Le mot de « Gerouche »: NON, IL FALLAIT PLEURER ………..

Chers supporters,

La mauvaise blague s’est muée en vaux de ville, cette fois, pour nos couleurs, et ne nous donne plus envie d’en rire.

Néanmoins, et contrairement aux idiots et autres illuminés qui attendaient les joueurs à leur sortie du stade, je ne m’en prendrai pas à ces derniers, ni au coach, ni à la Direction ! Tous sont, tout comme nous, désespérés au vu de la situation, n’en doutons pas une seconde. A quoi bon s’acharner sur chacun !?

Comme a dit Marc Delire, à l’antenne, pourtant anti Standard notoire, quand ça ne veut pas, ça ne veut pas, point. Il fut l’un des premiers à reconnaitre que le Standard méritait bien mieux, jouait bien en début de rencontre, affichait une réelle volonté et ne paraissait nullement paralysé.

La preuve en est que pratiquement tous les duels étaient emportés par les nôtres.

Alors, sans vouloir comparer ce qui ne l’est pas forcément, je me rappelle, dans un passé encore proche, de mon incapacité à gagner une belle, au tennis de table, là où, pourtant plus jeune et sans expérience, j’en gagnais plus que je n’en perdais. Et puis, sans que j’en comprenne les raisons, tout s’est compliqué, la faute le plus souvent à pas de chance, à des coins de table au pire moment, des filets aussi, le tout à répétition, alors que le score était serré et que la partie pouvait basculer d’un côté comme de l’autre, un peu comme ce mauvais Karma évoqué par Carcela, à juste titre. Avec pour finalité, l’apparition d’une spirale négative. Dès que j’arrivais à la belle, ça me trottait dans la tête, m’ôtant une partie de ma concentration, me privant de ma confiance et persuadé que, quoique je puisse faire, j’allais encore perdre ce dernier set.

Aussi, imaginez vous ce qu’il doit se passer dans la tête des acteurs de notre équipe, confronté au doute, à la peur de mal faire, au manque total de confiance, en deux mots.

Hier, tout comme à l’OHL, et même si les statistiques devant les buts adverses ne sont pas affolantes, la poisse nous a encore collé à la peau, avec des piquets et des poteaux à gogo.

Quoique certains puissent dire ou reprocher à l’équipe, aux joueurs, le Standard ne méritait pas ça les deux fois, offensivement parlant du moins, et aurait mérité de l’emporter à chaque fois, sans contestation aucune.

Si tel avait été le cas, on ne parlerait même pas de crise ce matin, et tout le monde serait serein !

Bien sûr, et c’est pour cela que je mets l’accent sur « offensivement », notre équipe pêche systématiquement par un manque de concentration derrière, par moment, comme sur ce but de Gano hier, laissé tout seul à l’extérieur du rectangle, alors qu’il était pratiquement l’unique joueur adverse à surveiller, à peine monté au jeu. Laxisme de nos joueurs derrière, manque de réactivité du coach qui aurait peut-être dû modifier son schéma tactique dès la montée de cet attaquant supplémentaire, non pris en charge, toujours est t’il que de telles erreurs sont impardonnables, alors qu’en face, on ne donne RIEN ! JAMAIS !

Bien sûr aussi, il y a des choix, des décisions, parfois discutables, inévitablement.

Hier, je pointerais une fois encore l’isolement de Klauss, devant, même s’ils étaient à trois derrière lui, à savoir deux gauchers préférant jouer à droite et au jeu similaire, soit Medhi et Dönnum, transparent toute la première mi-temps, et Amallah, plus axial mais souffrant toujours du même mal sur le terrain, soit un manque de lucidité balle au pied et ignorant ses partenaires. Bref, l’absence de Muleka au coup d’envoi pour un match que nous devions impérativement gagner me laisse dubitatif, surtout quand on connait nos difficultés actuelles à marquer ! Comme quoi, la chance, parfois, il faut aussi savoir la provoquer ….

Cela étant dit, le Standard n’est plus en crise, il est au fond du trou, moralement d’abord, financièrement aussi, et ce constat fait très mal, en cette fin d’année 2021.

D’aucun nous assure que nous sommes bons pour jouer le maintien, sans aucune autre perspective intéressante et valorisante à court et long terme, ce dont je me refuse à croire, malgré le contexte négatif actuel et la spirale déplorable qui nous accable.

Je me dis que, tôt ou tard, mais le plus tôt sera le mieux, les choses vont changer.

Comme tous les spécialistes sportifs s’accordent à le dire, le Standard ne possède certes pas une équipe pour joueur actuellement le top4, mais le top8, bien sûr, à n’en pas douter !

C’est avant tout dans la tête que ça se passe.

La trêve hivernale tombe donc à pic, pour nous. Mais il sera impératif d’effacer le doute dans les têtes à la reprise, tout en apportant l’une ou l’autre retouche dans l’effectif, histoire d’apporter du sang frais, un peu plus de talent aussi à des postes importants.

Penser à recruter un Dompé, pour ce que j’en ai vu hier, ce serait à mon sens un nouveau coup dans l’eau, notre effectif disposant en suffisance de ce type de joueurs.

Mais, TOUS ENSEMBLE, nous devons continuer à nous accrocher, à y croire, sachant qu’après la pluie revient toujours le beau temps.

Oh, je sais, tout comme vous, hier soir, j’étais prêt à supprimer mon abonnement foot, tant j’étais dégouté par le mauvais sort surtout qui semble s’acharner sur nous, mais la vie, à mon âge, m’a surtout appris une chose ; ne JAMAIS réagir à chaud, mais bien au contraire prendre le temps, tenter de comprendre le pourquoi du comment. Il n’y a que comme cela qu’on peut améliorer le futur proche, pas en jetant le bébé avec l’eau du bain, comme on dit.

2022 est tout proche, aussi je vous souhaite dores-et-déjà un bon réveillon et une bonne année, empreinte de positivisme.

Gerouche

6 thoughts on “Le mot de « Gerouche »: NON, IL FALLAIT PLEURER ………..

  1. Oui Gerouche offensivement on était présent, on combinait bien et on s’est créer des occasions c’est certain, mais quelle lenteur pour remonter la balle, tout part de Bodart vers un central , l’équipe adverse a le temps d’aller boire un verre avant de voir arriver le ballon, mais pour le reste j’ai vu beaucoup de belles actions. Dommage cependant cette courbe en dents de scie de certains joueurs, contre à OHL et à LaGantoise surtout on a vu un bon Donnum et un Super Raskin accrocheur et batailleur hier Donnum une cata et Raskin n’a fait que râler et pleurer dieu qu’il était malheureux 🙂
    Quand tu analyses notre force de frappe je ne suis pas du tout d’accord avec toi concernant le top 8 vraiment pas on va finalement se sauver sans trop de casse mais le top 8 on ne le vaut pas et on ne le mérite pas. Pas d’équilibre dans l’équipe pas de top 8. Pourtant hier l’entrejeu était plus équilibré avec le duo offensif Carcela Amallah et défensif Raskin Bokadi mais Amallah se drible lui-même et au rugby il nous rapporterait pleins de 3 points.
    Que dire pour la reprise en janvier Anderlecht et Bruges (débarassé de l’europe) rien que des réjouissances … je croise les doigts pour que l’extra-sportif qui nous menace laisse tout de même une petite chance pour renforcer cette bien pauvre version du Standard qui ne marquera pas les esprits dans le futur….

    1. Eh qui sait Philippe, on a gagné récemment à l antwerp, où tous les observateurs nous voyaient prendre une déculottée. On va peut-être créer la sensation au parc à frites redevenus trop sûr d eux, et faire aussi bien que le CS Bruges …. Avec le standard, on a tout vu, le pire comme le meilleur.

Laisser un commentaire

Powered by Live Score & Live Score App