Le mot de « Gerouche »: APRES LE FOND, LES ABYSSES

Chers et courageux supporters,

Ce matin, en me réveillant, j’ai cru avoir fait un mauvais rêve de la nuit, m’imaginant l’impossible, à savoir nous être incliné contre les avants derniers du championnat, sur notre propre terrain, face à une équipe incapable depuis quelques semaines de mettre le cuir au fond, équipe qui plus est qui ne nous avait jamais battu en championnat !

IL m’a fallu quelques minutes pour me rappeler que ce que je croyais être un cauchemar n’en n’était bel et bien pas un, ayant réellement vécu devant mon petit écran la décadence et l’humiliation qui fut nôtre hier soir.

Encore heureux finalement que je ne m’étais pas rendu au stade cette fois, au prix où est le litre de carburant, pour assister à ça !

Ah si seulement la manière avait été présente, on aurait encore pu accepter la défaite, mais là …..

A moins que nos joueurs, coach compris, aient agi dans l’intention de venir en aide aux Seraisiens et assurer leur maintien, aucune excuse n’est à faire valoir dans notre chef, au vu d’une telle prestation !

Pas de jeu et encore moins de fond, pas d’engagement, nos joueurs perdant pratiquement tous leurs duels, pas de course vers l’avant, des mauvaises passes à gogo, même dans le chef des meilleurs, un manque de concentration de tous les instants et, pour couronner le tout, un entrejeu abandonné au seul Pavlovic, complètement perdu, un peu comme si notre équipe avait été coupée en deux …. Intentionnellement !

Comment en effet expliquer autrement l’absence de réaction du coach avant la mi-temps, alors que cette lacune était flagrante, de l’aveu même des commentateurs ?

Seul le jeune Noubi, 17 ans à peine et lancé dans ce triste contexte, parut vouloir jouer au football et se donner la peine de courir. Medhi Carcela aussi, dès sa montée au jeu, parut vouloir secouer le cocotier, mais il était écrit qu’il n’était entouré que des noix sans inspiration et sans motivation. C’est qu’ils avaient le « look, coco », mais rien d’autre.

Bref, une parodie de rencontre à laquelle durent assister durant de trop longues minutes quinze mille courageux supporters ayant voulu malgré tout faire le déplacement.

Plus d’une fois, j’ai eu envie d’éteindre la télé devant un tel spectacle, un tel ennui, mais jusqu’au bout, j’ai cru stupidement au miracle, qui n’est jamais venu, et qu’on ne méritait pas.

C’est décidément devenu une bien mauvaise habitude chez nous, dans le chef de notre équipe, d’aussitôt enterrer les résultats d’une timide éclaircie, due notamment à un sauvetage pratiquement acquis, à un investisseur enfin confirmé et qui nous permettait à nouveau d’entrevoir l’avenir avec un peu moins de morosité.

Mais qu’ont donc ces joueurs trop bien payés pour se saboter pareillement, alors que les places seront chères j’imagine la saison prochaine, où toutes les cartes seront redistribuées et les mauvaises envoyées se produire ailleurs ? Ils avaient tout intérêt à se montrer, pourtant !!

Le groupe 777 Partnairs va avoir du pain sur la planche, et est dans la nécessité de bien choisir ceux qui vont les représenter à la tête du club, d’ici un mois.

Outre un président, il va falloir désigner un bon directeur technique, qui plus est au fait de la compétition, et un nouveau coach, Luka Elsner ayant épuisé lui aussi tout son crédit, s’avérant même pire encore que ses prédécesseurs.

A partir de cela, seulement, on pourra commencer à poser les bases pour la prochaine saison, qui s’annonce dore-et- déjà importantissime à tout point de vue.

Il va nous falloir attirer aussi quelques bons joueurs à plusieurs postes, et non des moindres, mais comment attirer ceux-ci après une telle saison, aucun n’ayant trop envie de venir se noyer dans cette mare nauséabonde ?

Le mieux serait sans doute encore de faire confiance à quelques jeunes, mais de très bien les entourer cette fois, les talents ne manquant pas dans les catégories d’âge.

Pour ceux qui devraient se trouver en amont, j’ose me lance dès à présent en misant sur deux noms : Luciano  Donofrio comme directeur technique, car il serait étonnant que ce dernier ne se positionne pas en candidat à ce poste, auprès du nouvel investisseur, alors qu’un glissement d’entraineur de la Genoa, à savoir Alexander Blessin, pourrait débarquer chez nous, dans une compétition qu’il connait déjà très bien et où il a déjà fait ses preuves, la Genoa étant qui plus est candidat à la descente dans le Calcio.

Sur le terrain, par contre, le chantier parait colossal, on ne peut plus le nier.

Toutefois, il faut bien reconnaitre aussi que ceux qui arrivent chez nous montrent instantanément de belles choses avant de s’éteindre, comme l’ensemble de leurs partenaires, et retrouvent des couleurs, dès qu’ils s’éloignent de notre sphère !

Interpellant, vraiment, et qui mérite de trouver les causes de cette déliquescence presque systématique, une fois le noyau intégré.

Néanmoins, ne tournons pas autour du pot, bon nombre peuvent aller voir ailleurs.

Je mettrais dans ce pot-pourri, sans mauvais jeu de mots, Amallah, Bastien, Dönnum, Nkounkou, Dragus, Tapsoba, et j’en oublie certainement d’autres, Pavlovic pouvant lui aussi faire partie du lot.

Niveau des entrées, et là tout dépendra du système mis en place, mais un vrai meneur de jeu capable de garder le ballon et bien le donner ensuite parait essentiel, de même que deux très bons ailiers, mobiles à souhait, et un authentique buteur.

Quant aux jeunes à maintenir dans l’équipe, ils restent quelques-uns à pouvoir y prétendre, sans pour autant attendre d’eux qu’ils dirigent le jeu. A commencer par Calut, irréprochable mais déjà relégué sur le banc, Sissako, le tout jeune Nouby ainsi que Ngoy, même si pas les deux ensemble, et revoir Olivier Dumont, écarté après sa bonne entrée en matière face à Genk, début de saison, et puis basta. Il y a aussi Canak, lancé à l’une ou l’autre reprise dans la bagarre, comme si lui seul allait pouvoir redresser la barre, et puis retourné aux oubliettes, comme il était apparu.

Bref, une gestion incompréhensible et à deux vitesses, de la part de coachs qui font preuve d’une constance dans la bêtise affligeante.

A ce niveau là aussi, il va falloir frapper fort cette fois, et non plus aller chercher une clinche…..

Alors courage, les amis, le Standard sera toujours le champion, même si ce n’est que pour faire les gros titres.

Gérouche

 

25 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: APRES LE FOND, LES ABYSSES

  1. Le pire est que je n’ai rien à ajouter pour te contredire, le constat est tout simplement pathétique … tant pis si certains me donnent le surnom de sctroumph grognon mais j’ai 60 ans je suis supporter depuis toujours, j’ai vu la fameuse équipe de VanMoer and Co … celle de Sigurvinsson , celle de Haan Tahamata Gerets et dernièrement celle de Defour Witsel Jovanovic MBokani…. maintenant la déception se mêle à la tristesse et à la révolte… Vénanzi merçi pour tout car il parait que tu as récupérer toutes tes billes merci d’avoir mis notre club au 36e sous-sol, merci d’avoir obligé MA et Siquet à partir merci du fond du coeur….

    1. J aurais aimé qu il y ai matière à me contredire Philippe, alors que je suis d’ordinaire plus positif que toi envers l’équipe, mais là, effectivement, y a pas grand chose à dire…. A croire que les joueurs, après avoir sauvé leur place en D1, ont décidé de déboulonner le coach cette fois, après ces déclarations déplacées, va savoir. Ils n’étaient peut être plus derrière lui finalement, malgré les fausses apparences ! Ce serait un début d’explication !

  2. Philippe leRouche, on t’aime comme tu es. C’est notre force. Je suis d’ailleurs prêt à m’offrir tout à toi, avec une perruque rousse pour te donner encore plus envie et afin d’alimenter les photos du chat…hein mon PhilippeleRouche! Ôôôôôôôôôôôôôôô calme-toi, haut les mains, sur ton clavier!!!

  3. Bonjour tout le monde,
    Je suppose que vous avez « osé » regarder l’émission « La tribune » hier soir ?
    A la question, combien de joueurs garderiez-vous pour la prochaine équipe du standard, ils ont eu beaucoup de mal à dépasser le chiffre de trois (Bodart, Raskin et Bokadi)!!!
    Venanzi, grâce à sa gestion calamiteuse, a du vendre les quelques joueurs bancables pour éviter la faillite, c’est un fait avéré.
    Reste à croire que ce que font (en général) les investisseurs américains se confirme au standard, à savoir agir sur le long terme, renforcer les liens locaux, développer l’académie, accomplir les investissements immobiliers et de diversification, continuer à promouvoir le foot féminin (Jaime, ils engagent des coachs comportementalistes!!) et le futsal.
    Il devront s’appuyer sur de l’expérience pour reconstituer un staff et un organigramme digne de ce nom.

    Transition ou renouveau ?

    Bonne semaine à tous.

    1. S’il fallait en retenir plus trois, j aurais au moins ajouter sissako. Et puis après janvier, on ne savait que dire du bien des nouvelles recrues, cafaro, dewaele, et EMOND. Subitement devenus tous mauvais à nouveau !? L’histoire se répète !

  4. J’en reviens toujours au même constat, sont-ils payés ? Ils ont peut-être cru que le protocole de vente une fois signé, ils allaient recevoir ce qui leur est dû, mais ne voyant rien arriver sur leur compte ils ont laissé la victoire à leurs amis de Seraing avec lesquels ils seront probablement sortis ainsi qu’avec leur président ardent supporter du Standard.
    Je suis quand même heureux que ce n’est pas Arnaud qui était dans les buts, lui n’a pas fait la marche d’Echternach comme Henkinet, vraiment peu sûr dans ses sorties.
    Lisant un guest dédié au standard, j’y ai lu que des joueurs du standard dont Emond (qui relevait de blessure) et Dussenne avaient été vus s’enfilant Orval pour l’un Carlsberg pour les autres après une partie de padel. Ils avaient donc encore de l’énergie pour jouer au padel avant ou après les entraînements (pas si durs que ça donc) d’utre part jouer au padel sur une surface en DUR est non recommandé pour des footballers professionnels habitués à la souplesse du gazon. A méditer sur leur professionnalisme.

    1. Kick s’ils n’étaient plus payé cela ferait un fameux scandale dans la presse donc je n’y crois pas… les Orvals d’Emond je suis sur le cul, à Nantes on ne croyais plus en lui, en revenant il recevait une dernière chance alors je ne comprends plus du tout…

      1. Plus de salaire, consommation d’Orval, et j en passe et des meilleurs, pour justifier l’injustifiable, comme si les autres footballeurs ailleurs étaient des erreurs petits saints ! Faut peut être pas chercher si loin ! Ils sont normalement sauvés, leur saison est terminée et donc pratiquement déjà en roue libre. D’autant que la plupart ne se font plus d’illusions sur leur futur sous nos couleurs…..

  5. Respect Duchatelet !!!

    Grand visionnaire du foot mais incompris à l’époque …
    Probablement venu trop tôt avec sa vision pragmatique ; soucieux de la rentabilité (issue de l’excellent management de ses entreprises) prioritairement en oubliant de transposer tout cela en communication appropriée à la sauce liégeoise.
    Ce qu’il reconnait avec classe aujourd’hui ; tout en continuant à secouer le panier de crabes.
    Chapeau bas !!!

    C’est finalement ce que vont mettre en place les américains, l’histoire repasse les plats !!!

    Bonne fin de semaine.

    1. Eh oui osiris, je confirme tes propos ! Si on ajoute à cela qu il voulait aussi créer la beneleague, idée aussi reprise aujourd’hui par Bruges, qui n’en voulait pas à l’époque …. Quoiqu’on en dise où quoiqu’on en pense, duchatelet était un sacré visionnaire, conscient que pour qu’un club grandisse sportivement, il faut d’abord grandir financièrement ! Que de regrets d’avoir poussé cet homme dehors !

      1. je me souviendrai toujours de ces hurluberlus dans son bureau. L’un dit à Duduche: Tou ê trais mâle en tourer. Duduche répond: en effet.
        L’hurluberlus n’avait pas compris qu’il s’adossait de lui….mémorable!

  6. Je n’avais pas encore vu le goal de Seraing. Je viens de le voir. Henkinet fait son Bodart maintenant. S’il commence à faire comme lui, il va falloir penser à acheter deux autres gardiens.

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App