Le mot de « Gerouche »: MORTELLE TRIBUNE

Chers supporters,

Voici plusieurs fois que je « zappais » l’émission de la chaîne renommée « TIPIC », du lundi soir, soucieux de ne plus passer une soirée à écouter les sempiternelles et mortelles analyses des spécialistes d’un soir, à quelques rares exceptions près.

Toutefois, ce dernier lundi, je me hasardai à me brancher sur cette chaîne, espérant y entendre des analyses judicieuses quant aux rencontres du WE passé, avec en point de mire, bien évidemment, celle nous ayant tous concerné et déçu, dans une moindre mesure, quant à la prestation de notre équipe et le résultat logique qui sanctionna la rencontre.

Le moins que l’on puisse dire, est, qu’une fois de plus, j’en fus pour mes frais, m’ennuyant lamentablement dans mon fauteuil, au point de devoir lutter pour ne pas fermer l’œil, surtout quand ce fut le tour de l’intervieuw à distance de Guillaume Gillet, qui ne parut jamais se terminer et tirait donc anormalement en longueur, sans le moindre intérêt.

Dur dur, l’ambiance sur le plateau, avec des interventions rarement pertinentes et délivrées le plus souvent sur un ton monocorde dénué de toute passion, à l’image du grand Philippe Albert, seules les remarques de Strecker me sortant de temps à autre de ma léthargie. J’en serais presque venu à regretter l’absence d’un nommé Stéphane Pauwels ….. et de ses coups de gueule !

Ce fut finalement sur le coup de vingt-deux heures environ,  alors que l’émission se déroulait depuis près d’une heure trente sur le même ton, qu’un sujet me tira enfin de ma torpeur !

La prochaine BENELEAGUE, réclamée à corps et à cris par le Président de Bruges, Baert Verhaege.

Enfin un sujet digne de ce nom et très controversé, pour beaucoup.

Ce souhait n’est du reste pas sans rappeler celui émis à l’époque par un certain Duchatelet, animé des mêmes intentions lui aussi, et qui fut pourtant jeté à la poubelle.

Comme quoi, quand les intérêts des uns et des autres s’en mêlent, l’approche diffère considérablement.

Sur le plateau de l’ex RTB2, presque tous les avis convergèrent, à savoir le peu d’enthousiasme provoqué par cette future, pour ne pas dire probable orientation voulue par les Blauw en Zwart, devenus trop grands d’un seul coup pour la Jupiler Pro League, trop forts surtout, et réclamant davantage d’opposition, voire surtout davantage de fonds, la possible Beneleague devant être génératrice de nouveaux sponsors et autres intervenants bien nantis, à commencer par les médias.

L’idée n’est donc pas nouvelle, et si, à priori, elle peut séduire, des matchs au sommet opposant nos meilleurs clubs à l’Ajax, à Feyenoord, au PSV, force est de reconnaitre que si on en est là aujourd’hui, c’est essentiellement dû, comme ils l’ont par ailleurs justement mentionné à la tribune, à la régression, pour ne pas dire l’effondrement des autres ténors de notre propre championnat, nous y compris, ayant été le plus souvent mal gérés et ayant pris un retard énorme sur l’ogre Brugeois, pourtant pas spécialement à la fête voici plus de cinq ans, quand MPH en reprit les rênes, les gazelles courant après un titre depuis  bien des années.

Les remarques formulées, ce lundi soir, tournèrent essentiellement sur les distances, souvent  trop longues, qui seraient imposées à nos supporters pour aller suivre leurs équipes à l’extrême nord des Pays-bas, mais aussi au peu d’intérêt d’être confrontés aux autres équipes de la Eredivisie, pas plus relevées que les nôtres, que du contraire.

Et il est vrai que, mis à part les Brugeois, qui y trouveraient bien entendu leur compte, voire l’une ou l’autre équipe capable de hisser son niveau, et rien ne dit ici que nous en ferions partie, il faut bien avouer qu’une telle compétition sur le long terme, snobant la majorité des clubs Belges de première division, nous serait plus préjudiciable que toute autre chose, car affectant davantage encore le niveau des équipes de bas de classement ayant peu de chances d’être invitées au festin.

Alors, messieurs les responsables fédéraux, je vous invite vivement à faire preuve d’un peu d’imagination, avant de vous plonger dans une aventure hasardeuse et de jeter le bébé avec l’eau du bain, comme on dit.

Ne serait-t-il pas plus intéressant, au lieu de cette probablement lucrative BENELEAGUE, de maintenir nos championnats nationaux en l’état, attribuant les titres à la fin de la saison classique, comme par le passé, en oubliant donc vos décriés playoffs, par beaucoup, et souscrire plutôt à une BENEFINAL, en quelque sorte, soit des playoffs en mode commun cette fois, histoire juste d’attribuer les places pour les coupes d’Europe entre nos deux pays, mais certainement pas le titre de champion ?

Cette approche me paraitrait bien plus judicieuse et digne d’intérêt qu’une Beneleague faisait peu de cas des clubs de seconde zone, mais pourtant pourvoyeurs de nombre de talents et soucieux d’être eux aussi confrontés à des équipes de bon niveau, histoire d’améliorer le leur, et de survivre, tout simplement.

Qu’une seule et même personne, à savoir ce brave Baert Verhaege, fasse de ce  nouveau championnat sa priorité, sans le moindre égard aux autres clubs du pays, relève du mépris et d’un égoïsme sans nom, oubliant où ils étaient, eux aussi, voici dix ans !!

Le second sujet, que les supporters du Standard attendaient impatiemment sans doute, du moins ceux qui avaient bravé leurs doutes pour visionner l’émission, accoucha quant à lui d’une souris, nos chers spécialistes se limitant juste à mettre l’accent sur ce que tous avaient pu constater, une fois de plus, à savoir la supériorité Brugeoise, essentiellement sur son flan droit, opposé à notre flan gauche, pointé quant à lui comme notre point faible depuis quelques temps déjà.

Autrement dit, ce n’était pas ce Bruges là qui était trop fort, mais il l’était par contre face à un secteur de jeu qui présente des lacunes, comme l’a par ailleurs bien fait remarqué Van Moer, sur notre site.

La bonne analyse et la bonne question auraient donc dû être celles-ci, sur le plateau de la tribune : « comment expliquer que ce qui  fonctionne bien à droite ne fonctionne pas à gauche ? », chez nous.

Est-ce une question de qualité ou, tout au contraire, un problème de système ?

Il est vrai que, dans un 4-2-3-1, les deux backs ont fort à faire, devant à la fois canaliser les montées adverses et prenant de gros risques à se lancer vers l’avant, sans guère d’autre appui que les joueurs plus axiaux. Et pourtant, le tout jeune Siquet semble très bien s’en sortir, lui, au contraire de ses équipiers chargés d’effectuer le même travail à gauche, et parvenant à distribuer de bons centres, à profusion, les seuls dangers venant justement de ses pieds. Ceux-ci souffriraient t’ils donc d’un manque de course, de vitesse, critères nécessaires pour pouvoir arpenter tout un flan et reprendre aussi vite sa position ?

Probablement, Gavory paraissant davantage un Diesel qu’un rocket …. Raison pour laquelle Leye confine le français depuis la reprise dans un rôle plus défensif, et statique, et poussa Raskin à pourchasser Lang, abandonnant ainsi l’entrejeu dès lors déforcé.

Mais la solution, à défaut d’un second Siquet, pourrait venir du 4-4-2, où ils seraient deux à se partager les flans. C’est du reste ce que Mbaye Leye tenta à la reprise, en vain hélas, les Brugeois nous ayant coupé l’herbe sous le pied avant même que l’équipe ai pu trouver ses nouvelles marques.

La balle est dans les mains du coatch, quoiqu’il en soit. A lui de trouver la bonne solution, avec ou sans …. Gavory

Gérouche

11 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: MORTELLE TRIBUNE

  1. Et oui Gerouche mais notre rencontre amicale contre le club de bruges n’a eu que quelques minutes de débriefing en cause du topper courtrai – charleroi et du classico OHL – Beerschot mais voilà sur les 20 secondes accordées à notre match de dimanche force est de constaté que tout le monde avait vu la même chose que nous à savoir Gavory qui a coulé de manière aussi pathétique que le TITANIC….

  2. Bonjour ! Heureusement, il n’y a que Bruges comme adversaire hors catégorie ! Nous avons notre chance pour terminer dans le top 4. Si nous voulons jouer pour être champion, il faudrait un vrai meneur de jeu, style Marin, Arie Haan, Sigurvinsson…. Aucun joueur actuel n’est ce genre de joueur. Nous sommes fait pour jouer au milieu du classement. Et le nerf de la guerre est absent… Plus de moyens financiers ! Il faudrait enfin un investisseur capable de relancer la machine.Qui prendrait ce risque ? En attendant, revenons sur terre…

  3. Monsieur Semmeling.
    Pourquoi ne pas confirmer votre analyses à la presse. Peut être que la direction;vous écouterait.
    Il est temps que les analyses des anciens soient pris en compte par la direction au lieu de confier les clefs du club aux duo Nicaise -Grosjean

      1. Salut Leon,

        Afin de savoir si c’est toi, tu devras répondre à cette question…très simple, tu as la réponse car tu y étais et je le sais très bien.
        La voici donc….que s’est-il passé dans le resto il y a 4 ans (je t’aide, paquet de mentos!!!).
        Merci de ta réponse.

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App