Le mot de « Gerouche »: DEFAITE TACTIQUE !

Chers supporters,

J’imagine que pas mal d’entre nous ont la « gueule de bois », voire la tête des mauvais jours au lendemain de notre défaite à SC Charleroi, notre frère ennemi juré, ou notre meilleur ennemi, c’est selon.

Vrai qu’on espérait une nouvelle issue heureuse, nous qui avons tant été habitué à triompher de nos voisins du sud.

Mais bon, les belles séries sont faites pour être un jour interrompue, fort heureusement, sans quoi la vie deviendrait monotone.

Mais rassurez-vous, cette apparente contre-performance cache en réalité un plan savamment calculé par notre staff technique, désireux de mettre toutes les chances de notre côté face à ces mêmes « krolos », pour les playoffs qui se profilent à l’horizon, sachant très bien qu’une défaite « voulue » de nos couleurs face aux zèbres est à ce point exceptionnelle et rarissime que le compteur est désormais remis à zéro, notre brevet d’invincibilité étant reconduit pour quelques temps….

Ah si seulement c’était vrai, hein !

Sans blague, en allant sur le site et en prenant connaissance sur le forum des commentaires des uns et des autres, je constate que rien n’a changé et ne changera jamais, le scepticisme et la mauvaise humeur reprenant ses droits sitôt qu’une nouvelle contre-performance vient frapper nos couleurs, tout comme un excès d’euphorie envahit les têtes après une belle victoire, nous faisant oublier tout le reste, tout le négatif qui avait précédé.

Dès lors, faut t’il vraiment s’inquiéter après cette déconvenue ?

Vrai qu’en plus du résultat et de la défaite, il y a surtout eu la manière, ou, plus exactement, l’absence de manière, avec un jeu sans la moindre inspiration de notre part, sans le moindre beau mouvement digne de ce nom, sans la moindre occasion en nonante minutes. Vrai qu’en tenant compte de cela, il y a de quoi être déçu, même si, par moment, la boue a elle aussi bien aidée les « boer », comme certains aiment à les appeler.

Cocasse en effet ce ballon collé dans la boue alors que Bodart attendait le rebond qui ne vint jamais, et s’en trouver ensuite sanctionné d’un coup franc dangereux et immérité.

Beaucoup moins  drôle par contre sa glissade au plus mauvais moment, sur le coup franc de Desoleil, certes très bien placé, mais ayant privé notre gardien de ses appuis et incapable de se propulser pour aller chercher le cuir.

Mais bon, je dirais que l’équipe qui en voulait le  plus au coup d’envoi a mérité son dû, les carolos nous ayant largement dominé dans tous les compartiments du jeu.

Les zébres avaient manifestement à cœur de mettre un terme à autant de matchs sans victoire, d’années de disette, contrairement aux nôtres qui paraissaient avoir relâché la pression après avoir obtenu récemment leur qualification.

Admettons donc, nos joueurs ne peuvent pas être au-dessus à chaque fois, même lors d’un derby où la défaite prend particulièrement un goût amer.

Mais, mine de rien, Karim Belhozine est en train de dépasser celui qu’on croyait être le maitre incontesté du côté du pays noir, à savoir Felice Mazzu, qui lui n’avait jamais été à pareille fête contre nous.

Et, pour le même prix, le Standard se serait incliné par deux fois cette saison, durant la phase classique, contre ces mêmes Carolos, Mpoku nous ayant évité chez nous le pire, à savoir l’humiliation sur nos terres, en fin de match.

Cette équipe de Charleroi n’est donc plus un oiseau  pour le chat, et j’ignore encore s’il faut nous en réjouir ou pas.

Pour le football Wallon, je pense malgré tout que ceci constitue un plus, même si l’équipe de Bayat pourrait bien nous faire de l’ombre si elle continue sur sa lancée.

Cela étant dit, la déception vite mise de côté, c’est avant tout la fierté qui prévaut ce matin.

Non pas vis-à-vis des joueurs, bien entendu, passés quelque peu à côté de leur match, celui qu’ils ne pouvaient justement pas « louper », mais bien vis-à-vis de nos supporters.

En effet, quand on perd, on a juste le choix entre deux attitudes : la vilaine et la noble.

Or, hier soir, au terme des nonante minutes, non seulement nos drapeaux volaient encore fièrement dans la tribune réservée aux nôtres, mais aucun jet de fumigènes ou de tout autre objet, aucun siège brisé et jeté à même la pelouse, rien ne laissa transparaitre une quelconque amertume ou révolte vis-à-vis de nos joueurs, que du contraire.

Et là je dis chapeau pour une fois, il est bien plus beau de savoir perdre la tête haute que de manifester un mécontentement exacerbé prêtant plus à sourire chez nos adversaires trop contents d’avoir générer chez l’autre colère et frustration.

Gageons donc que notre équipe, durant les prochains playoffs 1, mettra une volonté accrue à remettre les points sur les « I », le contraire serait tout simplement impardonnable cette fois.

Mais n’oublions surtout pas que cette équipe de Charleroi mérite désormais le respect, qu’elle est en l’état actuelle capable de venir à bout de n’importe quel adversaire en Belgique, et que vaincre contre eux ne sera pas une mince affaire, n’en déplaise à notre égo parfois surdimensionné.

Pardi, si nous pouvons nous appuyer sur un duo de choc dans l’entrejeu, celui des zébre, constitué d’Ilaymaharitra et de Morioka n’a rien à nous envier, que du contraire.

Idem en défense, où leur charnière centrale, avec des noms moins « ronflants » que chez nous, fait le job à merveille, étouffant régulièrement les attaquants adverses. Sans  parler de leur organisation sans faille à faire pâlir MPH himself.

Dans ces conditions, il nous faudra retrousser nos manches pour prendre notre revanche, voir même relever le niveau général de notre équipe, la saison prochaine, et remplacer l’un ou l’autre maillon faible du noyau, vraiment trop courts par moment, au risque de nous voir dépasser  par « les autres », cette fois.

Gérouche

 

2 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: DEFAITE TACTIQUE !

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App