Menu Standard
Add more content here...

Le mot de « Gerouche »: TRISTE SPECTACLE

Chers supporters,

Je m’adresse ici à tous ceux qui s’identifient comme tels, à savoir des personnes fidèles à nos couleurs, à notre club, mais aussi dans le respect des autres, même et surtout quand il s’agit de notre plus légendaire adversaire.

J’imagine que, tout comme moi, vous avez dû vous indigner devant les agissements de quelques énergumènes, une minorité certes mais encore trop nombreuse, qui s’est distinguée de la pire façon ce jeudi soir, incapable sans doute d’accepter la défaite, la joie de nos adversaires, qui, du reste, ne se sont certainement pas privés de nous défier par des gestes provocateurs dont tous les supporters de tous les clubs sont désormais coutumiers, entrainant de telles dérives.

Je ne pointerai donc pas un club plus qu’un autre, tous recelant dans leurs rangs des « specimen » à part, qui ne viennent au stade que pour en découdre avec les supporters d’en face et provoquer de la casse, sans véritable autre intention. Comment en effet expliquer que ces gens-là viennent au stade cagoulés ?

Ces personnes-là constituent la pire gangrène que notre sport favori n’a jamais connu, privant ceux qui savent se tenir du rendez-vous suivant, voire plus encore.

Alors, bien sûr, on comprend amplement la décision qui a été prise dans la foulée par notre Direction, interdisant l’accès au stade pour encourager les nôtres dimanche prochain. C’était hélas la seule mesure cohérente visant à sauver la face, comme on dit, ceci sans attendre d’autres sanctions qui vont inévitablement tomber sur la table.

Car rien ne justifie pareil comportement, pas plus la défaite que les provocations des adversaires.

Certes, pour certains, il n’est pas aisé d’accepter les railleries et gestes évocateurs, en plus du résultat défavorable.

J’imagine que ces gens-là, tout petits déjà, n’ont pas appris à perdre avec honneur avant d’apprendre à gagner, la défaite étant assimilée à une humiliation qui les autorise à tout renverser dans un accès d’humeur.

Bien sûr que c’est énervant de voir notre adversaire se régaler de notre défaite, mais nous faisons exactement la même chose quand les événements nous sont favorables ! IL faut donc pouvoir accepter la joie des autres, même si ce n’est donné à tout le monde.

En attendant, ce n’est pas un club en particulier qui est pénalisé, mais tout notre sport en général qui s’en trouve Sali.

L’image serait pourtant tellement plus belle de voir les supporters d’un club défait applaudir le camp adverse.

Au moins là, ils pourraient, même battus, sortir la tête haute.

Vous savez, je joue au tennis de table depuis des décennies maintenant et suis bien placé pour savoir que celui d’en face, s’il aperçoit ton énervement et ta mauvaise humeur, se réjouit bien plus encore que le seul fait d’être parvenu à te vaincre. Il en va de même dans un stade de foot ! Les Anderlechtois doivent bien rire de nous après ça, tout comme nous avons bien rigolé d’eux par deux fois pour avoir manifesté leur mécontentement en arrêtant la rencontre à chaque fois !

Est-ce trop demandé à certains supporters de seulement prendre la peine de réfléchir aux conséquences de leurs actes ?

Ceci-dit, et pour en venir au sport et au match en lui-même, être éliminé de la coupe de Belgique n’est pas dramatique en soi, sachant qu’il fallait encore atteindre la finale et la gagner pour pouvoir obtenir un ticket Européen.

Personnellement, je l’aurais eu bien plus mauvaise encore si, une fois de plus, nous n’étions pas parvenus à produire du jeu, à nous montrer dangereux, comme ce fut le cas à Bruges.

Malgré la défaite, à priori injuste car encourue suite à deux erreurs défensives assez grossières sur les seules velléités adverses jusque-là, j’ai pu enfin apercevoir une embellie dans notre football, seul le réalisme faisant encore et toujours défaut. Mais l’association devant Kanga – Price – Kawabe avait de l’allure, même si ce fut encore insuffisant.

Mais il y a des jours ainsi où, même en jouant bien, en étant à la hauteur, le ballon ne roule pas pour nous, comme sur ce tir incroyable de Kawabe repoussé par le piquet. Comme cette exclusion presque simultanée et à priori injuste de Price, les deux joueurs jouant me semble t’il pied en avant, alors que l’entraineur s’apprêtait à faire monter des forces vives.

On pourra d’ailleurs toujours regretter qu’une association Kanga – Ohio n’eut pas été tentée, mais, en continuant sur cette voie-là, on peut espérer un meilleur second tour avec, qui sait, une bonne place à la clef.

Je terminerai en regrettant, comme presque à chaque fois, la mise à l’écart de Balikwisha, son avenir au standard étant désormais vide d’espoir, sauf si le coach en place prenait la porte après ce week-end en mauve. C’est à mes yeux incompréhensible, mais, comme je recommande la modération à d’autres, je ne vais pas livrer mon réel sentiment, n’ayant pas de mots pour interpréter le peu de considération dont a bénéficié notre brillant joueur depuis l’arrivée d’Hoefkens.

La suite au prochain classico.

Gérouche

 

7 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: TRISTE SPECTACLE

    1. Exactement, et si c’est Jaime à la plume facile qui le dit..
      Je noterai quand même le rappel au souvenir à juste titre de Balikwisha. Je l’avais presque oublié celui-là. C’est d’autant plus regrettable face à des inamovibles comme Dnenepo et Sowah malgré leurs piètres prestations. Mais voilà, Dnenepo a couté 3m et Sowah a été attiré par son ancien mentor brugeois. Quant à Hofkens, il a une bonne assurance licenciement avec ses 3 ans de contrats.

      1. Maintenant VanMoer, existerait-il une clause dans son contrat qui stipulerait que si un certain objectif n’est pas atteint pour janvier, les deux se sépareraient d’un commun accord?

Laisser un commentaire