Vous êtes ici
Home >> Standard-Rouche.be >> Le mot de “Gerouche”: OULARE – AVENATTI , MEME COMBAT

Le mot de “Gerouche”: OULARE – AVENATTI , MEME COMBAT

Chers supporters,

Alors que nos rivaux du sud du pays continuent à dérouler, comptabilisant toujours le maximum de points, nos joueurs ont réussi à sauver l’essentiel ce week-end face à Courtrai, même s’il s’en est fallu de peu qu’un pénalty possible vienne tout remettre en question à quelques minutes du terme.

Décidément, cette difficulté que nous éprouvons à nous mettre à l’abri devient récurent et très ennuyeux, les matchs à gros enjeu se profilant tout doucement à l’horizon, notre confrontation avec nos rivaux zébrés, chez eux qui plus est,  faisant déjà presque office de rencontre déterminante quant à notre réel niveau et nos chances de pouvoir disputer le titre.

Qui eut imaginé cela voici quatre ou cinq ans, quant nos frères ennemis s’alignaient face à nous, le moral et la confiance dans les chaussettes, tant le Standard pouvait se vanter de supplanter à la régulière l’équipe du pays noir.

Il est bien fini le temps des moqueries, des chants ironiques et notre complexe de supériorité. Nous sommes désormais deux clubs phares en Wallonie, et comme déjà écrit précédemment, c’est tout bénéfice pour notre région, quoique certains en pensent.

Et après tout, ce choc entre 2 bassins sidérurgiques n’en sera que plus beau et plus haut en couleur.

C’est donc tout le sport qui sera, espérons-le, gagnant.

Ceci dit, ce qui semble actuellement faire la différence entre les deux équipes, essentiellement, c’est la facilité qu’ont nos rivaux à trouver l’ouverture cette saison alors que les nôtres paraissent s’enliser dans les fermetures, sans jamais vraiment trouver la parade, se compliquant bien souvent le jeu.

J’en suis pour ma part presque à me demander s’il est bien utile d’aligner un pivot devant, ce genre de joueurs qui a besoin de centres à gogo, mais plus encore d’un ou l’autre appui lors de ses déviations de la tête ne trouvant pratiquement jamais preneur, si ce n’est les mains du gardien d’en face.

Et ce n’est pas le but inscrit par le grand Obby qui va me faire mentir, car le reste de sa copie m’est apparue aussi maladroite que lors de ses précédentes apparitions, ne comptant plus les déviations ratées, les  passes mal ajustées et les ballons perdus.

Le problème, c’est que même Avenatti parait souffrir du même mal, paraissant incapable de propulser le cuir au fond d’un puissant coup de  tête, spécialité qui avait fait de lui une terreur dans les rectangles adverses, lors de son bref passage à Courtrai, précisément.

Bref, à choisir, je préférerais pour l’heure voir notre coatch privilégier la circulation du ballon au ras du sol avec des joueurs plus vifs et plus technique, que de prôner les ballons à distance et dans les airs ou par les ailes, actions qui hélas n’amènent pour l’heure rien de bon ni de concret, il faut bien l’avouer.

Par contre, rayon satisfactions du jour, quel plaisir d’avoir vu évoluer pour la première fois notre petit nouveau, Pavlovic, qui a selon moi fait bien mieux que le titulaire présumé voire incontournable à cette place, à savoir Gavory. A l’image de Raskin, intenable depuis quelques semaines, voici de quoi encore pouvoir rêver, si pas de titre, au moins de jours meilleurs.

Je ne m’attarderai par contre pas sur la prestation de Muleka, trop courte et trop vite à mon sens précipité dans l’aventure d’un championnat qui ne laisse que peu de place à l’improvisation et aux actions individuelles et en solo, l’homme ayant vite fait connaissance avec la rudesse et le marquage à la culotte des défenseurs de notre Jupiler League.

A revoir, assurément, et surtout durant un laps de temps plus long  pour mieux pouvoir nous faire une idée plus précise.

Autre grosse satisfaction aussi, même si elle ne fut pas nécessairement couronnée d’un but dont lui seul a le secret, le retour et la prestation de Medhi, matraqué lui aussi comme à sa bonne vieille habitude.

Visiblement, notre chouchou a de l’envie à revendre, faisant taire qui plus est toutes les mauvaises langues ou les appréhensions des uns et des autres quant à un malaise entre lui, le coatch et la Direction. Finalement, rien de tout ça n’était vrai, si ce n’est un joueur fragile, atteint mentalement et ayant un urgent besoin de retrouver confiance, tout simplement.

Or, un Carcela en forme, c’est tout profit aussi pour le Standard, à ne pas douter, même si lui aussi a parfois trop tendance à se la jouer « perso ».

Alors, au final, la question qui me brûle les lèvres est la suivante : ce Standard-là est t’il actuellement en mesure de contrecarrer les ambitions nouvelles des « krolos » et de ramener quelque chose du stade du pays de Charleroi ?

A priori, la mission ne parait pas impossible, mais, cette fois, il va nous falloir nous montrer autrement plus habile et efficace devant la cage adverse, leur défense comptant parmi les meilleures du pays, pour ne pas dire « la meilleure », avec un Penneteau qui semble être atteint d’un mal bien étrange, du genre de celui raconté dans la l’histoire de Benjamin Button…..

Heureusement, chez nous aussi, on dispose d’un garçon tout aussi « phénoménal », Arnaud Bodart, qui, s’il continue de la sorte, va nous faire oublier son oncle et le basculer de son piédestal.

La toute grande classe, à n’en plus douter !

Enfin, n’oublions pas que d’ici-là, nous aurons peut-être récupéré notre Bastien, ce qui constituerait un plus indéniable dans un entrejeu déjà performant, même sans lui.

ALLEZ LES ROUGES, et content d’avoir revu et entendu quelques chants de supporters dans les gradins. Même à ceux retranchés devant leurs télés, ça nous a fait grand bien.

Gérouche

9 thoughts on “Le mot de “Gerouche”: OULARE – AVENATTI , MEME COMBAT

  1. Merci mon cher Gerouche.
    Oublier les centres aériens peut-être mais les débordements comme celui de Raslin sur le but ou centres en retrait restent une arme intéressante surtout face à une défense repliée.
    Pour répondre pour Charleroi, je serai optimiste car nous n’avons rien à perdre en allant chez le leader qui devra faire le jeu. Mais il nous faut des attaquants pour les contres ou des demi qui font le jump de l’arrière style Bastien.

  2. C’est aller un peu vite pour enscencer Charleroi et le mettre sur le même niveau que le standard Bien sûr Charleroi fait un bon début de championnat mais il a aussi la baraka que le standard n’a pas pour l’instant ce club a peut être 8000 abonnés et à gagné un titre en D2 il fait un début de championnat et s’est classé 3 ieme sans play off.
    Une x de plus Gerouche suit les. Experts qui n’ont pas assez de qualificatifs pour Charleroi c’est d’ailleurs la même chose pour Anderlecht Un moment il faut raison garder
    Il faut attendre l’hiver et on verra ce qui se passes mais si Charleroi est en compagnie du standard dans le top 4 je serais le premier à m’en réjouir

  3. Eh non cher rouchblanc, tu te trompes totalement car je ne suis jamais personne ! D autant plus que je n ai rien vu rien entendu en ce sens pour ne pas avoir suivi les interviews et avis du we ! Si j ai encensé Charleroi, en fin en partie en égard à leurs résultats exclusivement, ce n etait que de mon propre, sans la moindre influence ! Et je serais tenté de dire comme à chaque fois ! Après tout, ce sont peut-être les experts qui me suivent , lol….

  4. Nous avons pour l’instant de très belles surprises avec nos jeunes. Quel plaisir de les voir.
    En ce qui concerne Oulare et Avenatti, je n’ai pas de mot. C’est assez pénible. Le match contre Charleroi s’annonce d’excellente facture je pense. Bastien peut-être de retour (ce sera un peu juste néanmoins pour ce style de blessure mais sait-on jamais,) une équipe qui devrait logiquement monter en puissance contrairement aux Carolos qui semblent attraper de plus en plus de crampes. Ils ont une excellente équipe, un coach incroyable mais un banc légèrement fourni. L’accumulation des matchs pourrait leur être fatale.

Laisser un commentaire

Top