Le mot de « Gerouche »: AERER OU S’ENFERMER

Chers supporters,

Les rencontres, déjà, se suivent à une cadence éffreinée alors que le mois d’août n’est même pas terminé, et avec lui les éternelles supputations des uns et des autres quant aux prochains départs ou possibles arrivées.

Et au terme de celles-ci, des résultats parfois très différents, voir mitigés, laissant apparaitre nos défauts au grand jour, un peu comme si, l’espace d’une année, rien n’avait vraiment changé.

Rappelez-vous en effet, l’an dernier à la même époque, le Standard souffrait du même mal, dépendant trop souvent d’un exploit de Junior ou Polo pour prendre les défenses adverses en défaut.

Certes, note élimination de la Champions League des œuvres de l’Ajax n’a pas trop atteint le moral de nos troupes, la supériorité des Ajaccides étant en fin de compte assez évidente, même si on peut toujours avoir des regrets, notamment suite à ces 3 piquets sur l’ensemble des deux rencontres, notre manque de prévoyance et plus encore de réaction au terme de la 1ére mi-temps là-bas, les bataves s’étant littéralement promené sur notre flan droit, insuffisamment préparé et armé.

Toutefois, le constat qui revient le plus souvent reste donc le même, à savoir une propension à dominer, à développer correctement notre jeu jusqu’au rectangle, zone où tout semble inexorablement se gâter, par faute d’efficacité, par excès d’actions « rentrantes » surtout, comme l’a si bien fait remarquer un certain Van Moer sur ce site, qualifiant cette façon de faire « d’entonoir », assez révélateur de l’impression générale.

Cette manière de progresser en zone de conclusion nous est très hautement préjudiciable, surtout quand l’équipe d’en face a précisément regroupé l’essentiel de ses forces dans ce secteur.

La raison de cette manœuvre repose sur deux noms, essentiellement : Mpoku et Carcela !

Un comble quand on connait leur importance sur le terrain, mais, quand y réfléchi bien, leur manière de jouer conduit systématiquement à ce système « rentrant ».

En effet, aussi bien Polo que Medhi raffolent de rentrer dans le jeu, et donc évoluent de concert sur leur mauvais flan, ce qui leur enlève toute possibilité de pouvoir déborder le long de leur ligne.

Pire, leur positionnement les prive aussi toute envergure défensive, quand il s’agit d’aller tackler à contrepied un adversaire lancé le long de la ligne de touche.

Quelle serait dès lors la solution idéale pour utiliser ces deux joueurs sans retomber dans nos travers, sans les priver aussi de leur « carte de visite » sur le terrain ?

Les aligner dans l’entrejeu à trois plutôt qu’en pointe me paraitrait déjà un bon premier pas.

Seulement voilà, ce secteur de jeu est déjà très surpeuplé, au contraire de notre division offensive.

Afin de leur faire de la place, un entrejeu à cinq semblerait mieux convenir avec deux vrais joueurs de flan placés sur leur bon pied, et à leur côté, pour deux avants seulement au lieu de trois. Mais alors, vous l’aurez compris, et loin de moi l’idée de suggérer à nouveau ce système, il ne resterait plus que …. 3 places derrière. Places que pourrait intégrer Agbo, qui ferait surnombre devant.

Plein axe, on retrouverait Marin, voir Cimirot ou Bastien, pour une seule place, ce qui serait ennuyeux là aussi.

Mais notre formation pourrait ressembler à ceci :

 

Djenepo                                     Emond

Carcela                   Mpoku

Poccognoli                Cimirot                         Fay

Layfis              Agbo       Luyindama

Ochoa

En remettant Medhi à gauche et Polo à droite, mais plutôt excentrés que le long de leur ligne, je leur permets de reprendre de volée et sur leur bon pied les centres qui leur seraient adressés par leur flan, soit la meilleure façon de procéder me semble t’il face à des défenses regroupées, à l’entrée du rectangle. Sur ce genre de reprises, ça passe ou ça casse, mais l’une ou l’autre frappe finit bien par entrer, même déviée.

A mon sens, même notre équipe Nationale pourtant non dépourvue de talent devant aurait dû procéder de la sorte face à la France pour déjouer le piège tendu par Deschamps.

Quant à nos flans, précisément, si important pour écarter et donc ouvrir le jeu, j’y ai replacé Poco, le seul vrai gaucher disponible actuellement, à moins que Miangue,  et fay à droite, le préférant malgré tout à Cavanda qui devrait se contenter du rôle de remplaçant.

Mais dans ce cas, l’arrivée d’un bon et vrai gaucher me paraitrait être LA PRIORITE DES PRIORITES, d’ici le 31 aout.

Gérouche

 

 

 

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App