Le mot de « Gerouche »: RALLUMER LE FEU

Chers supporters,

Mon idée de départ n’était pas de paraphraser la chanson de ce bon vieux Johnny, mais bien de sensibiliser les courageux supporters que nous sommes à la situation du club, de notre équipe.

Pour la première fois depuis bien longtemps, trop à mon goût, j’ai eu l’opportunité de rejoindre le stade ce samedi soir, histoire de regoûter à l’ambiance de Sclessin, si particulière au Standard, d’humer à nouveau les odeurs de pils, de frites et autres cochonailles en tous genres.

A l’approche du stade, même si les tavernes étaient bien remplies, il m’a semblé que l’ambiance était plus feutrée, moins festive qu’auparavant, quand le Standard se distinguait et alignait les résultats favorables.

Était-ce dû au covid qui fait son grand retour, à la grisaille presque hivernale, je ne sais trop.

Toujours est t’il qu’à l’entrée, les contrôles étaient drastiques et bien menés, personne ne semblant pouvoir échapper à la vigilance des stewarts disposés à tous les coins et recoins du stade, focalisés qu’ils étaient à ne laisser passer aucun supporter non vacciné, essentiellement.

Une fois bien installé et haut perché en T1, je pus mesurer l’ampleur des vides dans les tribunes, loin d’afficher complet, l’épidémie et le manque de résultats expliquant sans doute cela.

Mais qu’importe, les animations étaient bien présentes en T3 et T4, les fumigènes ne manquant pas, même si ces derniers furent bien mal utilisés par quelques supporters d’Eupen dont les neurones ne doivent pas voler bien haut, tentés qu’ils furent d’en balancer quelques-uns après à peine vingt petites minutes de jeu sur la pelouse, sans la moindre raison si ce n’est celle de se faire remarquer, nous faisant à tous courir le risque de devoir retourner chez nous, la menace d’arrêt définitif du match ayant été brandie. Stupidité, décidément, quand tu nous tiens.

Sur le terrain, par contre, pas vraiment de quoi allumer le feu, hélas, à quelques rares exceptions près, le pressing du Standard ne s’exerçant que par à coup, les actions offensives étant le plus souvent avortées par suite de mauvais contrôles, de mauvaises passes, de mauvaises gestions quand il ne s’agissait que de mouvements isolés et trop rarement soutenus par des équipiers. Que de déchets techniques en notre sein, à des lieues de ce que j’ai déjà connu dans un passé récent, preuve s’il en est que notre équipe est encore loin d’être guérie et en manque de créativité, d’envie.

Deux ou trois joueurs, notamment, semblaient courir comme des poulets sans tête, poursuivant parfois aveuglément un joueur Eupenois, laissant au passage une quantité non négligeable d’énergie qui aurait pu être bien mieux utilisée.

Je vise ici essentiellement Samuel Bastien, fidèle à lui-même, mais aussi ce trop invisible Dönnum, qui ne m’a en rien convaincu, voire, pire encore et plus surprenant, Joao Klauss, qui semblait par moment plus à son affaire derrière que devant, où son jeu de tête était presque inefficace et inexistant, ses courses trop lentes ou tardives et ses fautes techniques patantes, ne parvenant que rarement à monopoliser le ballon.

Difficile, dans ces conditions, d’être réellement efficaces devant. Pas de quoi néanmoins perturber Lukas Elsner, qui, à la reprise, poursuivit avec ce duo incohérent et sans automatisme, visiblement.

Encore heureux donc, au vu du déroulement de la première mi-temps, qu’un défenseur Eupenois bien mal avisé propulsa lui-même le cuir au fond de son propre but, sans quoi, je me demande ce qu’il serait encore advenu de cette rencontre.

Une satisfaction néanmoins, malgré mon analyse sans prétention mais qui, j’imagine bien, sera très mal accueillie par la plupart, la tenue de notre défense, tantôt à deux derrière, tantôt à trois avec un Bokadi pas encore totalement revenu à son meilleur niveau mais qui a tenu presque toute la rencontre, ce qui permit à Siquet et surtout à Nkounkou de se distinguer par quelques incursions bien ciblées et abouties le long de leur ligne. A revoir, assurément, dans d’autres circonstances, même si le jeune Hugo doit encore bien progresser s’il veut confirmer le bien qu’on pensait de lui et attiser la convoitise de grands clubs, pas vraiment justifiée ces derniers temps.

Quoiqu’il en soit, notre équipe peut et doit mieux faire, Mr Elsner n’étant pas encore vraiment parvenu à imposer sa griffe, surtout devant, où nos faiblesses et insuffisances sont flagrantes.

N’oublions en effet que, sans ces deux autres cadeaux obtenus des œuvres de Simon Mignolet à Bruges, notre attaque n’aurait pas une fois en l’espace de deux rencontres, trouver le chemin des filets, ce qui reste très inquiétant.

Nous ne pourrons pas toujours nous en remettre aux erreurs adverses pour déflorer le marquoir !

IL est pour ma part de plus en plus évident que ce brave et volontaire Klauss n’est pas l’attaquant et encore moins le buteur tant recherché et que ce compartiment de jeu souffre d’un manque de qualité évidente, que ce soit en termes de vitesse, d’explosivité, de percussion et surtout d’efficacité.

Inquiétant, vraiment, alors que de nouvelles échéances sont proches, et qu’un redressement attendu est vivement appelé par tous. A moins qu’il nous faille aller rechercher Leye, voir débaucher une fois encore un nouvel entraineur.

Je plaisante, bien entendu, sur ce coup-là, même si cette ironie passagère est plus inspirée par notre prestation plus que timorée d’hier soir, certains choix du nouveau coach me paraissant discutables.

Je me demande d’ailleurs ce qu’il se serait passé dans le stade si le pénalty de dernière minute aurait finalement été accordé aux pandas, nous privant une fois encore d’un succès attendu depuis … septembre.

Le feu aurait été bel et bien allumé dans tout le stade, et l’équipe durement mais justement ciblée.

Ceci sans oublier les rares mais brillantes et nécessaire de Laurent Henkinet, qui nous valurent de rester dans le match.

Fort heureusement, il n’en fut rien et nous pûmes conserver ce maigre avantage au marquoir, avant que les tribunes ne se vident dès le coup de sifflet final, accueilli comme une délivrance mais ne poussant pas les supporters présents à prolonger leur présence et leurs applaudissements plus que nécessaire ! Assez révélateur à mon sens sur le sentiment général …..

Non, je regrette de devoir le dire, elle est bien loin la belle ambiance de Sclessin, et plus encore la belle équipe qui nous valut deux titres en 2008 et 2009.

Gérouche.

23 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: RALLUMER LE FEU

  1. Tu t’obstines à croire en ce noyau à ce que je vois …. Aucun autre entraineur ne ferait mieux qu’Elsner qui a déjà ramené le calme dans la défense (ce qui est déjà un grand point) mais de la à constituer une phalange offensive avec une majorité de joueurs à vocation défensive il y a de la marge non?
    Tu critiques Bastien mais dans l’entrejeu pour beaucoup il était le meilleur de l’entrejeu d’ailleurs sa cote personnelle est de 6.5 contre 5 à Raskin qui était à la rue ratant même des passes à … 5 mètres et passant le plus de temps à pleurer et râler. Donnum c’est plus compliqué, il est insuffisant mais il faut reconnaitre qu’il a eu 5 ou 6 débordements à partir d’un rochet rapide c’est insuffisant je le reconnais mais il s’agissait à chaque fois d’une belle action qui aurait pu être une occasion. Normalement à Gand nous serons dans la même configuration qu’à Bruges on va leur laisser le jeu et espérons que comme ils auront joué en Grèce jeudi ils seront peut-être un peu émoussé…. Espérons donc

    1. Bonsoir Philippe. Je te l accorde, difficile de croire encore en ce noyau, du moins offensivement. Trop de profils similaires en effet, avec des débordements et des centres pour personne. A se demander si on ne devrait pas oublier les centres latéraux pour des tirs rentrant, donc en inversant les positions de nkounkou et de siquet. Mais des joueurs offensifs, on en a en suffisance il me semble. Juste qu ils ont deux pieds gauche….

  2. Suis d’accord avec vous deux car comme le dit Gerouche, j’ai rarement vu autant de faiblesses techniques dans un noyau du Standard. Je finirai par croire Philippe quand il dit que ce noyau manque de qualité…… à certains moments, je me demande comment ils sont formés à la SL 16. Techniquement, on a des lacunes extraordinaires !!

  3. Oui l’analyse de Gerouche, n’est pas fausse .En ce concerne l’ambiance 22000 abonnés et maximum 16000 personnes .Ceci dit ,il est clair que l’équipe est plus soudée que sous Leye ,qu’il manque un ou deux joueurs dans un entrejeu mais surtout un patron , ni raskin ,amallah ,Bastien ,Bokadi ,Cimirot ne le sont ,maintenant si tout le monde doit défendre depuis qu’il est arrivé Klauss défend plus qu’il attaque
    Par contre donnum peut percuter mais n’est pas très sollicité
    Et le penalty y avait pas photo l’arbitre s’est trompé et qu’est ce qu’il serait advenu si le poteau De amallah et la tête de Dussenne étaient but même si c’est trop peu d’occasions ,enfin en foot tout n’est jamais aussi négatif et chaques supporters est un coach en puissance
    Il faut surtout espérer que cette victoire apporte de la confiance

    1. Quand je pense qu’on aurait pu transférer Peeters (d’Eupen) à en croire son interview d’avant match pour 1m mais ça a échoué par manque d’argent et de départs toujours selon lui puis on achète Donnum…

      1. Tu ne l’aimes pas beaucoup hein Donnum lol
        à Bruges il a été super bon mais tu as raison c’était dans un autre contexte il aime les espaces pour s’engouffrer le match à Gand devrait mieux lui convenir

      2. Non, Phil, je l’avoue bien volontiers. Mais au delà des qualités du joueur, je m’interroge comme toi et d’autres j’imagine sur le scoutisme et la gestion sportive compte tenu des difficultés financières. Pourquoi acheter un joueur pour 2m sauf erreur, qui n’est pas un foudre de guerre au premier abord, qui n’a pas la hargne nécessaire en Jup League pour 4 ans quand on n’a pas les moyens pour s’adjoindre Peeters pour 1M?

        1. Salut VanMoer oui la gestion de Nicaise est aussi bonne que celle de VanBuyten lol , Peeters oui il a fait beaucoup de bons matchs début de saison avec Eupen mais pardon samedi il n’était pas terrible du tout.
          Je te donne mon avis sur Donnum (qui n’engage que moi lol) il a un drible et un coup de rein terrible mais point de vue condition physique la norvège ce n’est pas la belgique. Je pense sincèrement qu’on va l’adorer au deuxième tout au mois de janvier avec une préparation hivernale de qualité (3 préparateurs physiques ce serait malheureux non?)

          1. Je ne demande pas mieux que tu aies raison ( et que je me trompes) pour Donnum, Phil

  4. Ah tiens mon cher Gerouche , moi aussi j’y étais par un heureux hasard 😉 ; déjà privé de direct à la TV depuis un certain temps, j’avais hâte de revenir à Sclessin. Sur place les lacunes sont encore plus criantes, en particulier le jeu sans ballon, aucune animation, aucun appel, passes au mieux dans les pied mais rarement bien calibrées dans la foulée de l’équipier comme ce bijou de Nkounkou pour Klauss qui rate immanquablement. Oui très décevant le germano carioca qui n’est plus l’ombre du joueur de la saison passée. Par contre le back d’Everton m’a épaté, et malheureusement joueur prêté à l’inverse du scandinave transféré pour 4 ans.
    Ambiance morne y compris dans les chants qui sont plus des rengaines inaptes à réveiller des guerriers. On a l’impression que l’enfer s’éteint avec la mort des hauts fourneaux tout proches.
    Enfin si Bastien est le mieux coté (même du milieu) ça veut tout dire.
    Laissons le temps à Elsner, mais pour l’instant je ne vois pas beaucoup d’amélioration hormis en défense et encore ce fut très fébrile en fin de match.

    1. Bonsoir cher van Moer. Ah ben ça, alors, on aurait du se fixer rdv autour d un bon pot … Entre potes. Attention toutefois ; quand tu écris ; Klaus n est plus l ombre de la saison passée, ça sous-entend qu il s est vachement amélioré. Tu as sans ce doute oublier le  » que  » , lol.

      1. Merci de signaler le typo Gerouche, j’ai les mêmes problèmes que toi avec le dico. Effectivement il fallait comprendre qu’il N’est plus QUE l’ombre de lui-même.
        A ce propos j’entends encore les louanges à La Tribune pour son abnégation mais personne pour dire que la plupart de ses courses ne servent à rien. Mais tout le monde s’accorde à dire qu’il est trop seul en attaque, Or il aurait besoin de support non seulement pour apporter le danger offensivement mais aussi pour le pressing défensivement qui ne sert à rien quand il n’est pas pratiqué collectivement.
        Volontiers pour boire un pot mais trop froid par ce temps et dans des conditions sanitaires plus sûres. Ou alors un deca ou un oxo à cette heure tardive.. 😉

  5. Un seul mot me vient à l’esprit : SCOUTISME, le scoutisme est à la base de toute équipe, il suffit de regarder l’équipe de l’UNION de CHARLEROI voir même de MALINES et la on a un équilibre entre les créatifs offensifs et les défensifs, chez nous quedalle… le trio RASKIN BASTIEN CIMIROT auquel on peut ajouter BOKADI en dit long sur cette équilibre… Nicaise et ses Scouts ont travaillé comme des enfoirés pendant 2 ans…

  6. Bien dure l’analyse de Gerouche, je n’étais pas au stade mais devant la TV. Il m’a semblé qu’il y avait du mieux quand même, surtout pendant 20 minutes en fin de1ère mi-temps, là il y avait la furie et la volonté. Même si le bue t est un cadeau, il aurait du tomber à ce moment. Dur aussi pour Siquet qui a multiplié les centres, et ils étaient souvent assez bons, dur pour Rasquin qui se bat même s’il n’est pas encore redevenu le pittbull qu’on a connu, pourquoi? ne joue t’il pas trop bas. La défense a été impeccable. Pour moi le problème c’est qu’on ne joue pas 90 minutes, mais 70 en général alors pourquoi reculer autant en fin de match. D’accord c’est loin d’être parfait mais pour moi il y a du mieux, attendons le match à Gand, on a bien fait douter Bruges.

    1. Comme j’ai déjà dit Léon, ce qui me frappe encore plus au stade (où on a une vue d’ensemble par rapport à la lucarne TV), c’est le manque de mouvements. Oui cela s’est un peu réveillé en fin de première mi-temps. Mais alors qu’auparavant, le Standard avait l’habitude de pousser sur le champignon à la reprise, les joueurs sont montés sur le terrain comme s’ils voulaient garder le résultat.
      C’est pas (trop) grave s’ils reculent en fin de partie s’ils savent profiter des contres, mais ce ne fut pas le cas comme l’a regretté Eslner. Et là cemanque de percussion offensive est inquiétant.

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App