Le mot de « Gerouche » : LE POINT DE L’ESPOIR OU DU DESESPOIR

Chers supporters,

Décidément, il est écrit quelque part que ce championnat, cette saison, ne sera comparable à aucune autre.  Notre ami Sigur avait lui-même titré, voici quelques temps, que nous vivions un « THRILLER » sans précédent, et c’est ma foi bien vrai. Nul, à deux journées de la fin, ne serait bien capable de dire qui va prendre la sixième place de ces plays-offs 1 tant convoités. Le mérite en revient tout d’abord aux autres acteurs, qui jouent crânement leur chance alors qu’on pourrait croire que certaines équipes sont démotivées et pourraient lever le pied, comme l’a si bien fait Zulte hier soir, au stade des éperons d’or, nous sauvant la mise, en quelque sorte, alors que les comptes au terme de cette 28ème journée auraient dû nous être définitivement défavorables. Grand merci Mr Dury.

Car, il faut bien l’avouer, une victoire de Courtrai aurait été à coup sûr synonyme d’élimination pour nos couleurs, après la déconvenue subie en fin de soirée.

Certes, le choc entre les « rouches » et les « blauw en zwart » ne méritait pas de vainqueur, malgré notre poussée trop tardive en fin de rencontre, malgré les erreurs arbitrales aussi, validant deux buts « limites », mais bon, à tout prendre, je préfère un arbitre qui valide trop facilement qu’un qui refuse avec tout autant de facilité. Je ne jetterai donc pas la pierre sur Monsieur Boucaut, qui, pour le reste de sa prestation, peut-être je pense qualifié d’un bon match.

Il n’empêche, au vu de notre match aller en Crocky Club, contre ce même Club Brugeois, nous étions en droit d’attendre mieux de notre équipe, voire ….. du coatch. Car si je pouvais comprendre son raisonnement à Charleroi, en laissant initialement Orlando Sa sur le banc, ici, je comprends beaucoup moins, même si ….. j’apprends ce matin que notre précieux centre avant est demandé du côté de la Chine, ceci pouvant expliqué cela. Très très ennuyeux, ça, à l’entame du sprint final, voire inadmissible et inconcevable, même dans le chef d’Orlando SA !

Ceci dit, nul doute que les critiques sur sa personne vont certainement encore s’abattre ce soir, à la Tribune, et peut-être cette fois à juste titre.

La seule circonstance « atténuante » que je pourrais lui trouver, c’est l’absence d’un véritable centreur par les flans censés alimentés correctement notre centre avant, dans son effectif, surtout à gauche.  Le résultat d’hier reflète en fin de compte la problématique soulevée par quelques-uns d’entre nous en semaine, à savoir l’alignement d’un trio offensif derrière l’attaquant aux qualités et aux profils très comparable, au talent certain, mais chacun rentrant dans l’axe. Or, lors de notre victoire par 4-1 face à ce même adversaire, c’est précisément en procédant autrement que nous avions réussi pareil résultat, tout le monde se plaisant à souligner cette nouvelle animation de jeu par les ailes, Edmilson étant parvenu plusieurs fois à déborder pour mettre sa vitesse à profit et centrer par la droite, au profit d’Emond.

Certes, hier, en repositionnant Medhi Carcela en électron libre au centre pour laisser le couloir droit à Junior, l’entraineur apportait une première solution, mais il restait tout de même le côté gauche, qui souffrait du même souci, avec notre ami Polo, qui plus est en perte de vitesse et  n’ayant que trop rarement trouvé l’ouverture depuis son retour , même sur ses fameux coups francs !

Comme je l’ai dit, le coatch n’a pas trente-six solutions sous la main, hélas, la faute sans doute à un recrutement finalement pas trop intelligent et qui se contente juste de faire revenir nos anciennes gloires pour faire plaisir aux supporters sans analyser davantage leur possibilité d’intégration dans un système déjà sujet à caution, mais j’en voyais au moins une, pour chaque flanc : Pocco à gauche, plus haut,  et Fay à droite, un cran plus haut également, même si les prestations de ce dernier depuis quelques semaines tendent à démontrer qu’il se débrouille très bien au back gauche. Mais bon, il est vrai que repositionner ces deux-là de la sorte aurait impliqué une défense à trois, inévitablement, dans un système en 3-2-4-1.

Un sacré chantier et bouleversement qui ne s’improvise pas, j’en suis bien conscient !

Finalement, ce que je reprocherai le plus à Sa Pinto, qui semble quelque peu se calmer le long de sa ligne de touche, c’est son manque de faculté à « surprendre » ! Parfois, en effet, à être trop « prévisible », on se fragilise, le responsable technique d’en face ayant eu tout loisir d’analyser et de contrer le plan mis en place.

Bien sûr, savoir surprendre, c’est oser aussi prendre des risques, aller à l’encontre des automatismes créés durant des mois et entretenus à souhait. Et là, croyez moi ou pas, je suis très mal  placé pour le faire, voire mieux encore pour donner des leçons  aux autres, étant moi-même victime de mon propre immobilisme, essentiellement dans les conditions d’une rencontre de tennis de table et incapable de sortir de mon schéma de départ.

C’est pourtant sur cet aspect qu’on reconnait un grand coatch d’un coatch moyen, cette faculté à inverser la donne. Donc, rassurez-vous, je ne postulerai pas la saison prochaine !! Ecrire sur ce site et tenter de donner à tous des éléments à débattre suffit en ce qui me concerne.

Ces parenthèses étant refermées, la donne, pour nous, est désormais très simple en apparence, pour autant qu’on considère Courtrai comme notre seul adversaire pour l’accession aux PO1, ce qui n’est pas encore définitivement établi, d’autres pouvant encore profiter de nos faux pas respectifs….

Si on part du principe que Courtrai ne ramène aucun point de la Venise du Nord, le contraire nous posant à nouveau de gros problèmes, non seulement la victoire contre Malines est cette fois plus que jamais impérieuse, et un match nul à Ostende le serait tout autant, à moins de compter comme je l’avais souligné sur un coup de main toujours possible des Krolos, à Courtrai. Car, et ceci n’est pas un paramètre moins important, le stress, chez nous comme chez les Courtraisiens, va jouer des tours, c’est certain, prenant peut-être le dessus sur l’envie, la détermination, et paralysant les meilleures intentions.

Je dirais donc que, malgré tous nos gaspillages, nos errances, nos contreperformances, nous sommes en balance « favorable », et rien que ce seul constat est déjà incroyable en soi, au vu de notre parcours, de notre premier tour.

Mais battre les Malinois, croyez-moi ou pas, ne sera pas chose aisée, loin de là, cette équipe étant elle aussi au pied du mur, et viendra chez nous pour prendre au minimum un point en employant les grands moyens, le couteau entre les dents, soyez en certain. Qui plus est, snober un adversaire est toujours la pire des choses à faire …..

Alors, que SA ai la tête ailleurs ou pas, il doit en être cette fois, avec Renaud Emond en soutien, où qu’il soit positionné sur le terrain. Ne pas l’emporter contre ce Malines-là serait inadmissible et nous interdirait d’encore rêver. Même si les soucis pour la saison prochaine s’annoncent déjà conséquents, les départs de SA, de Junior, de Polo et même de Luyindama étant probables, je le crains.  Mais il nous faut laisser tout cela de côté pour l’heure, et sans heurt ….. dans le vestiaire. Vraiment pas facile à gérer pour l’entraîneur, qui se serait bien passé de ça, pas de SA !

Votre serviteur,   Gérouche

 

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App