Le mot de « Gerouche »: ET VOILA !

Chers supporters,

C’est selon l’expression consacrée par nos sportifs de haut vol que j’ai souhaité intitulé mon « édito », ceux-ci ayant recours à ces deux mots plus souvent qu’à leur tour, pour conclure leur prestation en demi-teintes.

Car ce fut hélas le cas ce WE, après une entame de match pourtant très convaincante, mais voilà, justement, la concrétisation fit à nouveau défaut, Klauss, cette fois, ratant par deux fois l’immanquable, et, le temps passant, les efforts et la fatigue du match de coupe en semaine firent le reste, l’équipe manquant cruellement de « dash », pour poursuivre la rencontre sur ce rythme, ce dont profitèrent bien entendu les Louvanistes, par le biais de l’inévitable Henry, joueur que j’avais espérer nous voir rejoindre l’été dernier.

Et finalement, à bien y regarder de plus près, les trois dernières joutes livrées par nos couleurs me laissent un sentiment de déjà vu, sorte de mauvais scénario vécu pas plus tard qu’en décembre dernier, quand l’équipe cherchait son second souffle après avoir jeté ses forces dans les rencontres européennes et affrontant le plus souvent des équipes plus fraiches et donc mieux reposées, avec le résultat que vous connaissez, et qui valurent la tête du coatch alors en place.

Certes, l’embellie du début d’année sous Mbaye Leye fit du bien, remit le moral et la confiance de nos joueurs au beau fixe, l’équipe recollant au groupe de tête grâce à quatre victoires ne souffrant aucune discussion, un peu comme si tous nos maux, d’un seul coup, avaient disparu comme par magie.

Mais c’était à nouveau sans tenir compte d’une nouvelle succession infernale de matchs, auxquels venaient s’ajouter les éliminatoires de la coupe de Belgique, disputés eux aussi en semaine, et qui, comme en décembre, conditionnent les résultats des équipes les plus sollicitées !

Bref, vous m’aurez compris, sans l’égalisation inespérée des œuvres de Bokadi à Ostende, en toute fin de rencontre, et sans la déviation tout aussi inattendue de Klauss, se rachetant quelque peu de ses ratés en première mi-temps, samedi soir, elle aussi en fin de partie, nous serions sur une nouvelle série de trois défaites qui auraient fait bien plus mal encore que ces deux matchs nuls, qui nous privent toutefois du podium, à l’heure des comptes. Ceci sans parler de l’apport de notre nouvelle recrue, Klauss, déjà déterminant au point qu’on parle aussi désormais et après seulement quelques rencontres, d’une Klauss dépendance, opportunité  qui n’existait pas fin d’année passée….

Alors, même si l’efficacité sur le terrain est la plupart du temps conditionnée à une évidente stabilité du onze de base, force est donc de constater que Leye, lui aussi, comme son prédécesseur, n’a guère le choix que de devoir pratiquer une certaine tournante, ceci afin de ne pas mettre à genoux les cadres de l’équipe.

Néanmoins, on voit aussi, et ce constat n’est pas nouveau, voire même ostentatoire, et que notre centre avant a besoin d’un appui pour rendre notre approche offensive vraiment efficace, et que cet appui s’appelait jusqu’à présent Amallah.

Notre marocain absent, ce n’est de toute évidence pas Lestienne et même le jeune Balikwisha, qui vont s’y coller, ces deux là étant plutôt des latéraux ayant besoin d’espace pour pouvoir exprimer leur vitesse.

Pour ma part, je retiendrai cette fois la prestation de Carcela, certes dans un tout autre rôle que celui qui lui était auparavant dévolu, dans une position plus centrale qui nécessite moins de vitesse mais qui semble actuellement mieux lui convenir. A revoir assurément, à la condition qu’il lâche le ballon plus vite, parfois, les mauvaises habitudes ne disparaissant pas du jour au lendemain.

En attendant, voici bel et bien deux points précieux de perdu, perte qui nous fait rétrograder logiquement au classement, alors que notre calendrier en ce mois de février est tout sauf un cadeau, devant encore jouer ce mardi en déplacement à Courtrai, à nouveau dans le cadre de la Crocky Cup, pour nous voir ensuite recevoir l’Antwerp et Anderlecht, ces deux rencontres-là étant seulement séparées par un périlleux déplacement à Zulte Waregem…. Dur dur, les semaines qui vont venir, pour nos couleurs, et, pour le même prix, le Standard peut tout perdre, sans faire preuve de pessimisme exagéré.

Et je n’ose même pas penser à ce qui arriverait si notre nouvelle étoile, Klauss, venait à se blesser ou être mis sur le banc par excès de fatigue !

ON en presque à nous demander s’il vaut mieux privilégier une compétition au détriment de l’autre, même si cette optique représenterait un réel danger, cela va sans dire.

Alors, si la tournante semble s’imposer au vu des conditions actuelles, il parait évident qu’il faille le faire intelligemment, autrement dit sans déstabiliser la base, l’ossature de l’équipe.

J’aimerais pour ma part  pouvoir vous dire, comme le très optimiste Medhi Carcela, que le Standard sera en playoffs 1 cette année, même si bien moins excitants que les autres saisons par la faute de ce maudit covid qui privent les supporters des stades, et donc les stades de la plus élémentaire folie et ambiance, j’aimerais pouvoir vous assurer que la coupe va revenir aux nôtres, mais la vérité est loin d’être connue, les candidats étant nombreux et nos adversaires pas démunis d’argument…

Et comme l’a très bien dit un internaute sur le site, il est bien difficile à Leye d’inculquer de nouveaux principes de jeu, de nouvelles approches tactiques, au vu de la cadence des rencontres, les journées en semaine, sans match, étant j’imagine essentiellement consacrées à la récupération.

Même notre pitbull, Raskin, semble à la recherche de sa meilleure forme, lui qui paraissait pourtant infatigable voici peu.

Dans ces conditions, je dirais que l’entrejeu doit faire l’objet de toutes les attentions de la part du coatch, quitte à devoir relancer Shamir et Cimirot, laissés ces derniers temps au repos plus que nécessaire, sans quoi, de nouvelles déconvenues pourraient à nouveau être au programme.

Et même pourquoi pas allé rechercher Cop, le mal aimé, qui, au vu de la prestation très effacée de Maxime Lestienne, alors qu’il avait pourtant bénéficié d’une semaine de repos  pour ne pas avoir du batailler dans le bourbier Seraisien, pourrait lui aussi nous être bien utile au moment du sprint final, à la condition de ne  pas lui demander l’impossible, à savoir être à l’orientation et à la conclusion, ceci sans même oublier un autre garçon occupé à ronger son frein avec les U21 ou autres, Oularé, pour autant qu’il soit encore motivé !

Après tout, le manque de solutions pour remplacer à l’identique le performant Amallah ne sont pas légion, c’est un euphémisme, et cette option ne devrait pas être  considérée comme rédhibitoire, que du contraire !

Mais bon, tachons de faire preuve d’optimisme, sachant que les autres équipes aussi, à un moment ou à un autre, vont être dans le rouge, ce championnat étant décidément complètement fou et nous réservant des résultats chaque WE au plus surprenants, comme cette défaite des hurlus sur leurs terres, terrassés par zéro but à trois face à Courtrai, pourtant pas l’équipe qui s’exporte le mieux en déplacement !

Comme cette victoire tout aussi inattendue des mauves, à Genk, qui faisait pourtant figure de favori avec Bruges, au premier tour.

Alors, pourquoi ne pas espérer une victoire du Standard face à cette très difficile équipe à jouer qu’est l’Antwerp, même si ceux-ci peuvent à nouveau compter sur un Lamkel-Zé des grands jours,  et plus encore face à notre ennemi juré, Anderlecht. Ces deux victoires sont pratiquement devenues impérieuses, si on veut continuer à espérer !

Enfin, pour terminer, je dirais que la rencontre de ce mardi, au stade des éperons d’or, face à une équipe qui aura à cœur de reproduire sa prestation contre nous de décembre et jouera sa vie, sans aucun doute, pourrait bien dans ce contexte revêtir une importance capitale pour la suite  de notre saison.

Si nous passons et allons jusqu’au bout, notre calendrier sera titanesque, sans compter que les autres qualifiés issus de ces huitièmes de final ne seront pas des oiseaux pour le chat, loin s’en faut, et que la coupe cette année récompensera une équipe de haut vol, doté d’un effectif pléthorique, à n’en pas douter.

Je ne serais donc pas du tout étonné de voir les Brugeois réussir le doublé, tout simplement.

Aussi, pour ma part, je n’hésiterais pas à aligner ce mardi une équipe expérimentale, sans pour autant être une équipe B, et qui pourrait ressembler à ceci :

 

                                Cop            Klauss

Calut             Bokadi      Cimirot           Siquet

Gavory               Dussenne      Cissako            Fay

Bodart

Gérouche

19 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: ET VOILA !

  1. Bonsoir Gerouche. Par rapport à la tournante, je ne pense pas que la solution d’aligner une équipe ou une demi equipe B soit une bonne chose. On joue tous les 3 jours et on s’entraîne……moins et moins intensifs. Du moins, C’est à espérer. Par contre, je trouve que l’on joue parfois à un rythme beaucoup trop élevé et…..sans pause. Pour preuve, samedi, Siquet était mort lors de son remplacement. On peut changer 1 voir 2 joueurs mais pas plus. Quant à Oulare……non non. Il a eu tellement d’occasions de se montrer.

  2. J’adore les tournantes Ardèchois!!! J’ai d’ailleurs un vieux souvenir à raconter mais je ne suis pas certain que ce soit l’endroit..je me lance…il y a deus semaines, j’étais seul, et là, une idée einsteinienne m’a traversé l’esprit. Vous ne connaitrez pas la suite!

    1. Je suis d’accord avec Gerouche si pas sur la tournante sur le constat de la fatigue, comme j’ai déjà évoqué avant sans revendiquer la primeure.
      Ardéchois n’a pas tort sur l’intensité des entraînements. Je me souviens qu’il n’y a pas si longtemps, les joueurs appréciaient ce rythme de 2 matches par semaine qui permettait de garder une vitesse de croisière sans allonger les séances dl’entraînement. On ne parlait pas de tournante. Maintenant ils doivent gagner leur place à l’entraînement, on joue comme on s’entraîne dit-on. Ce qui a changé par rapport à un passé pas si lointain, c’est le calendrier avec la multiplication des matches nationaux dont les PO mais aussi internationaux et d’avant saison. Le foot reste un sport d’hiver; or on commence à s’entraîner dès fin juin sous la canicule. Le foot reste aussi un jeu.

  3. Bonjour Gerouche Un grand défaitisme par rapport pour l’avenir des Rouches ou tu n’est pas très loin de décrié Leye et comme d’habitude ton disciple Van moer partage que naturellement je suis très loin de partager. Oui ce championnat est fou et aucune équipe est à l’abri d’une mauvaise série
    Maintenant de là à lancer cop il ne faut pas exagérer le secteur en difficulté c’est le milieu pourquoi ne pas lancer Sissoko voir pavlovic bien que sa fougue peut lui apporter des cartes.
    En plus pour moi vu qu ´ont joue contre des concurrents directe on est maître de notre sort . Maintenant que faut il faire ? Coupe ou championnat

    1. Bonjour rouchblanc. Détrompe toi, je ne visais pas spécialement leye, que je défendrai en-cas de coups durs ou de période moins positive, comme j ai défendu montanier. La seule chose visée, et il est vrai comparée à la situation de décembre, sont la fatigue excessive, tant physique que morale, au vu de la cadence effrénée des rencontres. Et il ne faut pas grand chose pour que tout s’écroule !

  4. Bravo mon cher Gerouche,
    J’attend ta chronique avec quasi autant de patience que ma pension,c’est dire le bien que j’en pense …… même si parfois les avis divergent, démocratie oblige.
    Par contre, je suis sidéré de voir chez certains le véritable mépris qu’ils ont envers certains joueurs et bien sûr je cite en premier lieu notre ami Cop, qu’à juste titre tu as qualifié de « mal aimé », moi j’aurais dit « pestiféré ».
    Pourquoi être aussi agressif envers un garçon qui n’a JAMAIS eu sa chance réellement et qui a toujours honoré son contrat de manière exemplaire.
    Un autre mal aimé que cet élégant Shamir à qui, comme à Cop, je souhaite de marquer un but décisif qui nous qualifierait.
    Mais ce serait alors de la chance !
    Par contre, vingt bourdes de Lestienne seront compensées par un but de gamin.
    A bon entendeur
    Salut

    1. Un moment il faut arrêter avec cop tu as des actions comment peut on être admiratif d’un tel,joueur quel est la plus velue qu’il a apporté au standard , à part le nombre c’est pas du mépris c’est une constatation et c’est la même chose pour Shamir. Et à la décharge de Lestienne lui il marque

      1. Salut Rouchblanc, je pense sincèrement qu’on a pas le droit de critiquer Cop içi, par contre il est très bien en U21, quand à Lestienne il est à la troisième place des joueurs du mois de janvier parmi les supporters, mais tous ces détracteurs sont rassemblés sur cette page. Mais il semblerait que Cop reste bel et bien en U21.

      2. Quand à Shamir la je suis le premier à reconnaitre que depuis que Leye est en place , ce n’est plus le même homme il a retrouvé de la confiance et quant on le fait monter il apporte directement quelque chose

  5. La nécessité de laisser souffler des joueurs qui ont dû compenser les manquements de certains ne fait aucun doute, surtout en cette période où on joue beaucoup et sur des surfaces difficiles qui nécessitent des efforts pour compenser les approximations dues à l’état des terrains. Il ne faut pas trop chambouler l’équipe non plus (souvenons-nous de la première mi-temps à Ostende où nous fûmes désemparés suite aux 4 changements opérés par Mbaye. Des joueurs qui ont déjà prestés sans être des titulaires réguliers en 2021 peuvent convenir car ils s’intégreront vite (Cimirot, Pavlovic) et pourquoi pas essayer de relancer William Balikwisha qui piaffe d’impatience avec Siquet et Fai à droite (le second succédant au premier dès l’apparition d’une trop grande lassitude de Hugo) On pourrait avoir : Henkinet; Siquet (puis Fai) Dussenne, Laifis et Pavlovic; Bokadi, Cimirot, Carcela; Muleka, Klaus et W. Balikwisha. Ne pas oublier aussi que Chevailler ne nous aime pas (transfert raté) et qu’il est très rapide !!!

  6. A Gerouche, bien vu (ou plutôt bien entendu) pour l’expression préférée avec laquelle nos footeux ponctuent leur interview, ils commencent aussi souvent par un NON qui en fait veut dire OUI car ils répètent ensuite les constatations de l’hô au micro.
    Les commentateurs souvent fiers de leurs interventions ponctuent eux leur discours d’un « et ça c’est une certitude » persuadés qu’ils sont de ne pas devoir subir la moindre contradiction.
    Amusant et tellement humain.

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App