Le mot de « Gerouche »: MAIS OU SONT NOS FLANS ?

Chers supporters,

Les semaines se suivent et … se ressemblent.

Lors de la rencontre précédente, je m’étais fait l’avocat du diable, tous les commentaires sur le site et ailleurs allant dans le « mauvais » sens et versaient déjà dans un défaitisme excessif.

Ce lundi, je ne vais pas échapper à « MA » règle, et vais donc tenter de tempérer les ardeurs de quelques-uns, peut-être trop optimistes cette fois, certains nous voyant déjà CHAMPIONS …..

Alors, oui, hier, notre équipe a gagné, mettant cette fois les occasions au fond, alors que contre St Trond, elles échouaient sur les piquets.

Pourtant, même si nous jouions à domicile, et donc plus sur cette saleté de synthétique, le terrain ne devait pas être très favorable à l’équipe voulant prendre le jeu à son compte, la pluie s’étant chargée de rendre la pelouse bien lourde et glissante, sans parler des routes pour accéder au stade, chacun arrivant détrempé.

Dire, au demeurant, que les rouges maitrisaient totalement leur sujet serait travestir tout autant la vérité que d’affirmer que notre équipe était foncièrement mauvaise dimanche dernier, au pays des pommes.

J’ai pour ma part été fortement surpris de voir nos flans, ceux-là même que les chroniqueurs sportifs présentaient comme notre nouveau point fort avec un nouveau schéma tactique de MPH comme résolument orienté par l’extérieur. J’ai quelque peu déchanté, le ballon et les mouvements repassant le plus souvent par l’axe, comme au bon vieux temps !

En effet, ni Gavory ni même Vojvoda n’ont paru vouloir déborder le long de leur ligne, oubliant même très souvent de centrer, il est vrai vers un pivot inexistant en l’absence d’Avenatti, ceci pouvant peut-être expliqué cela.

Mieux même, j’ose affirmer que Fay et même Cavanda ne feraient pas moins bien que nos deux nouvelles recrues, excepté peut-être les errances du second, parfois trop « criardes » et lui ayant probablement coûté sa place.

J’ai en effet trouvé Gavory assez lent et renvoyant le plus souvent le cuir vers l’arrière que dans l’axe, alors que son double sur la droite, même s’il s’employait davantage à balancer des centres, ne les ajustait pas toujours à bon escient…

Par contre, au rayon des satisfactions, et elles ne sont pas négligeables, je pointerai le nouveau venu Amallah, de la toute bonne graine celui-là, pourvu d’une belle technique, d’une sacrée vista et alliant vitesse et  puissance, sans oublier le retour en forme de Maxime Lestienne, de très bonne augure pour la suite. Ces deux-là, qui paraissent dores et déjà incontournables, associés soit à Carcela, soit à Polo s’il reste, soit encore à Halilovic, que l’on a enfin vu s’échauffer le long de la ligne de touche pendant une demi-heure au moins, en vain, constitueraient un trio offensif derrière l’attaquant de pointe digne des meilleurs formations du pays et que bien d’autres nous envieront. D’autant qu’on peut encore y ajouter LImbombé, Castro Guzzmann, Dragus, voir Emond s’il doit reculer pour faire place à Avenatti.

Offensivement, on est plus que paré, contrairement aux sociétaires du parc Astrid !

Autre sujet de satisfaction aussi, la tenue de notre duo récupérateur, Cimirot associé à Bastien, même si ce dernier ne se fait pas remarquer par quelques actions d’éclat mais « se la joue » plutôt simple, sans compliquer son jeu ni porter trop longtemps le ballon.

Enfin, je jeune Bodart, quoique très peu sollicité dimanche, dégage une bien belle autorité et assurance, un peu comme s’il avait toujours été là.

Reste à le voir à l’œuvre dans des rencontres plus équilibrées, mais, honnêtement, j’ai confiance.

En attendant, voici deux rencontres jouées à Sclessin ponctuées à chaque fois de quatre buts en notre faveur.

Que du plaisir !

Mais les « gros » morceaux se pointent déjà à l’horizon. Ce sera l’occasion de jauger véritablement le potentiel de l’équipe, qui, s’il n’’est pas supérieur selon moi à celui de l’an dernier, pourrait ne pas s’avérer moins fort non plus.

Un seul et véritable bémol en fin de compte, au vu de tout ceci, serait peut-être le transfert de Boljevic !

Pas sûr en effet que ce dernier fasse « son trou » dans un effectif aussi large, mais je demande à voir…

Autre remarque encore, mais elle concernera cette fois plutôt l’entraineur, à qui nous ne devrions en aucun cas faire la moindre leçon, mais qui semble enclin à n’introduire ses réservistes que trop tard dans la rencontre, alors que quelques titulaires paraissent émousser bien avant leur remplacement, ce qui pourrait expliquer la raison du « second souffle » tant recherché en seconde période…..

Je terminerai par une allusion aux chants entonnés dans les tribunes, le dernier entendu étant sorti d’un chapeau vieux de cinquante ans sur l’air de « c’est l’équipe du Standard qui ….. », quelque peu révolu.

Ne serait-t-il pas grand temps de renouveler le répertoire ?

Je suggérerais pour ma part le recours à cette chanson, autrement entrainante et dynamique, ayant  pour nom « at the barricades » ou « upon this stones » extrait du film « les misérables », dernière version, tout en remplaçant les paroles, bien entendu, par ceci par exemple :

                               Le Standard, c’est notre combat

                               Et la victoire, n’échappera pas

                               C’est tous ensemble, qu’on gagnera

                               Avec quiconque, comme nous, y croit

                               Vous nos rois, vous nos soldats

                               On croit en vous, on marquera

                               Sous  nos hourras, avec nos bras

                               Les rouges et blancs, n’feront pas, choux gras

A méditer, pour ceux qui sont concernés par l’animation dans le stade. Etre conservateurs, parfois, ça peut le faire, mais, un moment, il faut pouvoir changer de partition, lol.

Gérouche

6 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: MAIS OU SONT NOS FLANS ?

  1. Haha c’était le match du standard ou un match amateur ,que Mph change de tactique contre mouscron pourquoi pas .je ne comprends pas cet article plus que défaitiste .
    En ce qui concerne les chants y a un devoir de mémoire cela fait partie de l’histoire du club mais on peut y ajouter de la modernité

  2. Pourquoiil n’y a qu’en amateur où on joue par les ailes ? Tu as déjà été plus constructif Rouchblanc dans le tchat paradoxalement où c’est moins facile de développer des arguments que dans les commentaires.
    Pour ma part je reste nostalgique des ailiers de debordements avec centres en retrait toujours mortels. Heureusement voir par ailleurs MPH n’oublies pas les centres non plus.
    Et je pose simplement la question, pourquoi n’y a-t-il que les backs pour en faire? Et pourquoi ceux-ci doivent-ils débouler seuls sans appui des des demi (ailiers)?

  3. pour répondre à la Remarque comprehensible de ROUCHBLANC, sans doute n’as tu pas remarqué que je voulais « tempérer » l’enthousiaisme excessif après cette victoire, comme d’ailleurs annoncé en début d’article. Quand ca va mal, il faut chercher le POSIFIF, et quand ça va bien, il ne faut pas croire que tout est arrivé, mais au contraire chercher encore et encore où le bas blesse, malgré le résultat.

    1. Bien sûr Gerouche, moi j’avais compris.
      J’ai relancé Rouchblanc pour qu’il développe son point de vue. Comme déjà répété, la contradiction est bienvenue pour alimenter la discussion mais il faut étayer, argumenter sinon c’est stérile.

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App