Le mot de « Gerouche »: ECHEC CUISANT

Chers supporters rouges,

En attendant impatiemment le retour vers le stade, vers notre enfer devenu ces derniers mois un véritable paradis pour les visiteurs, nous avions l’occasion de nous enflammer pour notre équipe Nationale en ce mois de juin, même si la génération dite « dorée » se fait vieillissante et peu emballée par cette Nations League, aux dires des meilleurs et cadres de l’équipe.

Ceci aurait sans doute dû nous donner déjà la puce à l’oreille, sur ce qui nous attendait face aux Pays Bas, trop heureux de nous jouer un sale tour.

Toutefois, ces deux paramètres n’excusent pas en totalité la prestation, ou du moins le résultat indigne de nos couleurs !

Alors, comme toujours, on en revient à analyser les choix de l’entraineur, qui, à force de rater le « coche », comme on dit, descend chaque mois un peu plus de son pied d’estale.

Pour ma part, et bien qu’appréciant monsieur Martinez pour sa bonne gestion d’ensemble, depuis sa désignation au poste de sélectionneur national, je lui adresserais essentiellement un lourd reproche ; son incapacité à remettre ses hommes et ses choix en question, persistant tant et plus dans une approche souvent peu réaliste et maintenant envers et contre tout ses cadres dans l’équipe, sans changer le moins du monde sa tactique qui s’appuyait au départ sur une possession de balle sans faille et sur l’offensive, ce qui nécessitait précisément énormément de vivacité et d’anticipation à l’arrière…

Or, ici, pour cette National League qui n’intéresse que peu de monde, l’ensemble relevant essentiellement de rencontres au départ amicales et transformées pour l’occasion en véritables joutes, certes, mais au pire moment d’une saison, soit quand les joueurs devraient déjà être en vacances, l’occasion était belle de tenter des essais, de rajeunir surtout certains secteurs en manque criant de vitesse, à force de maintenir les certes très bons mais vieillissants lieutenants sur la pelouse.

La reconnaissance, c’est bien, mais le monde du sport n’a que faire de ce genre de considérations, car qui ne progresse pas recule et se fait dépasser par l’opposition, à priori bien moins talentueuse sur le papier.

C’est tout simplement ce qui nous est arrivé ce vendredi soir, de sinistre mémoire, provoquant l’hilarité et les moqueries de nos voisins bataves.

Au coup d’envoi, j’aurais aimé voir un Theate à la place de Vertonghen, un Faes dans le rôle de Boyata, plus très jeune lui non plus, un Castagne à droite en remplacement de Tobby Alderwereld, soit une défense toute autre, en l’absence de Jason Denayer, alors que Cobbau n’avait précédemment pas trop convaincu.

Et comment aussi expliquer la présence de Thomas Meunier, totalement à court de compétition, sur le flan droit, alors que nous disposions d’un Saelemakers, voir même pourquoi pas de Trossart ? Pire encore, pourquoi avoir aligner De Bruyne, déjà pas très demandeur pour ce rendez-vous, en faux neuf, le privant ainsi de son rôle de distributeur dans l’entrejeu, un entrejeu sur le coup déforcé face à des hollandais armés jusqu’aux dents dans ce secteur, alors que ce rôle aurait bien mieux convenu à Hans Vanaken ?

Enfin, pourquoi vouloir absolument jouer à trois devant, sur le papier du moins, alors que nous disposons de joueurs comme De Doncker ou bien Onana, qui auraient eu un tout autre rayonnement dans l’entrejeu aux côtés de Witsel, pour contrer la maitrise Hollandaise ?

Pour moi, ça fait autant d’erreurs à mettre au passif du coach, qui, du reste, reconnut à la fin de la partie que sa responsabilité était pleinement engagée. Bien vu monsieur Martinez, mais alors, une réaction et une réflexion immédiate s’impose, avant de courir à la catastrophe lors du prochain mondial au Quatar.

Il est en effet de plus en plus criant et urgent d’effectuer un virage à 90 degrés, pas à 180, si on veut pouvoir tenir notre rang à la coupe du monde.

Bon sang, il n’y a pas si longtemps encore, l’équipe Belge pointait toujours à la première place du ranking UEFA, ça veut tout de même dire quelque chose, non ?

Alors, personnellement, je dirais ceci aux oranges ; ne vous réjouissez pas trop vite, ironiques et médisants voisins, car votre sentiment de supériorité provisoire pourrait vous valoir, comme souvent par le passé, un bien mauvais tour ! De notre côté, par contre, une telle « raclée » tombe effectivement peut-être au meilleur moment, poussant enfin notre sélectionneur espagnol à revoir sa copie, et nos joueurs à se remettre en question, eux qui n’étaient plus trop habitués à se faire remonter les bretelles !

Après tout, et sur base des analyses du match, notre prestation, même si en retrait, ne fut pas si mauvaise comparativement à celle de notre adversaire du soir, mais il y avait bien trop de lacunes, à chaque ligne.

Oublions dors-et-déjà les résultats de cette National League pour privilégier la préparation et les automatismes en vue du prochain tournoi, et nous faire tout petit, soit à notre véritable place, sans ce gros cou qui nous va si mal, et n’oublions pas que nous pourrons, espérons-le du moins, compter dans quelques mois sur un Doku en pleine possession de ses moyens et qui avait épaté lors du récent Euro, un Eden Hazard ayant retrouvé du temps de jeu et du rythme surtout, sans oublier Courtois et Lukaku, indispensables dans le onze de base.

Ceux-là sur le terrain et en forme, ça ferait déjà une sacrée différence !

De là à dire que la Belgique peut encore espérer l’emporter, il y a un pas énorme à franchir, mais, à ce stade, tout est toujours possible, pour autant que nous puissions compter sur toutes nos forces vives, et plus encore sur un Martinez enfin bien inspiré et non plus coincé dans ses vieux principes quelque peu dépassés.

Gérouche

 

 

13 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: ECHEC CUISANT

  1. Salut Gerouche. N’ayant pas vu le match, je ne ferai pas de commentaires sur la victoire hollandaise.
    Pour le rôle dans le futur de notre équipe nationale, je pense que tout le monde doit se regarder dans le miroir……presse, joueurs et supporters. Ce que nous avons réalisé pendant des années mérite le plus grand respect…..et était exceptionnel au niveau de la taille du pays. Si nous n’avons pas pu décrocher de titre c’est en grande partie à cause d’article, de commentaires disproportionnés par rapport à notre vraie valeur. Dans un tournoi et surtout dans le dernier carré, il faut pouvour rester humble et garder la tête froide. Et puis, en finalité, je trouve que le rôle d’outsider nous va si bien. N’a t’on pas joué une finale d’euro en 80 à la surprise générale ? Et en 86 ? Qui aurait parié un kopeck sur nous pour atteindre les 1/2 ?

    1. Salut ardéchois. Vrai que l’absence de consécration fut due en partie à notre égo surdimensionné, alors qu’on déplorait jusque là un manque flagrant d’ambitions, un comble. Mais notre échec n’est pas du qu’à cela ! A chaque fois, nous avons été évincé par l’équipe en forme du moment, soit par la France au mondial et l’Italie à l’euro. je suis convaincu que si nous avions passé l’obstacle français, la coupe du monde était pour nous …

  2. Je trouve qu’on en fait un peu trop. Ils ont mal joué, et alors. Ça peut arriver à tout le monde. Je prends un exemple: Hier, Dimitri n’a pas lavé son caleçon…il le fait toujours, sauf hier. Faut-il s’en inquiéter? Seulement si celui-ci colle au plafond dans 3 semaines. Exemple ludique qui explique parfaitement la situation.

  3. Assez pertinent, ton raisonnement. Mais en vérité, ce qui nous inquiète surtout, ce sont les erreurs dans ses choix de Martinez. Sa confiance sans lit dans ses cadors, au point qu’il les aligner ait encore même avec des béquilles !

  4. A force de dire que Theate Faes et Mechele sont des solutions d’avenir mais qu’il est encore trop tôt on perd un temps précieux, il vaudrait peut-être mieux encore être battu par la Pologne ce soir pour enfin éjecter Boyata Alderwerelt et Vertongen…..

    1. Entièrement d’accord avec toi pour une fois, Philippe, lol. Car Boyata non plus n’est plus une solution d’avenir et n’a jamais vraiment fait son trou en équipe nationale, contrairement aux deux autres. Mais tous trois doivent céder leur place, il est temps. J’y ajouterais aussi dries Mertens, qui a aussi fait son temps, les solutions bien meilleures ne manquant pas devant, avec une future association Lukaku – de kettelaer.

        1. J’ai vu ça hier soir et ai déjà commenté Philippe. Pas d’attaque cardiaque mais très déçu ! Je l’aimais bien le garçon et pensais vraiment qu’il avait son avenir chez nous. C’est donc déjà un bien mauvais signal ! Mais en l’absence de vrais décideurs sur place actuellement pour le retenir et l’incertitude qui plane sur l’effectif, je comprends la décision de Dumont. Peut être reviendra t’il chez d’ici un an ou deux après avoir montré son pote en ciel à st trond…. À grands frais !

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App