et 1,5 million, pour les joueurs Valentino Lazarao et Hannes Wolf. Ce qui est moins que pour la plupart des joueurs du Standard de Liège, comme Selim Amallah, célèbre buteur de cette équipe, dont la valeur s’élève à 6.5 millions d’euros. Le joueur avait accordé la finale de la coupe de Belgique à son club. Mais comme on l’a vu, tout n’est pas joué grâce aux moyens financiers ; pour rappel, en 2018-2019, l’Ajax Amsterdam a réussi à aller jusqu’en demi finale avec une équipe dont la valeur d’effectif s’élevait à 342.55 millions d’euros.

Vers une Super Ligue ?

Les poids lourds du football européen aspirent à une nouvelle compétition, un plan de financement ainsi qu’une date de lancement ont été dévoilés au public. Même si le risque de dévaloriser les compétitions nationales est présent, cela pourrait avoir l’avantage de casser ce système de clubs à deux vitesses au sein de la ligue des champions, ce qui laisserait de vraies chances aux outsiders ainsi qu’aux jeunes espoirs du football.

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App