Le mot de « Gerouche »: DIFFICILES DE RESTER SEREINS

Chers supporters,

Ce titre, raccourci un peu facile, je vous le concède, est toutefois suffisamment significatif de notre situation actuelle, car chaque point perdu à ce stade va sans doute nous couter cher au final.

Or, vous serez sans doute d’accord avec moi, les points pris récemment grâce aux matchs nuls sont plutôt des points perdus que des points gagnés, face à des adversaires dont nous devions être à même de prendre la mesure.

A chaque fois, le constat est le même, peu d’occasions créées et pire encore, les quelques rares qui nous échoient sont le plus souvent galvaudées.

Alors, j’entends bien parler d’un manque de réalisme évident, certes, mais, à l’exception près de l’absence de Nicolas Raskin dans le onze de base, nous alignons les mêmes joueurs que ceux qui se sont montrés si habiles et efficaces contre Bruges, contre l’Antwerp et contre les mauves.

La question est donc posée : où se situe le vrai problème actuellement ? A croire que, lorsque nous jouons avec un authentique buteur en pointe, à savoir dans le cas qui nous concerne Perica, nous sommes incapables de créer du danger, focalisés que tous les joueurs sont à alimenter l’homme de pointe en oubliant peut-être les autres….

En effet, tant que face aux Brugeois, aux Anversois ou face aux mauves, où nous jouions sans véritable centre avant, les combinaisons s’enchainaient à merveille avec des mouvements rapides et fluides, alors qu’à présent, on s’enlise dans une approche maladroite et peu constructive.

IL y a là de quoi méditer, vous en conviendrez.

Bien sûr, certains pourront à juste titre faire valoir que si Layfis faisait preuve d’un peu plus de précision dans son jeu de tête, ce dernier ratant encore l’immanquable face à nos voisins, le débat ne se poserait peut-être pas, mais les victoires dans ce cas cacheraient malgré tout un vrai problème de fond, le jeu dans le rectangle adverse qui reste bien timide, et je suis encore gentil.

Néanmoins, l’éclaircie une fois encore nous vient du jeune Canak, ayant livré selon l’avis de tous son meilleur match sous nos couleurs, alors que Balikwisha reste égal à lui-même et est devenu incontournable depuis des semaines.  Mais doit t’on en fin de compte n’aligner que nos jeunes au détriment des plus anciens, comme semblent le souhaiter nombre d’entre nous ?

Agir de la sorte serait prendre un risque énorme, car des Noubi, Canak, Ohio et d’autres ont besoin de se sentir entourés pour pouvoir se libérer.

Cela fait des mois que bien des supporters se plaignent de notre charnière défensive, trop lente à leur goût, mais sur qui pourrions nous compter si un Dussenne, un Layfis, s’en allaient maintenant ?

Malgré leurs déchets, leur relative lenteur, ils constituent le ciment qui permet encore de tenir l’équipe sur les rails.

Bref, Ronny Deila est encore bien loin de tenir son onze de base, chaque semaine apportant son lot de surprises, alors qu’il serait sans doute grand temps de stabiliser l’ensemble et de fixer une fois pour toute les automatismes. La gnaque qu’insuffle notre coach est à tout point remarquable, mais j’estime que l’heure est arrivée de fixer certains postes, au risque de devoir encore improviser demain.

Alors, personnellement, j’aimerais voir aligner prochainement l’équipe suivante, faite d’un mélange entre expérience et audace, vitesse et lenteur :

Dragus                     Ohio               Canak

Donnum     Zinckernagel    Alzate         Fossey

Cimirot          Bokadi        Noubi

Bodart

Dans cette formation, vous le constaterez, plus de Layfis ni de Dussenne, comme titulaires, mais de là à nous en séparer, il y a un pas, comme dit précédemment, que je ne franchirai pas.

Quoiqu’il en soit, j’imagine mal le Standard actuel en mesure de viser le top 4, comme on le pressentait après nos brillantes prestations à l’automne dernier face aux cadors de la compétition, et quand bien même nous parviendrions à prendre la mesure de Genk qui devrait nous rendre visite bientôt et semble chercher actuellement son second souffle, c’est aussi et surtout contre des équipes moins « fun » qu’il nous faut comptabiliser des victoires, or, de ce côté, le bas blesse toujours, il faut bien le constater, un peu comme un mauvais film qui ne cesse de repasser … depuis des années.

Le jour où le Standard sera en mesure d’assumer pleinement son rôle de favori, un grand pas sera franchi.

On est très loin du compte, et, contre tout autre et plus ambitieux objectif, il faut bien nous contenter de ça !

 Votre serviteur

 GEROUCHE

 

11 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: DIFFICILES DE RESTER SEREINS

  1. Oui si Bali n’a pas bien joué, il ne méritait pas l’exclusion pour autant 😉
    Le titre facile, je ne sais pas mais approprié en tous cas. Cela devient inquiétant et je n’aime pas l’attribuer à l’absence du seul Raskin; mais Alzate en 6 c’est insuffisant tout comme Zinckernagel de plus en plus invisible.
    Dussenne et surtout Layfis ont fait leur temps.
    On ne sait toujours pas pourquoi Dragus n’est même pas dans l’équipe.
    Rester dans le top 8 redeviendra un miracle comme je le pensais en début de saison avant qu’on ne rêve du top 4

  2. Je suis plus serein que certains supporters car si l’on regarde les statistiques du match, il n’y a pas photos. Possession, tirs au but etc, tout y est …….sauf les buts. Ce qui nous manque, c’est la concentration au moment crucial. Quand on voit les occases Bokadi, Laifis, cela résulte d’un manque de concentration ni plus ni moins. A leur décharge, ce sont des défenseurs. Comme le dit Vanmoer, il y a le cas Zinckernagel. Quand on voit l’élan qu’il prend pour botter les coup francs, il y a beaucoup de chances que cela ne donne rien. Incapable de faire 2 passes correctes d’affilée. Ce serait il vu trop beau après le match contre Bruges ? Quelque chose que je ne comprends. Dussenne est capitaine et il va partir cet …..hiver !!!! Sinon, restons optimiste. On bat Malines et la machine est relancée.

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App