Le mot de « Gerouche »: LA VOUS N’Y ETES PLUS COATCH

Chers supporters,

On dirait bien que la lettre adressée au père Noël n’a pas été entendue par ce dernier, même si les acteurs sur le terrain ont essayé, en vain. Mais parfois, la bonne volonté ne suffit pas, hélas.

Jusqu’ici, je vous défendais et jugeais votre approche et votre travail adéquat, même si les résultats ne suivaient pas toujours. Mais vous aviez le mérite de lancer des jeunes, et ça marchait, de pratiquer la tournante, peut-être pas nécessairement par choix, mais parce que les circonstances vous l’imposaient, tantôt à cause du covid, tantôt à cause des joutes européennes.

Je pointerai donc du doigt, comme la plupart ayant sans doute constaté la même chose hier soir, vos erreurs initiales coatch, et elles sont triples cette fois, désolé de devoir vous le dire.

Et sur un seul match, ça fait beaucoup, surtout pour une équipe qui était en quête de réhabilitation.

La première, bien sûr, était de relancer Avenatti, dont j’étais partisan au départ pourtant.

Mais le laisser deux mois sur la touche, lui retirant toute votre confiance, et la sienne par la même occasion, puis lui offrir ce cadeau empoisonné, c’était couru d’avance. On a pu qui plus est constater que ses équipiers ne jouaient pas en fonction de lui, mais continuaient à jouer au sol et dans la profondeur, rendant sa présence sur le terrain totalement inutile. Le joueur, tout comme vous, n’est donc entièrement responsable de ce qui lui arrive, et, à un moment donné, il faut au contraire mettre un joueur en confiance.

Or, notre homme errait comme une âme en peine sur le terrain, du début à la fin.

Même sa seule reprise de la tête, qui aurait dû faire mouche, manquait de conviction, de puissance, de précision.

Bref, l’équipe que vous avez concoctée joua à dix, dès le coup d’envoi.

Vous auriez dû mettre un autre joueur devant, style Cop ou Lestienne, même si pas fan non plus, mais plus en équation avec le style de jeu du reste de l’équipe, quitte à replacer Amallah dans l’axe.

Et puis, bien sûr, la présence de Gavory, qui, même s’il ne ménage jamais ses efforts, n’apporte vraiment plus rien de valable comme solution, ratant presque toutes ses passes ou ses centres. Pitoyable, hélas.

Enfin, j’ignore si l’absence de Layfis au coup d’envoi était due à sa perte de balle à Gand, dans les dernières minutes, mais cet homme-là, en général, ne déçoit que rarement, et le remplacer par le très volontaire Fay dans une défense à trois, de manière inopinée, n’était pas du tout justifié et plus encore contre-productif !

Ceci dit, Fay au coup d’envoi, ok, c’était normal, mais …. À la place de Gavory, pas là où vous l’aviez mis.

Et puis, en face, il y avait une équipe qui avait tout compris, qui savait qu’il fallait nous mettre la pression d’emblée, prendre l’avantage avant que l’équipe ne soit organisée et que la défense retrouve des automatismes, ce qu’elle fit.

Il lui fut dès lors très facile de se regrouper derrière et de repartir en contre, sachant très bien qu’il est difficile de construire et de bien jouer sur  leur champ de « patates ». Or, chacun de leur contre était meurtrier, ne faisant pas le détail dans les transmissions de ballon.

Ce matin, plus encore qu’hier soir, on constate les dégâts, et ils vont être bien difficiles à réparer, le moral et la confiance des acteurs étant dans les talons, celle des supporters aussi.

IL vous reste néanmoins deux rencontres à domicile pour sauver ce qui peut encore l’être, et ce n’est pas gagné, croyez-moi, même face aux adversaires proposés. Car une équipe plongée en plein doute a besoin de victoires pour sortir la tête hors de l’eau. Au contraire, la tension qui doit désormais miner le groupe n’est pas du tout propice à une reconquête des victoires, encore moins des supporters au bord du désespoir, à nous voir jouer de la sorte.

Pourtant, je reste convaincu que le Standard recèle suffisamment de qualités dans son noyau que pour pouvoir briller. J’en veux pour preuve ces deux belles rencontres en Europa League, qui avait provoqué un véritable enthousiasme et même un certain optimisme pour la suite. La descente n’en n’est que plus dur !

Mais, cette fois, je vous exhorte d’arrêter vos changements incessants, et à faire ENFIN confiance à un seul onze, à quelques nuances près.

Comment voulez-vous que des automatismes s’installent entre les joueurs dans ces conditions ? C’est MISSION IMPOSSIBLE. Notre absence d’efficacité devant en est le meilleur exemple.

Bien sûr, je doute que votre tête tombe d’ici les fêtes, alors qu’il ne reste plus que deux rencontres à disputer. Mais il ne faut pas  vous faire d’illusions, en cas de nouveaux points perdus d’ici la trêve, votre tête ne tiendra plus, votre position devenant intenable.

Quant à la Direction, je ne m’adresserai pas à elle comme au père Noël, sachant surtout que l’argent doit manquer et qu’un refus de licence au terme de la saison serait plus mal perçu encore qu’une absence dans les playoffs 1, mais elle va devoir réfléchir, et bien cette fois, consciente qu’elle doit être de devoir se débarrasser de cadres couteux et peu rentables, quitte à procéder à des échanges ou des prêts, plutôt que de les revendre à perte, moyennant un débours de notre part, les qualités d’Emond et d’un certain Henry valant plus que ceux en magasin, ayant pour noms Avenatti, Lestienne, voire Oularé. Perso, je serais partant d’acquérir les deux premiers au détriment de ces trois-là, au minimum.

Quant à Gavory, un séjour sur le banc lui remettrait peut-être les idées en place.

Enfin, vivement 2021, pour mainte raisons, et ça, c’est déjà DEMAIN.

Gérouche

12 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: LA VOUS N’Y ETES PLUS COATCH

  1. Pas mal résumé gerouche…
    Il y a effectivement assez de qualité au sein de ce groupe pour pouvoir faire nettement mieux et avoir l’ambition d’être dans ce top 4. A condition d’avoir 1cuistot qui utilise les bons ingrédients et sache réaliser sa recette…

    La machine brugeoise est allée s’imposer à Bruges… Y a pas à dire, ils sont costauds eux ! Maintenant, même si je suis aussi déçu désormais de Montanier, on est qd même dans 1situation extraordinaire avec ce foutu virus ! Ça n’excuse pas Montanier et son approche défensive et le fait qu’ on devrait être mieux classé mais y a qd même des circonstances atténuantes et l’interview de Kaya l’illustre bien !

    1. Van Montanier= Pro Montanier apparement un entraîneur n’est pas important les mauvaises Passes viennent qu’il n’y a aucune équipe type que les joueurs ne sont plus en confiance vu les options de cet entraîneur ,ah oui le créneau il mets des jeunes .Depuis le début de la saison les joueurs sont pris en grippe et Montanier n’est pas responsable , c’est MPH qui a transféré alors soit Montanier est un pion et je le plains soit il a pris ce contrat pour le fric et qu’il était au chômage
      C’est tout simplement une erreur de casting de MPH et de la direction

  2. Malines a dû mettre sur son banc 1 joueur blessé et 1… coordinateur de jeunes pour coacher !! Les joueurs ont peur & y a 1certain stress quand ils se font tester, peur de le choper et peur de le ramener chez eux ! D’autres clubs arrivent à bien le gérer, semblent moins touchés alors pourquoi pas nous mais la réalité est là et c’est du jamais vu !!!
    Je ne veux pas défendre ni excuser Montanier car sa gestion du groupe et sa façon de jouer me désarçonne et je suis malade de voir où on est après cette fin de novembre et ce mois de décembre qui devient 1 foutue habitude !
    Mais on est quand même dans 1 contexte digne d’1 scénario de science-fiction… Et le film n’est pas encore fini et on ne sait pas s’il va mal se terminer pour notre club ou si y aura un happy end…

  3. Bien résumé Gerouche, ton analyse est pleine de réalisme. Le constat est triste mais bien réel : Montanier a perdu le fil et ne sait plus que faire. Relancer Avenatti était idiot même s’il comptait sur la motivation de rencontrer son ancien club. Ecarter Lafis en déplacement et un de nos seuls grands en défense ( Dussenne et Lafis + Bokadi qui devrait jouer dans l’entrejeu) était une autre gaffe, mettre Jans à droite et Fay à gauche et pas l’inverse était une autre erreur. Aligner Gavory était en soi une autre erreur mais à quel poste au juste ? cette mise en place chaotique nous a coûté le premier but sur lequel le marquage côté Fay/Gavory était pour le moins laxiste. La suite on la connait : absence de réaction du coach et entrée trop tardive de Mehdi qui nous a rendu espoir mais en 20′ avec un fond de jeu de cour de récréation c’était mission impossible.

    1. Henry cher moustache ? Pas le thierry henry qui a été le second de martinez hein. Il s agit ici du henry de l ohl, que j avais déjà pressenti avant saison. Il en est déjà à plus de 10 buts je pense. Quant à medhi à courtrai, ce n aurait pas été une bonne idée non plus, vu le terrain . Espérons qu ol en sera pour les 2 matchs à venir à sclessin.

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App