Le mot de « Gerouche »: K.O. PAR PENOS

Chers supporters,

On la tient, notre première victoire, même si j’aurais préféré nous imposer face au Cercle sur autre chose que des pénalties. Tout autre résultat qu’un succès aurait eu l’effet d’un petit désastre et aurait pu miner le groupe, la confiance des supporters, peut-être même celle de nos investisseurs. Fort heureusement, il n’en fut rien.

Dire que nous avons totalement dominé notre sujet serait mentir, même si nous n’avons rien laissé à ce Bruges-là, que nous avons répondu du tac au tac à leurs agressions, à leur jeu dur, à leur engagement souvent limite.

Notre jeu a, le plus souvent, méchamment penché à gauche, abandonnant la plupart du temps d’exploiter le flan droit, et pour cause. Notre trio offensif derrière l’attaquant de pointe possède tous trois des qualités presque identiques, à savoir venir de la gauche pour crocheter et tirer du droit, comme le font très bien Dragus et Amallah, alors que Cafaro s’inscrivait aussi dans ce registre, tandis que Donnum rentre systématiquement sur son pied gauche pour se joindre aux deux autres, le plus souvent. Quand notre ami Philippe pointait à tous les coups la saison passée déjà un déséquilibre, constat confirmé dès son arrivée par Deila, il n’avait évidemment pas tort. Il me parait donc plus que nécessaire de rétablir au plus vite cet équilibre, soit en utilisant Canak plus souvent à droite, voir Boljevic cet autre miraculé longtemps oublié et apparemment à l’envie retrouvée, aux qualités aussi, comme pour beaucoup de ses équipiers, quitte à utiliser Dönnum comme doublure d’Amallah, même si notre norvégien parait bien en progrès, car combatif à souhait dans le bon sens du terme, càd moins verbalement et davantage balle au pied.

A vrai dire, ces trois là ont bien collaboré et travaillé, au point d’avoir fait de l’ombre au reste de l’équipe.

Mais notre plus gros problème actuel se nomme sans doute Emond, pourtant jamais avare d’efforts, mais totalement transparent depuis la reprise. Bien dommage que le jeune Ohio, à peine monté au jeu, s’est salement blessé aux ishios et pourrait bien être indisponible quelques temps. Il paraissait bien plus en mesure de peser sur la défense que notre brave Renaud, bien perdu sur son île, moins saignant aussi. Il ne resterait plus en l’état comme doublure que le revenant Tapsoba, point. Un peu court assurément.

J’en viens même à me poser la question de savoir s’il est bon pour nous d’aligner un centre avant, qui plus est rarement buteur. Ce genre de joueur, capable de monopoliser le ballon, de régner en maitre dans le trafic aérien et être efficace, face ou dos au but, est une denrée non seulement rare mais très couteuse. Des garçons comme Benteke, Lukaku, ça ne court pas les rues.

Qui plus est, sa présence dans le petit rectangle implique l’alignement de défenseurs adverses dans ce secteur, histoire de ne pas le laisser seul, alors qu’avec deux attaquants jouant plus latéralement et écartant donc davantage le jeu, soit l’adversaire abandonne ce secteur pour marquer nos attaquants décalés, soit y maintient un ou deux défenseurs au risque de laisser des adversaires libres de tout marquage en dehors du rectangle. A tous les coups, nous serions gagnants… Ce qui reviendrait à dire que le retour à ce bon vieux 4-4-2 pourrait être une solution à l’avenir, au lieu de ce 4-2-3-1 qui ne me convainc toujours pas, tant l’homme de pointe parait isolé.

Toujours est t’il qu’il fut heureux que nous héritions de ces deux pénos, car je n’oserais pas jurer que nous serions sortis vainqueur de cette confrontation, même si nous méritons amplement la victoire.

Et en ce cas, le discours et les commentaires seraient tout autre ce matin !

Côté positif, avec la présence d’Harkin en tribune, notre duo garant du sportif est désormais en place, et ceci est très important. Ronny Deila fait jusqu’ici du très bon travail, mais à lui seul, il ne pourra réaliser très longtemps des miracles.

S’il est en tous cas un personnage qui semble faire l’unanimité, c’est bien notre entraineur Norvégien, à l’attitude diamétralement opposée à celles de ces deux récents prédécesseurs qu’étaient Leye et Elsner, coincés par la peur de mal faire, avec les supporters et même leurs joueurs, et plus en proie aux doutes qu’en leurs certitudes, au point de tout chambouler chaque semaine.

Voilà au moins un coach passionné qui sait y faire, tant en matière de communication, de communion avec tous, ayant vite fait de mettre tout le monde dans sa « poche », comme on dit. Très malin !

Chapeau bas, donc, Monsieur Deila, dans la lignée de Sa Pinto, de MPH ou même Luzon, et probablement même un cran au-dessus de ces trois-là !

Avec ce monsieur, tous ont semble t’il retrouvé l’envie de jouer, le plaisir, voir … de rester ! Et rien que ça tient déjà de l’exploit en si peu de temps, après autant de mois de galère.

S’il est donc un point réussi par notre nouvel investisseur, c’est bien celui-là, et non des moindres.

Pas que nos « pseudos » chèvres ou « culs de plomb » soient devenus des stars, mais ils jouent désormais au moins à leur niveau, avec leurs qualités.

Comme l’a très bien mentionné le nouveau coach adjoint, Mr JUAREZ, les joueurs doivent comprendre que les qualités qui leur avaient permis d’être convoités ne se sont pas envolées du jour au lendemain, que seul le collectif faisait défaut, histoire de retrouver au plus tôt la confiance, tellement nécessaire pour demander le ballon, faire des appels, des courses vers l’avant, bref, en deux mots comme en cent, OSER !

Autre point positif, et il n’est pas des moindres, la prise de conscience des supporters, dont l’apport, quand ils sont animés de sentiments positifs à l’égard de leur équipe, du coach, de la Direction, est loin d’être négligeable.

Ceci aussi est un paramètre à prendre en considération dans notre redressement espéré.

Enfin, il est amusant de constater, une fois encore, que des joueurs décriés la semaine précédente ont cette fois marqué des points. Je fais ici clairement allusion à nos deux backs, Laursen et De Waele, le premier n’ayant guère eu le temps de s’intégrer avant d’être titularisé à Genk, le second n’en n’ayant pas eu davantage pour retrouver du rythme, seule la compétition pouvant apporter cela. Bon, il vrai aussi que l’opposition était toute autre, mais justement, les deux constats combinés ont sans doute rendu leur match « délicat », ce dimanche-là.

La suite immédiate du calendrier parait à présent plus gérable. Espérons néanmoins que le Standard ne perde pas ses plus belles plumes, tout en recrutant l’un ou l’autre joueur dont l’apport pourrait s’avérer précieux.

Gérouche.

8 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: K.O. PAR PENOS

  1. Beau résumé cher Gerouche !! Tu confirmes ce que je pensais et ai dit par rapport à Dewaele et Larsen après le match à Genk.
    Cette 1ère victoire devrait donner de la confiance au groupe, staff et joueurs+supporters !
    Espérons pouvoir enchaîner samedi à Westerlo qui est à notre portée mais joue pas mal, avec 1 peu l’euphorie habituelle du promu. Ce ne sera sûrement pas facile, dans 1 petit stade où y aura sûrement 1 belle ambiance et où Andershit a déjà pris quelques belles raclées mémorables par le passé !
    COYR ! Tous ensemble !

  2. Hé oui Gerouche les penos font partie du foot et pour une fois ils ne sont contestés par personne
    Mais il est clair que ce n’est pas encore ce standard qui va tout renverser à moins de transférer 1 joueur dans chaque ligne et envoyer nos excédents ailleurs
    Je pense que sclessin deviendra imprenable par contre en déplacement j’ai des doutes et le prochain match a westerlo sera très important

    1. Bah, rassure toi rouchblanc, Westerlo ce n’est pas genk, loin de là. Alors, pour autant que nos joueurs ne se prennent pas pour des stars, ce qui serait tout de même malheureux après leur précédente saison, moi j’y crois. Ce que nous savons qu’ils doivent faire là bas, ils doivent le savoir aussi, et le coach en premier. Il n’y a plus de matchs faciles !

  3. Bien écrit, aussi fort dans les lettres que les chiffres, Gerouche.
    Deila fait l’unanimité à ce stade surtout dans le charisme.Comme disait quelqu’un, il a la grinta de Sa Pinto avec le cerveau en plus, pas gentil pour le portugais. Contrairement à lui et à MPH, il semble maîtriser beaucoup plus ses nerfs sur la ligne de touche. Il a été baptisé par le « vice..sers » et Van Triesche pour l’arbitrage belge tout en restant calme en apparence.
    Quant à son 4231 conforme curieusement à celui de MPH et successeurs, j’aime moins. Renaud déçoit mais il est fort seul comme tu dis. Et surtout son faux pressing l’épuise et ne sert à rien. Un autre centre-avant plus talentueux ferait-il mieux dans ces circonstances?
    Le calendrier semble plus abordable effectivement maintenant mais c’est le moment de vérité, c’est maintenant qu’il faut prendre des points.

    1. Van Damme ??? Malines rie toujours de nous l’avoir vendu , problème d’addiction … un camé selon les sources, et pour ce qu’on en a déjà vu pardon de l’argent perdu

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App