Le mot de « Gerouche »: LE CHAUD ET LE FROID

Chers supporters,

Ainsi donc, notre Standard n’a pas dérogé hier soir à son habitude, capable du meilleur … comme du pire, même si le pire fut évité, grâce à nouveau à un Bodart étincellant dans ses buts, sans quoi.

Mais pourquoi donc il n’y a que chez nous qu’existent de tels contrastes entre deux prestations ?

A croire que c’est lié à nos couleurs, le ROUGE étant par définition une couleur chaude, et le BLANC, à contrario, est signe de grand froid…..

Dire que nous avons été mauvais derrière les casernes serait toutefois mentir, l’équipe, dans le premier acte, étant appliquée, inspirée par moment, même si moins agressive et offensive que trois jours plus tôt, mais répéter en si peu de temps deux prestations de haut vol n’est jamais aisé, surtout face à une équipe en face déterminée à relever la tête, avec aux manettes un nouveau coach tout aussi déterminé à imposer sa griffe d’entrée de jeu.

Néanmoins, les plus optimistes qui avaient prédit un six sur six, voir donc un neuf sur neuf, en sont pour leurs frais avec cette nouvelle désillusion, que pour ma part j’avais senti venir après tant d’euphorie, de superlatifs.

Comme Nicolas Raskin l’a si bien déclaré au micro après match, les jambes n’y étaient plus en seconde période, alors que la tête, pour certains, étaient déjà au choc de dimanche prochain. Humain certes, mais oh combien préjudiciable, tout étant à chaque fois à reconstruire, du moins dans les têtes justement, et jamais évident à aborder une rencontre coincée entre deux chocs successifs…..à quelques jours de distance.

Et puis il y eut cette blessure de Cimirot, sans doute au pire moment, celui qu’avait choisi et senti les Malinois pour nous mettre enfin la pression, ayant compris nos difficultés à aller de l’avant, par manque de fraicheur. Notre Bosnien, victime d’un claquage, à l’image de Barrett un peu plus tôt, atteste sans doute d’une fatigue musculaire évidente trois jours seulement après leur débauche d’effort et d’énergie décuplée, avec de grosses conséquences. Ces deux accrocs n’étaient sans doute pas le fruit du hasard.

Car dès cet instant, Ronny Deila dut parer au plus pressé, optant pour la solution de décaler son axe central, Bokadi glissant à gauche et Dussenne au milieu, ce qui permettait à Fossey d’occuper la droite de la défense, mais fut pris à froid et accueilli par deux buts venant tous deux de son côté, au départ des actions. La suite, on la connait, notre équipe, déjà à bout de souffle, était dans les cordes et rien ne parut pouvoir changer l’issue d’une rencontre pliée en deux minutes.

Car ce ne sont pas les montées de Davida, et pire encore celle de Perica, qui me contradiront, ce dernier ratant une fois de plus l’immanquable, au point qu’à ce rythme, j’en connais quelques-uns qui vont sous peu réclamer le retour de Renaud Emond.

Autre déception selon moi, ce sont les prestations en demi-teinte de Zinckernagel, époustouflant lors de sa première apparition face à Bruges, et cruellement rentré dans l’ombre. Que se passe t’il avec ce garçon, pourtant annoncé comme le messie, mais qui ne me parait pas avoir la hargne nécessaire pour se mettre au diapason de ses partenaires.

S’il a cru qu’il lui suffirait de paraitre pour faire la différence, comme face aux champions en titre, il s’est mis le doigt dans l’œil, comme on dit. C’était méconnaitre le championnat de Belgique, ou l’agressivité sur le terrain peut rendre inopérant les plus grands talents, si eux-mêmes n’ont font pas étalage.

Toujours est t’il que dimanche, face aux mauves, j’espère voir Bokadi de retour au centre de sa défense, qu’il dirige à merveille, quitte à relancer à la place de Cimirot, absent sans doute pour quelques jours, Nathan N’Goy, que je crois rétabli et qui n’a jamais démérité. Une chose est certaine, ce ne sera pas Barret Laurssen, et c’est tant mieux.

Qui plus est, notre équipe, suffisamment talentueuse désormais pour pouvoir revendiquer plus au classement général, parait désormais dépendante de cette folie nécessaire pour faire des résultats, seul Sclessin et son stade mythique, ses supporters plus encore, étant à même de fournir les ingrédients nécessaires aux exploits.

Voilà certainement bien des raisons d’en attendre un autre face à Anderlecht, une nouvelle démonstration des nôtres pouvant reléguer aux oubliettes la déconvenue de ce mercredi. Mais gare toutefois à un excès de confiance, paramètre que monsieur Deila veillera sans nul doute à éviter avant le coup d’envoi dans le vestiaire, par un discours à nouveau bien senti.

Je crains juste en vérité que des garçons comme Raskin et Balikwisha, devenus indispensables ces dernières semaines, ce dernier étant encore remarquable hier soir, n’accusent le coup eux aussi, car n’ayant pu bénéficier, comme d’autres, d’un peu de repos.  J’ignore en vérité si la prochaine coupe du monde arrive au bon ou au pire moment, mais, sachant que les années précédentes, le mois de décembre est souvent synonyme de mauvaise passe pour nos couleurs, cette longue période de repos ne me parait pas si mal tombée en fin de compte.

Allez les gars, dimanche, il vous faudra encore retrousser vos manches, si vous ne voulez pas qu’on vous prenne comme tel.

A ce titre, le retour d’un Amallah ne serait sans doute pas une mauvaise chose, si un accord pouvait tomber d’ici là.

Après tout, il ne me parait nullement inférieur à ce Zinckernagel. Selim en tous cas est bien reposé, lui  …..

A dimanche et au stade cette fois, TOUS ENSEMBLE, pour mettre le feu au stade. RDV étant pris avec quelques-uns.

Gérouche

 

2 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: LE CHAUD ET LE FROID

  1. Le retour de Renaud Emond ? il ne faut pas exagérer … Perica s’il rate l’immanquable est au moins à la bonne place… Emond courrait partout et n’était jamais à la réception des centres donc…
    Par contre je ne remets pas en doute ce qu’il nous a apporté dans le passé…

  2. Cinq matchs et c’est la trêve et je pense qu’elle nous fera du bien
    A part Amallah personne n’ira à la coupe du monde et il n’y a pas que les matchs la charge de travail depuis le mois d août à été énorme

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App