Le mot de « Gerouche »: ET SI LE SYSTEME ETAIT EN CAUSE ?

Chers supporters,

Voici bientôt trois ans que le Standard piétine, pour ne pas dire dérape, quelque soit les entraineurs en place.

Alors que certains pointent un manque de qualité, ce qui a été contredit à la Tribune et par le grand Philippe himself, d’autres mettent à chaque fois la gestion du coatch en doute, voire la mentalité du groupe.

Bon, il est vrai que la qualité, à certains postes, laisse fortement à désirer, et inutile de vous préciser les joueurs concernés…. Et pourtant, quelque soit le coatch en place, ceux-là sont régulièrement alignés.

Il faut croire que nous ne voyons pas la même chose, selon que l’on est sur le banc ou devant notre petit écran.

Mais bon, faisons confiance aux experts, experts que nous ne sommes pas, moi le premier,  et laissons donc le coatch gérer son effectif selon son approche que nous espérons avisée.

Quant à la mentalité, parfois pointée du doigt, je trouve que, dans son ensemble, les joueurs donnent le meilleur d’eux-mêmes, seule la confiance faisant souvent défaut.

Or, absence de confiance rime avec manque de déplacement sur le terrain, certains souffrant de ce mal ne sollicitant que très peu le ballon. Tout le contraire de joueurs qui baignent dans un optimisme viscérale et osent entreprendre et se mettre en avant.

Peut-être est-ce donc de ce côté plus que tout autre qu’il nous faut chercher la solution, le remède à notre énorme passage à vide, une fois de plus.

Car il est vrai que, trop souvent, chez nous, on constate des joueurs à l’arrêt, plus spectateurs que décideurs et entreprenant, comme ils devraient l’être, et laissant de ce fait trop d’espace entre les lignes.

Le bon exemple à suivre est à ce titre celui d’Ostende, où, sous la houlette d’un illustre inconnu, Alexander Blessing, les joueurs ne sont pas devenus subitement les champions du ballon rond.

Ils ont juste appris à courir davantage, et avec quels résultats au final ! Impressionnant, avec des moyens bien inférieurs aux nôtres, n’en doutons pas !

Alors, qu’on ne vienne pas nous dire que une telle pratique, une telle approche n’est pas possible chez nous, au risque de retomber dans ce fameux cliché des « wallons fainéants ! Ils sont du reste bien peu nombreux dans le noyau, et ceux qui en font partie affichent souvent des statistiques à la course bien meilleures que les joueurs venus d’ailleurs…. Nos meilleurs lièvres ayant pour nom Lestienne, Raskin, Siquet, entre autres.

Mais soit, à défaut de pouvoir débaucher l’entraineur Ostendais, il est comme cité dans mon titre un autre aspect à ne pas négliger, le système mis en place.

Instauré par MPH depuis son retour, le 4-2-3-1 est t’il le bon schéma tactique, en fonction de nos joueurs ?

Plus d’une fois et plus de l’un de nous avons pointé du doigt l’attaquant en pointe, trop isolé à notre goût.

Force est toutefois de constater qu’avec le nouveau venu, Joao Klauss, ce dernier s’en tire bien mieux que ses prédécesseurs à ce  poste, mais ne serait-t-il pas bon de nous demander s’il ne ferait pas mieux encore s’il était davantage secondé dans son rôle ?

Bien entendu, derrière lui, dans ce système, il y a trois autres joueurs qui peuvent l’entourer.

Ca peut donc fonctionner, à la condition que les lignes ne soient pas trop espacées, comme envisagé plus haut. Cette façon d’évoluer implique, quoiqu’il en soit, un minimum de déplacements des latéraux, les deux backs devant monter à hauteur du duo axial en pare-chocs, en possession du ballon, histoire de maintenir l’entrejeu à 4, alors que les deux latéraux offensifs doivent descendre, quand le ballon est perdu, eux aussi au niveau de ce même duo, prenant ainsi la place et le rôle de nos deux backs, et toujours dans la même intention, à savoir rétablir le nombre et l’impact à mi-terrain.

Néanmoins, je constate une chose ; devant, même s’ils restent à deux, leurs positions est plein axe, face au gardien et obligeant l’équipe adverse à maintenir leurs arrières centraux au petit rectangle.

Dans un système largement utilisé et éprouvé, le 4-4-2, qui se transforme en 2 – 4 – 4 une fois l’équipe lancée vers l’avant, la position des attaquants est plus décentrée, soit dans une zone où l’impact du gardien et des défenseurs adverses est moins présente, ce qui oblige quelque part l’adversaire à abandonner le petit rectangle s’ils ne veulent pas jouer sans la moindre opposition. L’espace ainsi quelque peu libéré pourrait nous offrir davantage de solutions offensives, non ?

Une chose est certaine dans tous les cas, l’utilisation à outrance de « binômes », dans le  monde du football moderne, me parait hyper essentielle, quelque soit les secteurs de jeu. Aspect moins évident dans le 4-2-3-1 actuel.

Mettre tous nos griefs sur le système utilisé serait sans doute réducteur, mais quand même, ne faudrait t’il pas y attacher davantage d’attention. Certes, je sais que bien des entraineurs prétendent que le système est rarement en cause, seule l’animation étant importante au final.

Mais un bon schéma tactique facilement cerné par tous et clairement affiché au tableau, ça peut aider aussi.

Le football est parfois très simple, et le compliquer comporte bien des risques, pas toujours assimilé par l’ensemble.

Comme disait notre regretté Dominique Donofrio, chercher la VERTICALITE, toujours !

Gérouche

9 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: ET SI LE SYSTEME ETAIT EN CAUSE ?

  1. Le système? je veux bien Gerouche mais j’en reviens à ce que j’ai dit dimanche quand tu vois anderlecht nerveux monter sur le terrain en sautillant et que tu vois nos rouchs monter en baissant la tête et en regardant leur pieds cela veut tout dire. Si tu as le match enregistré cela vaut le coup à voir en détail. Et arrêtons de toujours vouloir repartir de l’arrière car au contraire des mauffs on n’y arrive pas et on n’a pas les joueurs pour…. on remonte l’équipe d’un coup de 15 mètres et on dégage….

  2. Bien sûr Gerouche que le système est en cause. Et n’ayons pas peur des mots…..c’edt le système voulu par MPH qui est en cause.
    Il l’a bien dit quand il est revenu, il veut la possesion, l’equipe doit être dominante. Le problème, la possession elle est bien présente (il suffit de consulter les stats) mais la domination est absente……pour cela, il faut des joueurs avec des qualités mentales, techniques au dessus de la moyenne. Nous n’avons pas ces joueurs là sauf quelques uns……Bodart, Bokadi, Siquet, Klauss, peut-être Dussene et Amalla et puis, c’est le désert. Venanzi est au pied du mur. Je ne voudrais pas être à sa place. J’ai même le sentiment que l’on est à un tournant. Le printemps sera chaud.

  3. Bonjour ardéchois. Au pied du mur dis tu ! Je dirais pour ma part au pied du gouffre !! Face à un mur, c c’est pour monter plus haut. Face à un gouffre, c est pour tomber plus bas ….

  4. Bon article Gerouche, le système est en cause, il nécessite des joueurs plus mobiles sans ballon, le tout est de savoir si le noyau est INTRINSÈQUEMENT incapable de faire du foot de mouvement ou si c’est le STAFF DANS SON ENSEMBLE qui n’est pas à même de le leur inculquer.
    Pourquoi le magnifique match réalisé à Malines est-il resté lettre morte?

  5. Bonjour kick. Le magnifique match joué à malines dis tu ! Le résultat ok. Mais si je me souviens bien, nous étions dominé jusqu’à cette magnifique reprise de dussenne, monté au rectangle, contre le cours du jeu. Et puis il y eut cet autre exploit d amallah, alors que malines poussait à la reprise, d un tir puissant de loin. A ce moment là seulement, le standard prit le match en main, tout devenant plus facile ! Un peu comme pour les mauves dimanche dernier, où ça a roulé pour ceux ! Ca tient parfois à très peu de choses un match !

    1. Bonjour Gerouche, tout à fait d’accord, mais si nous étions dominés c’est parce qu’on respectait Malines en pleine bourre alors, et qui dit respect dit abandon de la possession, précautions défensives et contres. et rebelote en début de 2è mi-temps après avec la confiance on a pu jouer et montrer qu’il y avait du potentiel dans le noyau.
      Mais si à chaque fois qu’on prend l’avance on ne ferme pas la boutique et on se fait rejoindre en 4′ comme à Zulte alors il y a des erreurs de coaching, on peut admettre que ça arrive 1 fois sur un championnat mais que le coach ne donne pas de consignes pour éviter que ça se reproduise est un vrai problème de compétence.

  6. c’est sûrement ce qui a été demandé mais ils n’écoutent rien, Leye un nouveau coach sans expérience ok mais MPH et Montagnier ont eu déjà pas mal de bons résultats mais ils ne seraient jamais parvenu à comprendre les pauvres petits fifis…….

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App