Le mot de « Gerouche »: JUSQU A LA MORT

Chers supporters,

C’est en effet ce que nos joueurs vont devoir se dire, samedi soir, en montant sur la pelouse du Kehrweg, qui, cela dit en passant, signifie « chemin de terre », en Allemand. Espérons au moins que nos derniers espoirs n’y soient pas enterrés, ce qui serait synonyme de chemin de croix plutôt pour notre fin de saison et l’entre-saison pourrait nous paraitre bien long cette année, sorte de répétition de la fin de saison dernière, déjà avortée pour cause de coronavirus.

Un peu comme ces gladiateurs de temps ancestraux, qui devaient proclamer, devant le tribun, « ceux qui vont mourir te saluent », nos joueurs vont devoir tout donner, sans espérer recevoir un cadeau des Eupenois, qui non seulement seraient trop heureux de nous jouer ce mauvais tour, entre voisins ou presque, mais vont se voir pousser des ailes, sans le moindre stress, sans la moindre pression, en vue de leur accession possible à la finale au stade Roi Baudoin, enceinte qui nous réussit pourtant si bien.

Donc, le contexte étant planté, il serait vain de nous leurrer, cette équipe-là va jouer le couteau entre les dents, et ce n’est pas rien de le dire. Nos joueurs, j’imagine, mieux, je l’espère, sont prévenus.

Alors, comment faut t’il aborder cette rencontre ? Toute voile dehors, ou, tout au contraire, bien décidé avant tout à ne pas prendre de but, surtout stupide, et attendre l’adversaire ?

Fâcheux dilemme pour Mbaye Leye, qui, rassurons-nous toutefois, ne sera pas, j’en prends les paris, le seul à décider de la tactique à adopter.

Beaucoup ont mis en cause la volonté, l’état d’esprit de notre équipe, dernièrement, et particulièrement lors de notre tout dernier échec à Mouscron, ce que pour ma part je réfute.

Mais il est vrai que sept rencontres de championnat sans victoire, ça commence à peser, tant dans les jambes que dans les têtes, notre dernier succès remontant à …. Seraing, lors de notre match de coupe en huitième de finale.

Comme je l’ai écrit, il va nous falloir à l’avenir être un peu plus malin, un peu moins dominateur et donc moins orgueilleux, si on veut retirer davantage de profit en terme de points. Vouloir à tout prix en imposer à l’adversaire et se faire sanctionner en contre, bêtement, est à oublier au plus vite.

Mais ici, pour ces demi-finales de la coupe, plus question de points, juste une qualification qui nous tend la main, contexte qui à priori nous réussit mieux qu’un championnat qui se tire parfois en longueur et où la plus élémentaire régularité nous fait souvent défaut, à de rares exceptions près.

Cette partie risque donc fort, à mon sens, de relever d’une partie d’échec entre les deux protagonistes, et celui qui placera le mieux ses pions dès le coup d’envoi pourrait prendre une sérieuse option sur la finale, qui se disputera dans un peu plus d’un mois.

Personnellement, si j’étais coatch, et fort heureusement que je ne le suis pas, ce serait très mauvais pour mon cœur, j’alignerais une équipe capable de prendre le jeu à son compte, avec des arguments offensifs devant, mais ….. sans prendre le jeu à mon compte, précisément, et donc en laissant un tantinet l’initiative à l’adversaire.

J’opterais donc pour le onze suivant :

Klauss                                        Muleka

Amallah        Raskin              Cimirot         Bokadi

Fay                        Layfis                    Dussenne           Siquet

Bodart

Donc, au vu de ceci, un 4-4-2 classique, et fort peu pour ne pas dire pas du tout utilisé sur le papier cette saison. Certes, vous me direz, ni Amallah ni Bokadi ne sont des ailiers, et vous auriez totalement raison. Mais leur rôle ne consisterait pas à courir sur les ailes, rassurez-vous, mais bien à les bloquer en perte de balle, et à « rentrer » dans le jeu en phase offensive, dès l’instant où on repart vers l’avant, histoire de récupérer le ballon à l’entrée du rectangle adverse, ballon remis soit en retrait par nos deux attaquants, soit servis par les backs, montés le long de leur ligne à leur place.

Ca nous ferait quatre joueurs à vocation offensive, sachant qu’Amallah et Bokadi ont déjà démontré leur gros potentiel en zone de finition.

Mais bon, ceci n’est qu’une idée, une de plus, parmi toutes celles proposées, et j’imagine bien que vous n’en manquez pas, chacun d’entre nous prenant un malin plaisir à concocter ce qu’il croit être « la formation idéale ».

Quoiqu’il en soit, samedi soir, sur le coup de 21h, j’en connais, et j’en ferai partie, qui auront les nerfs à vif et la tension en hausse, inquiets que nous serons dans l’attente du verdict final.

J’ai pu lire par ailleurs que notre ami Rouchblanc, habituellement « chaud boulette », nous mettait lui aussi en garde contre un excès de confiance, après le tirage.

Je ne peux que confirmer ses craintes, avouant même que, contrairement à ceux qui prétendent qu’il s’agissait d’un bon tirage, qu’il s’agit pour moi du pire que nous aurions pu obtenir, ceci face à un adversaire qui n’aura strictement rien à perdre, tout le contraire de nos joueurs au coup d’envoi.

J’aurais bien davantage préféré jouer Anderlecht ou Genk, tous deux encore concernés par la course aux playoffs 1, et tous deux plus enclins à prendre aussi un peu du jeu à leur compte.

Au Kehrweg, très sincèrement, ce sera du 50/50, ni plus ni moins, et le scénario d’un match fermé qui ne nous convient guère n’est pas de nature à me conférer un optimisme béat.

L’accession à la finale à Bruxelles ne se fera pas sans mal, sorte de petite guerre entre faux frères.

Espérons que notre entraineur soit bien inspiré, que le terrain adverse soit de qualité, et …. Que la chance, cette fois, soit de notre côté, rien de moins. 

Gérouche

17 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: JUSQU A LA MORT

  1. Hé hé pas mal l’anecdote du chemin de terre en préambule.
    C’est quand même un comble tous ces buts cadeaux ; alors qu’on semble avoir la paire offensive qui manquait à Montanier (Muleka étant au début blessé puis hors condition), c’est La Défense qui flanche maintenant.
    Allez je me lance, une fois n’est pas coutume dans la composition d’équipe avec Bokadi dans l’axe et j’hésite entre Layfis et Dussenne, trop lents tous les deux.

    Klaus Muleka
    Amallah
    Raskin Bokadi Cimirot
    Fay Dussenne Sissako Siquet
    Bodart

  2. Soyons sérieux ,je pense que ce match est plus que piégeux et je me demande si Leye ne adevrait pas changer sa tactique et jouer la contre attaque ne pas vouloir faire le jeu mais est ce possible ?
    Surprise surprise à

  3. « Jusqu’à la mort », ça c’est dans l’ADN du Standard. Enfin !!! 😀

    Pas vraiment d’accord sur tout pour le 11 (bon, suis nin coach non plus, mais …)

    Bodart
    Siquet-Dussene-Bokadi-Fai
    Cimirot-Amallah-Raskin
    Klauss-Muleka-Tapsoba

    Jouer haut, ne pas les laisser passer leur moitié de terrain.
    Rien à perdre, tout à gagner !!!

    1. Je suis « nein » coach non plus lol mais ça tient la route.
      Offensive à l’outrance logiquement proposée par un ultra hein U96; ouais mais alors faut vraiment leur rentrer dedans sans en prendre et là ce n’est évident au vu de ces dernières. Rouchblanc a raison d’être prudent.
      Maintenant le pire c’est d’attendre et quand même en prendre un..
      Je pense qu’il faut (plus) jouer simple comme à Seraing. On incrimine le terrain à Mouscron mais faut s’adapter.

      1. Oui …

        Mais la prudence, ça ne nous a jamais rien rapporté. On a toujours oublié de tuer le match quand on en avait l’occasion. Il est temps que ça change, en les cueillant à froid et si on ne les laisse pas sortir, ils ne marqueront pas (sauf sur un lob au cas ou Arnaud serait trop avancé vous me direz) 😀

  4. Choix cornélien entre offensive à outrance ( suis contre car ça empêche justement les autres de sortir et on sait qu on éprouve les pires difficultés à marquer dans ces conditions), et une tactique plus prudente mais pas gage de garder le zéro derrière ! Le seul point positif au premier choix, c est que les consciences seront en paix, au contraire de l autre option en cas d échec, ou l on pourra regretter de ne pas avoir voulu imposer notre jeu après coup !

  5. Jusqu’à la mort ?!??? Cela fait bien longtemps que certains dans l’effectif n’ont plus couru jusqu’à perdre haleine……Bokadi, Siquet, Klauss sont les seuls à sortir du lot.
    Néanmoins, espérons qu’ils auront l’orgueil nécessaire et la fierté de porter une vareuse qui symbolise le courage pour remporter ces 2 derniers matches de coupe…….

  6. Ardèchois tu n’as pas tort en chamupionnat mais bon reconnaissons qu’en coupe contre bruges même si on a vu un bruges beaucoup plus fort au moins ils se sont battus jusqu’à la mort (comme dans le titre) c’est la guerre point barre

      1. exact mais à 19ans je me demande si on ne lui en a pas demandé de trop
        anderlecht a connu aussi le cas avec verschaeren et lokonga, à 19 ans à un moment donné les jeunes n’ont plus de carburant, on le voit chez nous avec siquet raskin et MA qui ont perdu de l’impact ces derniers jours

  7. Vous avez raison pour Raskin tous les deux. On ne peut lui reprocher sa bonne volonté…….je crois qu’il a eu ce satané virus……son inconstance à certains moments est peut-être due à cela.
    Tiens, petite question un peu hors sujet. Est ce que Luciano Donofrio a résigné à l’Antwerp ?

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App